Bigmammy en ligne

23 avril 2017

Point de losanges ajourés pour châle en mohair

 

P1210411 (2)

 

Je respecte aujourd'hui le "deuil électoral" et, en attendant fébrilement les résultats de ce premier tour, je continue mon tricot destiné à Camille : le châle "Rambouillet", une création déjà ancienne de La Droguerie et Marie-Claire Idées.

Un excellent moyen de s'occuper les neurones ... Car ce n'est pas un point très compliqué, il est d'une grande logique, se travaille sur une séquence de 14 mailles ... Mais il faut un minimum d'attention et ne pas hésiter à recommencer dès qu'on aperçoit un décalage (on peut à la rigueur tricher à la fin des rangs impairs pour retomber sur le nombre ad hoc de mailles indiqué en ajoutant ou en diminuant ... on ne voit pas bien les caffouillages) ... car défaire des mailles en mohair, bonjour les dégâts !

Début du châle par la pointe. Monter 3 mailles et tricoter 2 rangs mousse. Toujours au point mousse, continuer en tricotant 3 fois la maille centrale pour obtenir 5 mailles, revenir au point mousse. Au rang impair suivant, faire une augmentation de chaque côté de la maille centrale, deux rangs impairs de suite : on a 9 mailles. On commence alors le premier losange ajouré :

R1: 4 m end, 1 jeté, 1 m end, 1 jeté, 4 m end.

R2: et tous les rangs pairs : tric 4 m end, tric à l’envers les losanges, mailles et jetés, et terminer toujours par les 4 m end.

R3: 4 m end, 1 jeté, 3 m end, 1 jeté, 4 m end.

R5: 4 m end, 1 jeté, 5 m end, 1 jeté, 4 m end.

R7: 4 m end, 1 jeté, 7 m end, 1 jeté, 4 m end.

R9: 4 m end, 1 jeté, 9 m end, 1 jeté, 4 m end.

R11: 4 m end, 1 jeté, 11 m end, 1 jeté, 4 m end.

R13 : 4 m end, 1 jeté, 5 m end, 2 m ensemble à l’end, 1 jeté, 6 m end, 1 jeté, 4 m end.

R15 (on ferme le losange central et on commence 1 losange de chaque côté) : 4 m end, 1 jeté, 1 mend, 1 jeté, 1 ss, 9 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 1 m end, 1 jeté, 4 m end.

R17: 4 m end, 1 jeté, 3 m end, 1 jeté, 1ss, 7 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 3 m end, 1 jeté, 4 m end.

R19: 4 m end, 1 jeté, 5 m end, 1 jeté, 1ss, 5 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 5 m end, 1 jeté, 4 m end.

R21: 4 m end, 1 jeté, 7 m end, 1 jeté, 1ss, 3 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 7 m end, 1 jeté, 4 m end.

R23: 4 m end, 1 jeté, 9 m end, 1 jeté, 1ss, 1 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 9 m end, 1 jeté, 4 m end.

R25 : 4 m end, 1 jeté, 11 m end, 1 jeté, 1 sdble à m c, 1 jeté, 11 m end, 1 jeté, 4 m end.

R27 : 4 m end, 1 jeté, 5 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 12 m end, 2 m ens end, 1 jeté, 6 m end, 1 jeté, 4 m end.

 

P1210412

 

P1210413

 

A partir du 29° rang, on rajoute un losange à chaque bout. On reprend à partir du rang 15, et ainsi de suite.

R29 : 4 m end, *1 jeté, 1 mend, 1 jeté, 1 ss, 9 m end, 2 m ens end* (répéter de * à *), terminer par 1 jeté, 1 m end, 1 jeté, 4 mend.

R31 : 4 m end, *1 jeté, 3 mend, 1 jeté, 1 ss, 7 m end, 2 m ens end* (répéter de * à *), terminer par 1 jeté, 3 m end, 1 jeté, 4 mend.

R33 : 4 m end, *1 jeté, 5 mend, 1 jeté, 1 ss, 5 m end, 2 m ens end* (répéter de * à *), terminer par 1 jeté, 5 m end, 1 jeté, 4 mend.

