Bigmammy en ligne

01 décembre 2021

Hommage à Joséphine Baker

Joséphine BakerEn France, nous affectionnons les commémorations, ces sortes de cérémonies laïques et républicaines. Des moments d'unité, de fraternité, d'émotion et de pédagogie en direction de la jeunesse. Dans ce monde de fausses nouvelles et d'anxiété sciemment entretenue, nous en avons besoin, ça nous fait du bien en "rechargeant" nos batteries.

Dans l'après midi de ce dernier jour de novembre, nous avons eu droit d’abord au pire : la sinistre mascarade ténébreuse d’un imprécateur passéiste et haineux, mais aussi, un peu plus tard, et heureusement, le meilleur : l’évocation de cette femme extra-ordinaire que fut, sa vie durant, Joséphine Baker …

Je suis assez vieille pour me souvenir assez précisément de ses dernières apparitions sur scène, à presque 70 ans, dans un collant pailleté moulant son corps toujours parfait, mais aussi du pourquoi de ce retour et des problèmes financiers dus à sa générosité sans limites, de son énergie et du symbole qu’elle représenta pour tant d’hommes et de femmes de sa génération, à travers le monde.

La beauté époustouflante, un talent exceptionnel, une tenacité à toute épreuve, des engagements intransigeants, un courage jamais pris en défaut. Bref, un exemple de ce que réussit à accomplir une petite fille noire issue d'un quartier pauvre de Saint Louis et qui découvre la liberté à Montparnasse dans les années folles ...

Evoquer la mémoire de ses multiples hauts-faits est nécessaire. Je connaissais sa conduite héroïque pendant la seconde guerre mondiale, mais pas dans tous les détails. Je savais qu’elle s’était engagée sans réserve auprès du général de Gaulle mais j'ignorais qu'elle avait appris à piloter. L'épisode qui lui est consacré par Stéphane Bern dans "Secrets d'histoire" est particulièrement riche.

Ses 50 ans de carrière, ses chorégraphies inédites, son succès dans la Revue Nègre, ses innénarrables costumes portés avec grâce, son humour et ses grimaces lui ont valu la gloire internationale. Mais j’avais oublié son extraordinaire voix. Une artiste absolument parfaite, dans tous les domaines où elle s’est produite : chant, danse, conduite de revue, cinéma, combattante, militante antiraciste … Sans ignorer son rôle le plus fantastique : celui de maman aux douze enfants de toutes les couleurs. Et humble avec ça : c'est elle qui déclare « On n'a pas toujours du caviar », dans le délicieux roman d'espionnage éponyme de Johannes Mario Simmel, que j'ai lu jadis avec délectation.

 

_josephine-baker

L’entrée au Panthéon des gloires de la France, ce pays qu’elle avait choisi pour son humanisme et ses libertés, est bien légitime. Un tel événement devrait clouer le bec à tous les déclinistes qui prolifèrent en ce moment et à mesure que se poursuit une campagne électorale où le vulgaire côtoie la désinformation.

En assistant, bien calée dans mon canapé, à cette cérémonie qui se déroulait dans le froid à quelques encablures de mon nid douillet, je me disais que ces images, ces paroles et ces musiques font du bien à l’âme. Et en ces temps difficiles pour tout le monde, cela n'est pas superflu.

Joséphine Baker n'avait que 4 ans de plus que mon père, elle portait le prénom de ma grand-mère. Je l'ai toujours beaucoup admirée.

Quelle beauté, quel talent, quel intelligence, quelle témérité ...


30 novembre 2021

Saint-Jacques à la nage

st jacques à la nage

Une recette de saison. Pensons toujours aux pêcheurs de Granville, aujourd'hui dans l'angoisse.

Ce matin, une réédition d'une recette dont la source émane d'un restaurant fameux à son époque : l'Hôtel de France à Questembert ... Un souvenir vieux de près de 50 ans !

On commence par confectionner la "nage" : émincer en julienne - en fins batonnets - carotte, poireau, oignon, quelques pluches de coriandre.