R35 : 4 m end, *1 jeté, 7 mend, 1 jeté, 1 ss, 3 m end, 2 m ens end* (répéter de * à *), terminer par 1 jeté, 7 m end, 1 jeté, 4 mend.

R37 : 4 m end, *1 jeté, 9 mend, 1 jeté, 1 ss, 1 m end, 2 m ens end* (répéter de * à *), terminer par 1 jeté, 9 m end, 1 jeté, 4 mend.

R39 : 4 m end, *1 jeté, 11 mend, 1 jeté, 1 surjet double à maille centrale (faire glisser 2 mailles sans les tricoter sur l’aiguille droite, tricoter la maille suivante à l’endroit, faire passer les 2 mailles non tricotées sur cette maille* (répéter de * à *), terminer par 1 jeté, 11 m end, 1 jeté, 4 mend.

R41 : 4 m end, 1 jeté, 5 mend, * 2 m ens end, 1 jeté, 12 m end* (répéter de * à *), terminer par 2 m ens end, 1 jeté, 6 m end, 1 jeté, 4 mend.

R43 : reprendre au rang 29 autant de fois que necessaire.

 

Posté par mpbernet à 07:44 - Tricot basique - Commentaires [2]
Tags :

22 avril 2017

Wok de poulet au curry

 

P1210157

Choisir un filet de poulet fermier par portion, sans la peau. Le couper en dés moyens. Saler et poivrer.

Couper en fines rondelles un gros oignon blanc, et en petits dés une petite tomate. Préparer à part un hâchis de persil plat et du basilic concassés (proportions indiquées pour 2 personnes).

Commencer par faire revenir à feu vif les morceaux de poulet dans un wok avec de l'huile d'olive et un petit morceau de beurre. Les retourner afin qu'ils dorent sur toutes les faces puis les réserver sur une assiette.

A la place du poulet, mettre les rondelles d'oignon avec une à deux gousses d'ail écrasées et faire devenir transparentes les rondelles d'oignon.

Saupoudrer avec les épices : une cuillerée à café de poudre de curry, la moitié de cumin, une pointe de piment d'Espelette. Bien mélanger oignons et épices, puis ajouter les dés de tomate.

Remettre à cuire le poulet dans les légumes et laisser mijoter dix minutes.

Terminer en versant 10 cl de crème fraîche liquide qui va détendre la sauce, bien mélanger, laisser frémir cinq minutes supplémentaires. Goûter pour vérifier la teneur en sel.

Servir en ajoutant le hâchis de persil et de basilic frais.

Posté par mpbernet à 08:00 - Plats principaux - Commentaires [3]
Tags :

21 avril 2017

Dans le secret de l'isoloir, dimanche, réflechissez !

 

P1210410

 

A partir de ce soir, la campagne électorale est close.

Nous tenons notre sort des cinq prochaines années (et sans doute plus …) entre nos mains et chacun de nous aura le même poids dimanche dans les urnes : celui qui a « décroché » en troisième comme le polytechnicien-énarque, celle qui vient d’obtenir la nationalité française après des années de démarches complexes comme celle qui ne s'est jamais posé la question de savoir ce que signifie être française, l’homme des bois et des champs comme le trader des tours de La Défense. C’est ça, l’égalité.

Et ce poids, que nous partageons tous et toutes, c’est celui de la responsabilité.

Notre participation à ce scrutin est plus que jamais indispensable, n’en déplaise à tous ceux qui disent « ne plus rien avoir à en foutre ». On nous demande de faire un choix, c’est pourtant simple. On peut voter « pour » quelqu’un, ou « contre » un programme, une personne, mais nous avons le devoir de nous prononcer. Dimanche, c’est la demi-finale. Les partis politiques traditionnels ont cru bon, dans une société où domine l’individualisme (ce qui n’est pas spécifique à la France, soit dit en passant), d’organiser des primaires pour investir leur candidat. Résultat : au lieu de rassembler les énergies autour d’un projet commun, ils ont provoqué un émiettement des sensibilités et une série de trahisons. Ce fut une grave erreur et je conçois que cela ait perturbé nombre d’âmes sensibles. Bien inspirés ceux qui ne se sont pas fourvoyés dans ces galères.