Les faire "suer" au beurre dans une casserole, juste pour prendre couleur.

Mouiller avec un verre de vin blanc sec et deux verres d'eau. Laisser bouillir doucement environ 10 minutes, car les carottes doivent rester croquantes.

Assaisonner : sel, poivre, piment d'Espelette. Terminer avec quelques cuillerées à soupe de crème fraîche entière liquide. Donner un dernier bouillon.

Nettoyer les noix de Saint Jacques et leur faire prendre couleur au beurre à la poêle, noix et parties coraillées séparément. Pas plus de 3 minutes en tout.

Servir dans des assiettes creuses : égoutter les légumes à disposer au fond de l'assiette, poser les Saint-Jacques dessus et napper avec la nage par dessus ...

Servir chaud mais surtout pas surcuit.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Poissons - Commentaires [4]
Tags :

29 novembre 2021

L'âme primitive, exposition au musée Zadkine

 Mon musée le plus proche ...

IMG_3225

Il ne faut surtout pas manquer, sur le trottoir pair de la rue d’Assas, juste au-dessus de la faculté de droit, l’étroit passage qui mène à l’atelier et à la maison d’Ossip Zadkine (1888 – 1967), un des maîtres de la statuaire du XXème siècle, arrivé de Russie à Paris en 1910 …

 

IMG_3224

 

IMG_3235

 

IMG_3229

 

IMG_3238

Un musée quasiment familial, intime, un havre de paix où l’on découvre à chaque visite de nouvelles œuvres issues du fonds légué par l’artiste à la Ville de Paris.

Et, à part le contrôle du Pass sanitaire, on ne vous demande pas de réserver, ce qui devient rare à Paris, adieu la spontanéïté d'une visite impromptue ...

Actuellement on peut y voir une exposition consacrée au primitivisme.

Définition : ensemble de pensées et de créations artistiques au tournant du XXème siècle et au-delà, dont Paul Gauguin fut l’un des initiateurs, qui cherchent à se détacher de la modernité et de la tradition occidentales en promouvant l’authenticité et la force expressive des arts ne répondant pas aux normes académiques.

 

le veilleur de nuit

Remise en cause de toute hiérarchie des arts, de la perspective traditionnelle, référence aux arts extra-occidentaux … un des sujets majeurs est la représentation du corps, qui est flux et fixation, énergie et matière, récepteur et émetteur.

 

IMG_3227

 

IMG_3249

De nombreux artistes figurent aux côtés des sculptures, celles-ci reconnaissables entre toutes, de Zadkine.

Quelques noms représentés ici :

Caroline Achaintre (née en 1969), Valérie Blas (née en 1967), Natalia Gontcharova (1881 – 1962), Hannah Höch (1889 – 1978), Michel Blazi (né en 1966), Mathieu Kleyebe Abonnenc (né en 1977, avec cette extraordinaire écaille de tortue fourrée de gallium et intitulée "Le veilleur de nuit, pour William Harris"), Laurent Le Deunff (né en 1977), et bien d'autres malgré la petite surface du musée.

Car il y a aussi André Derain, Vassily Kandinsky, Auguste Rodin, Marc Chagall, Fernand Léger ...

 

IMG_3248

 

IMG_3242

 

IMG_3236

On mesure ainsi la radicalité de l’œuvre de Zadkine, sa défiance envers la civilisation moderne et ses valeurs.

Un sentiment terriblement contemporain … Mais surtout, ne pas oublier de flâner, quel que soit le temps, autour des belles sculptures installées dans le jardin clos ...

Et soudain, une envie de retourner au musée du quai Branly ...

 

 

 

 

L’âme primitive, exposition au musée Zadkine jusqu’au 27 février. Fermé le lundi 10h – 18 h. 100 bis rue d’Assas – 75006 Paris. 9€

28 novembre 2021

Les Muselés, polar de Aro Sàinz de la Maza

 

muselés

J’ai trouvé un point commun aux deux romans hyper-noirs publiés par Aro Sàinz de la Maza : un temps exécrable sur Barcelone.

Dans « Docile », un vent tempétueux sévissait, dans « Les Muselés » c’est une pluie omniprésente.

On retrouve avec intérêt dans ce second roman - après "Le bourreau de Gaudi" -  l’inspecteur Milo Malart et ses collègues, la sous-inspectrice Rebeca Mercader, le sergent Crespo, l’inspecteur Boada … que Milo n’aime pas du tout et que l'on retrouve dans l'épisode suivant, et les soucis médicaux récurrents de l’inspecteur Malart qui craint devenir, comme son père et son frère, schizophrène. 

L’ambiance est lourde à Barcelone, en pleine crise économique et de souveraineté. On ne compte plus les travailleurs au chômage, bientôt chassés de leur logement, acceptant n’importe quel travail pour survivre, ou s'échapper le plus loin possible de cet enfer. C'est l'autre face de la Barcelone que nous avons tant de plaisir à visiter en touristes.

Ce sont eux, les « muselés » qui ne comptent pour rien et sont totalement ignorés de la classe dirigeante, incompétente, haïe, corrompue, qui continue à vivre grassement, sans vergogne.

Milo est requis pour enquêter sur la mort par strangulation d’une jeune étudiante de vingt ans, retrouvée à peine enterrée. Ce qui intrigue l’inspecteur est le caractère particulièrement soigné de ses ongles manucurés. Cela ne cadre pas avec le portrait d’une jeune fille studieuse qui travaille aussi dans un cabinet d’avocat où elle assure le recouvrement de créances, pour faire vivre sa famille.

 

Mon Vieux

On retrouve bientôt plusieurs cadavres de jeunes chiens empalés sur les manches à balais, installés dans les parcs près des jeux pour enfants … La municipalité insiste lourdement pour que l’on retrouve le coupable, peut-être plus que pour la résolution de l’assassinat de la jeune Carolina Estrada, dont on découvre que la vie n’est pas du tout ce que l’on croyait savoir.

C’est le sens profond de cette enquête : tous les protagonistes ont une double personnalité.

Tout le monde ment … sauf le plus sympathique des protagonistes : le chien Mon Vieux, un berger de Majorque très affectueux mais piètre nageur, confié pour quelques jours à Milo. Lui non plus ne parle pas, sauf quand c'est vraiment nécessaire ... et terriblement efficace. Une muselière virtuelle, en fait ... Mais même Milo, lui aussi, ne dit pas tout de cette affaire à ses collègues et supérieurs.

 

Les Muselés – El dngulo muerto - polar de Aro Sàinz de la Maza traduit de l’espagnol par Serge Mestre, édité par Actes Sud Babel noir, 364 p., 8,80€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0]
Tags : , , ,

27 novembre 2021

Rituels de Noël : le calendrier des Postes

IMG_3221

Parmi les rituels auxquels nous sommes attachés, je compte la visite annuelle des collaborateurs de La Poste pour nous proposer leur calendrier … Chez nous, cette « quête » est annoncée par affiche quelques jours auparavant … Il n’y a donc pas de surprise.

Qui a créé ce premier calendrier des postes ?

C’est l’imprimeur lithographe François-Charles Oberthur (1818 – 1893) en1854. Il diffère du calendrier classique en donnant une foule de renseignements sur le département : dates et foires et marchés, liste des bureaux de poste, liste des communes du département d’Ille et Vilaine.

 

IMG_3220

Originaire de Strasbourg, Oberthur est devenu en 1850 le patron de l’imprimerie rennaise Marteville et Landais qu’il a intégrée en 1838. L’administration des Postes accueille favorablement ce nouvel almanach … quelle va aussitôt copier en 1854 pour l’ensemble des départements français et en confier la fabrication à l’Imprimerie Impériale. Mais elle laisse les chefs de services choisir leur modèle.

Oberthur se précipite dans la brèche – c’est un marché très important- mais il ne sera pas le seul … A cette époque, le calendrier des Postes est vendu entre 6 et 10 centimes.