Aucun de nous ne peut toutefois prétendre qu’il ne trouve pas « chaussure à son pied ». Au premier tour, on choisit. Et si vous trouvez un candidat sympathique, votez pour lui. La plus grande partie des candidats ne sont là que pour témoigner. Ils savent bien qu’ils n’ont aucune chance mais ils profitent de l’occasion unique de faire progresser leurs idées, même les plus farfelues. C’est une façon de donner la parole à tous, tous les 5 ans, une des facettes de la liberté. Même si vous êtes tentés par l’abstention, faites un effort, allez voter pour l’un des leurs, votez blanc, mais VOTEZ : nous avons besoin d’un vainqueur légitime, quel qu’il soit et le taux global de la participation est important.

Et puis, tout de même, réfléchissez ! Prenez une heure de votre temps à parcourir les « pamphlets » des candidats qui vous ont été envoyés par La Poste. Cela vaut la peine, car certaines propositions font franchement rigoler. C’est un catalogue de La Redoute inouï, on y promet la lune et on rase gratis chaque jour. En réalité, il y a quatre candidats actuellement crédibles. Sachez qu’une partie au moins du programme du vainqueur final sera réalisée, discernez les propositions qui ne sont en aucun cas réalistes, de celles qui sont carrément funestes, voire dangereuses.

On nous dit que la plus grande partie de la population se révolte contre « le système » politique aujourd’hui à bout de souffle : plus aucune discipline à l’intérieur des partis, promesses non tenues, corruption à la petite semaine, engagements à géométrie variable, allégeance à des puissances hostiles, abandon des quartiers à la délinquance quotidienne, découragement d’un corps enseignant largué par ses propres syndicats …

La vérité est que nous sommes en train de vivre (mal) une révolution économique et culturelle majeure et que notre vieux fonds traditionnaliste, qui fait de la France un pays de culture, d’art de vivre et de penser original, ne nous aide pas à nous adapter aux mouvements qui secouent le monde d’aujourd’hui : révolution des transports, migrations irrésistibles, essor de la technologie à bas coût, métiers et secteurs économiques qui disparaissent soudainement, refus d’apprendre – mais surtout refus des structures étatiques de réagir efficacement en formant à nouveau des travailleurs âgés -  réticence des entreprises à employer les jeunes car on ne comprend pas leur langage, leurs aspirations, leurs idoles et ils font peur.

Il nous faut tout remettre à plat, s’ouvrir au monde, secouer les vieux circuits de décision, accepter et anticiper les changements et, « en même temps », sauvegarder notre spécificité et attirant de nouvelles compétences, en agissant au sein de l’Europe, en redevenant crédibles auprès de nos principaux partenaires – qui n’attendent que ça et se désolent de nous voir nous replier derrière de vieilles lunes ou des murs irrémédiablement poreux aux tentatives d’infiltrations criminelles – en confiant notre destin à des hommes et des femmes pleins d’énergie, de jeunesse et de foi en les pouvoirs insoupçonnés de notre corps social : ça, c’est la fraternité.

Si tant est que, chers lecteurs, vous me faites un peu confiance, je n’ai qu’un mot à répéter encore et encore : ne vous laissez pas manipuler, réflechissez et VOTEZ !


 

Posté par mpbernet à 07:25 - Actualité - Commentaires [8]
Tags :

20 avril 2017

Désherbage de printemps

P1210391

Comme à chaque fin d’hiver, nous débarquons chargés de sacs entiers des livres que nous avons lus depuis notre dernier séjour ici.

La problématique est de les insérer dans les différentes bibliothèques déjà pleines à rabord de la maison … Il faut donc procéder à ce que les bibliothécaires appellent un « désherbage ». Une occasion de dépoussiérer les livres restés tout l’hiver dans le froid, de supprimer les doublons, de se séparer d’ouvrages finalement sans intérêt (en particulier les livres politiques en cette année électorale.)

Ce printemps, nous avons remis de l’ordre dans les deux principales zones de rangement : dans le séjour sont rangés les livres historiques, dans la petite maison de l’autre côté de la cour, la littérature avec deux sections particulières : jeunesse et bandes dessinées, polars et thrillers.