Aujourd’hui, ces étrennes varient selon la volonté de chacun. Il faut savoir que l'objet, acheté par le facteur, lui coûte environ 1,82€. Mais il c’est aussi un investissement : on a toujours intérêt à rester en bons termes avec son ou sa postière.

Je choisis toujours les images les plus "kitsch" comme des petits chiens et petits chats ...

 

IMG_3222

J’ai retrouvé le calendrier des postes de mon année de naissance : un simple recto-verso cartonné. J’ai pu y vérifier que j’étais bien née un dimanche !

Posté par Bigmammy à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [5]
Tags : ,

26 novembre 2021

Bernard Maitenaz, un homme de vision

bernard_maitenaz_laboratoire

Parmi les inventeurs géniaux qui viennent de quitter ce monde en 2021 – et dont on n’a pas vu le visage lors de la rétrospective traditionnelle du Festival de Cannes - je voudrais évoquer la mémoire de Bernard Maitenaz (1926 – 2021).

Ce nom ne vous dit rien ?

Pourtant, si vous avez plus de 40 ans, vous lui devez certainement un confort sans pareil, un objet que vous utilisez chaque jour, dont vous ne sauriez absolument pas vous passer : vos lunettes …

Bernard Maitenaz est en effet l’inventeur des verres progressifs.

Ingénieur des Arts et métiers et diplômé de l’Institut supérieur d’optique, il est embauché en 1948 à la Société des Lunetiers (SL). Bientôt directeur de recherche, il travaille sur la mise au point d’un verre capable de corriger plusieurs types de visions, avec un champ de vision variable réparti progressivement sur toute la hauteur du verre.

Il invente le verre progressif en 1959 puis le verre à puissance modulée en 1972.

verreprogressif

Avant le verre progressif, il fallait changer de lunettes si l'on qu'on voulait voir de près ou de loin. Nos grands-parents portaient des lunettes à double foyers (inventés, selon la tradition par Benjamin Franklin en 1784), avec une délimitation bien tranchée en arc de cercle au milieu …

Cette invention française va faire de la marque VARILUX la référence mondiale des verres progressifs, en constante amélioration technologique. Après la fusion en 1972 de la Société des Lunettiers (SL) et de Silor (verres Lissac), le Groupe ESSILOR est leader mondial du secteur des verres ophtalmiques. Bernard Maitenaz deviendra PDG en 1980.

 

2021-02-Header-BMZ

"Ses innovations ont révolutionné notre industrie mais aussi changé la vie des presbytes. La mise au point d’un verre permettant de voir à toutes les distances de manière continue représentait alors un défi scientifique et technique majeur. Cette formidable aventure industrielle, nécessitant la conception de machines tout aussi novatrices que le verre lui-même, a bouleversé la façon de prendre en compte les besoins individuels de chaque porteur de lunettes comme les procédés de fabrication des verres."

Son invention aura eu un impact majeur dans la vie de tous les jours de millions de personnes … Il a quitté ce monde en février dernier. Son Groupe a publié récemment une vidéo émouvante pour rappeler sa mémoire (à visionner sur Youtube https://www.youtube.com/watch?v=VfmIDUiFtBQ).

Bien entendu, d’autres industriels ont fabriqué à leur tour des verres progressifs de qualité – en particulier au Japon – et parfois moins chers. Chacun a le pouvoir de choisir …

Une telle innovation française  - et une entreprise européenne (la multinationale EssilorLuxottica depuis 2018, 69000 salariés) - valent bien le coup d’être célébrées.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Coup de coeur - Commentaires [0]
Tags : , ,

25 novembre 2021

Le dernier Espadon, BD d'après les personnages d'Edgar P. Jacobs

dernier espadon

« Dans les albums de Jacobs, l’humour n’est pas fréquent. J’en ai ajouté un soupçon et j’en profite pour régler mes comptes avec les deux héros », avoue Jean Van Hamme. L’humour est versé comme une larme de whisky.

En tous cas, ce 28ème album des aventures de Blake et Mortimer est une nouvelle réussite.

Saluons donc Jean Van Hamme (82 ans) pour son sens de l’intrigue, son respect des codes du créateur Edgar P. Jacobs, et la résilience de ses personnages. L’histoire se déroule en 1948. Les rescapés de l’écrasement de l’Allemagne nazie continuent à sévir dans l’ombre avec pour objectif la déstabilisation de la Grande-Bretagne qui fut l’âme de la résistance à la barbarie. Ils se sont abouchés avec l’IRA et projettent un attentat spectaculaire qui les vengera de la puissance britannique.

Le vecteur de cette abomination est un exemplaire sauvegardé de l’Espadon, l’invention mise au point pendant la guerre contre Bassam-Damdu par Philip Mortimer. Et naturellement, le sinistre Olrik est encore dans les parages, ne ratant aucune occasion de se venger personnellement du professeur.

dernier esp

Bref, comme toujours, une seconde lecture est nécessaire – tout comme on va revoir un film pour en saisir toutes les subtilités – pour apprécier pleinement ce nouvel opus qui renoue avec les émois ressentis à la lecture des trois premiers volumes de cette série-culte.

serigraphie-blake-et-mortimer-le-dernier-espadon

Au passage, on note que le nombre des épisodes confiés à des équipes continuatrices de l’œuvre de Jacobs dépasse désormais les 12 albums des origines … On ne quitte pas une équipe de héros qui gagnent … et, contrairement à nous, pauvres lecteurs, ne vieillissent pas.

 

 

 

 

Le dernier Espadon, BD d’après les personnages d’Edgar P. Jacobs, scénario : Jean Van Hamme, dessin : Teun Benserik et Peter Van Dongen qui assure aussi la mise à la couleur, éditions Blake et Mortimer, 64 p., 15,96€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0]
Tags : ,

24 novembre 2021

Flamboyances parisiennes

IMG_3212

Quand le soleil éclate sur mon délicieux coin de rues … c’est magique.

J’habite ce secteur de Paris depuis 1978 et je m’en régale chaque jour. Hier, c’était une langue de feu sur cet arbre du Luxembourg près de la petite porte qui donne accès au jardin qui attira mon regard.

Mon terrain de chasse quotidien, c’est la rue Vavin, la rue Bréa, le boulevard Raspail, la rue de Fleurus et la rue d’Assas.

Longtemps, j’ai cru que le nom de Vavin correspondait à un homme politique oublié, comme tant de noms attribués aux rues de Paris. En fait, c’est bien plus prosaïque. Cette voie a été ouverte en 1831 sur un terrain appartenant à un certain Alexis Vavin.

520px-Pieta_Ludovico_Brea

De la même façon, j’imaginais que Bréa était un hommage à la famille de peintres primitifs niçois Ludovico, Pietro, Antonio qui furent actifs dans l’arrière-pays niçois et génois au XVème siècle … Eh bien, non ! il est question d’un général, Jean-Baptiste Fidèle Bréa, fusillé pendant les journées révolutionnaires de juin 1848 alors qu’il venait parlementer devant une barricade.

 

 

 

 

L’édifice le plus marquant de ce territoire béni est l’immeuble construit entre 1912 et 1914 juste devant le square planté de paulownias. Conçu par les architectes Henri Sauvage et Charles Sarazin, c’est la première construction en gradins de Paris et, à l’origine, il s’agissait d’un projet destiné à des locataires aux ressources modestes.

IMG_3214

IMG_3215

IMG_3217

On y avait prévu des salles de sport et il devait comporter 9 niveaux. Mais le projet de cet immeuble intitulé « la sportive », malgré son option résolument hygiéniste, avec les chambres de bonne situées au même niveau que les appartements, des espaces communs - finalement non construits pour améliorer la rentabilité du projet - n’a pas séduit les investisseurs.

Les façades recouvertes de carreaux de faïence fournies par la société Boulenger à Choisy le Roi – comme dans le métro – répondaient aussi à la préoccupation de propreté, les gradins évitaient de porter ombrage aux autres constructions.

IMG_3213

Finalement, l’immeuble fut vendu en copropriété – ce serait une des premières du genre à Paris - à des acheteurs progressistes. C’est aujourd’hui l’un des mètres carrés les plus chers de Paris …

Je ne me lasse pas de l’admirer, en particulier les petites touches de bleu marine, qui rehaussent le blanc en plein soleil …même si j'ai toujours aussi une grande tendresse pour les immeubles haussmanniens classiques.

Heureux aussi donc les propriétaires des appartements en rotonde de cet immeuble du coin de la rue Vavin et de la rue Notre-Dame des Champs.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [8]
Tags : ,

23 novembre 2021

Mémoires de Guerre, tome 1 : l'Appel 1940 - 1942 par Charles De Gaulle

l'appel

Toute ma jeunesse a été dominée par la haute stature de Charles De Gaulle. Je n’ai manqué aucun de ses discours à partir de 1958, aucune de ses conférences de Presse, si émaillées d’auto-dérision.

C’était le héros de mon père qui s’est rengagé pour continuer le combat après son évasion d’Allemagne en février 1942, ma mère travaillait à Alger dans ses services, ma famille était gaulliste jusqu’au bout des ongles …

Mais aussi étonnant que cela puisse paraître, je n’avais jamais tenté de lire ses écrits. Qui figurent pourtant en plusieurs exemplaires dans mes bibliothèques, et que mon père a reliés de ses mains peu de temps après leur édition.

 

mémoires

C’est la lecture de plusieurs ouvrages sur les premiers mois du second conflit mondial qui m’a poussée à entrer dans cette œuvre majeure. Il me fallait recouper et compléter par ce témoignage direct les relations d’historiens plus ou moins partisans.

Je n’ai pas été déçue.

D’abord par la qualité étincelante du style : un classicisme absolu, l’utilisation de toutes les nuances – aujourd’hui oubliées – de la conjugaison, une langue précise, efficace autant qu’élégante, des formules sublimes.

de-gaulle-idees-6

On a beaucoup reproché au Général d’utiliser la troisième personne du singulier … C’est un fait, mais qui ne nuit en aucune manière à la narration. On remarque aussi le souci permanent de n’oublier aucun compagnon, parmi tous ceux qui ont risqué leur vie ou l’ont perdue au service de la France Combattante. Mais quel écrivain !!!

de gaulle

Quel destin que celui de cet homme seul, sans soutien ni partisans, fugitif, juste toléré mais bientôt protégé par Winston Churchill, mais exécré par Roosevelt, qui se lève pour proclamer que la France ne baisse pas les armes.

Après l’attaque de Mers El Kebir, Churchill reconnaît De Gaulle comme Chef de la France libre et signe l’accord du 7 août qui fixe la base officielle des rapports entre la Grande-Bretagne et la France Libre.

Cependant, à l'automne 40, les épreuves subies par le Anglais ne facilitent pas les rapports, car les Français libres refusent d’être simplement des éléments incorporés aux forces et services anglais. Or la France Libre a besoin de tout, il lui faut obtenir des Anglais l’indispensable, tout en maintenant à leur égard une indépendance résolue.

De Gaulle doit aussi compter avec l’attitude critique voire opposée des Français réfugiés à Londres ou à Washington qui considèrent que la France a toujours tort du moment qu’elle s’affirme et De Gaulle comme un dictateur.

L’objectif est de frayer une place à la France libre, belligérante et souveraine, dont on doit respecter avec intransigeance les droits et ménager la part de victoire. C’est dans l’Empire que De Gaulle va porter l’essentiel de la reconquête. Après la terrible affaire de Syrie, il crée en mars 1941 le Comité National, instance collégiale dirigeante de la France Combattante, malgré l’opposition de ceux qui ne l’ont toujours pas rallié mais n’admettent pas qu’il prît des responsabilités d’Etat.

Le premier volume des Mémoires de guerre s’achève avec la brillante action des troupes françaises à Bir Hakeim. Cependant, De Gaulle s’attriste de voir combien est petite la contribution de la France Libre à la guerre alors que la vocation maritime de la France aurait pu faire beaucoup plus. Une grande chance nationale gaspillée.

Aujourd’hui, tous les ténors politiques s’inspirent sans vergogne du Général De Gaulle, même ceux dont les partisans ont jadis tenté de l’assassiner. Ils devraient tous rester humbles et relire ces textes animés d’un amour inconditionnel de la Patrie, de la part d’un homme de pouvoir, certes, mais qui a toujours œuvré dans le cadre des institutions.

 

Charles De Gaulle : mémoires de guerre - L'appel 1940 - 1942, en édition Pocket, 434 p., 8€

22 novembre 2021

La nuit des aventuriers, roman de Nicolas Chaudun

 

nuit aventuriers

2 décembre 1851 : la mécanique d’un coup d’état, l’attente angoissante de sa réussite. Nous voici au coeur d'une cellule de combat.

Dans un salon du palais de l’Elysée drapé de couleur parme et rehaussé d’argent, sont réunis autour de Louis-Napoléon, Prince premier président de la Deuxième République élu au suffrage universel et sa garde rapprochée : son chef de cabinet Jean-François Mocquard, un général Ministre, le Préfet de police Maupas, un député …

Tour à tour aussi, Charles-Auguste de Morny, le demi-frère du Président, le général de Saint-Arnaud, Emile Félix Fleury, Victor de Persigny. Ils jouent là leur carrière, ou leur vie en cas d’échec. La nuit sera longue mais tout se joue les deux journées suivantes.

En fait, c’est l’impossibilité constitutionnelle pour Louis-Napoléon de briguer un second mandat qui provoque le coup de force. Car élu en décembre 1848 avec l’appui de Victor Hugo, il ne dispose d’aucune assise parlementaire. L’assemblée est majoritairement conservatrice et monarchiste.

C’est sa troisième tentative après Strasbourg et Boulogne, il n’a plus droit à l’erreur. Son demi-frère a suggéré de procéder en pleine session parlementaire : dans la nuit, la plupart des représentants récalcitrants seront ainsi raflés, les empêchant de soulever leur circonscription.

A Paris s’élèvent dès le lendemain des barricades, mais on fait donner la troupe … la nouvelle se répand ensuite en province où les troubles seront âprement réprimés. Mais les résistants manquent totalement de coordination. La hantise de la jacquerie, la peur du « rouge » ralliera au prince le « parti de la peur ».

« la haine contre le riche, là où il y a des riches ; la haine contre le petit bourgeois, là où il n’y a que des pauvres ; la haine contre le fermier, là où il n’y a que des manœuvres ; la haine contre le haut, à tous les degrés, telle est la France qu’on nous a faite. » écrit Auguste Romieu … Comme une préscience de certains mouvements bien plus récents … D'autres allusions à l'actualité sont subtilement glissées dans le texte.

 

Coup_d'État_2_décembre_1851

Louis-Napoléon est persuadé sauver la République. Il reste nimbé dans son mystère à travers les volutes de ses cigarettes, avec son regard impénétrable, ses scrupules : il ne pardonnera pas à Morny le sang des victimes.

Plusieurs centaines de morts sur les Boulevards, bien plus en province car si la flambée manqua de cohésion, l'appareil répressif, lui, tourna sans un raté. L'état de siège est instauré sur plusieurs départements (Hérault, Gard, Vaucluse ...). Le préfet Carlier reprend du service. La répression s’abat sur les 26000 insurgés arrêtés, déportés parmi lesquels on dénombre 5423 petits cultivateurs, 4350 journaliers. Le 11 décembre, Victor Hugo part pour dix huit ans d'exil ...Le coup d’état sera approuvé largement par un plébiscite. La force aura eu raison des brouillonnes velléités républicaines de résistance …

Cette nuit d’attente est dépeinte dans un style particulièrement efficace, un texte ciselé, une intrusion dans la tête du prince-président, une vraie tragédie antique … à transposer sans faute sur une scène de théâtre.

 

La nuit des aventuriers, roman de Nicolas Chaudun, édité chez Plon, 238 p., 18€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0]
Tags : ,