P1210390

Le désherbage a surtout affecté la bibliothèque historique. La section « pratique » a aussi été bien échenillée (c’est fou ce que les guides touristiques se périment vite et j’achète tout le temps de nouveaux livres de cuisine pas toujours très pertinents).

En revanche, on constate toujours la prépondérance des sections « Grande guerre et seconde guerre mondiale », les biographies, les mémoires avec toute une partie réservée à Charles De Gaulle et Winston Churchill. Beaucoup d’études sur les dictateurs aussi, de tous temps, de tous poils. Il faut bien connaître ses ennemis car le péril rode encore aujourd’hui.

En ce qui concerne la littérature, le premier travail a été de transférer l’espace jusqu’ici réservé aux albums de photos (qui datent d’avant le numérique) dans la maison principale. Une demande d’Anne-Christine, un rituel avec nos petits-enfants qui veulent savoir de quoi avaient l’air leurs parents avant leur naissance.

P1210408

P1210409

Grand reclassement alphabétique des auteurs aussi … Et puis j’ai eu le plus grand mal à « desserrer » la section des romans policiers. John Le Carré, Tom Clancy, Michael Connelly, Frédéric Forsyth, John Grisham, Camilla Läckberg, Elizabeth George, Ruth Rendell, Minette Walters, Philip Kerr, James Ellroy, Donna Leon sont très présents, mais aussi Pierre Lemaître, Jean Contrucci, Claude Izner, Jean Failler, Arturo Perez-Reverte, Andrea Camilleri, Dan Brown, Fred Vargas, Valentin Musso, Michel Bussy, Patricia Wentworth …

Avant-après : on ne voit pas bien la différence ...sauf que le regroupement des ouvrages d'un même auteur est mieux respecté et que tous les livres qui étaient sur la table ont touvé leur place, même si ce n'est pas en première ligne ...

Malheureusement, je n’ai pas réussi à trouver beaucoup de place disponible pour de nouveaux achats. Il va falloir l’an prochain faire des choix déchirants et il nous reste tant à lire … En réalité, il va falloir acheter de nouveaux rayonnages ...

N.B. : nous n’avons pas touché aux rayonnages archi-pleins de Florence … Ils l’attendent de pied ferme.

 

Posté par mpbernet à 08:07 - Journal de bord - Commentaires [10]
Tags : , ,

19 avril 2017

Pull arachnéen ras de cou, en mohair, taille 42

P1210402

 

J’avoue tout : je me proposais de tricoter un pull tout en point ajouré … Mais j’ai essayé un échantillon selon la grille – pourtant fort claire n°331 – donnée dans le catalogue de Bergère de France, mais j’ai vite renoncé. Travailler dans une laine aussi mousseuse, évanescente, et surtout dans le noir fut au-dessus de mes forces. J’ai donc changé mon fusil d’épaule en me disant que le point jersey, après tout, était très élégant aussi. Le résultat final va au-delà de mes espérances : un pull ultra léger, douillet, qui laisse passer l’air … avec cette extraordinaire sensation qu’on se glisse dans un nuage …

C’est donc un modèle à emmanchures droites et longs poignets. L’ouvrage est tricoté en fil « Pure Douceur»  de Bergère de France (58% mohair, 37% polyamide, 5% laine), dans une forme hyper classique, pour lequel seulement moins de 4 pelotes ont été nécessaires.

Echantillon tricoté aux aiguilles n°4 : 22 mailles et 28 rangs pour 10 cm (approximativement, car le rendu est très souple)

Dos : monter 95 mailles et faire la bordure de côtes 1/1 sur 20 rangs avec les aiguilles n°3,5. Continuer tout droit au point jersey avec les aiguilles n°4 sur 56 cm. Pour les épaules, rabattre souplement 4 fois 7 mailles de chaque côté. « En même temps » que la première « marche » du biais d’épaule, rabattre au milieu pour l’encolure 29 mailles puis continuer chaque côté séparément en rabattant de chaque côté tous les 2 rangs 1 fois 3 m. et 1 fois 2 mailles. La hauteur totale du dos est d’environ 58 cm.

 

P1210404

Devant : monter le même nombre de mailles et faire le même travail que pour le dos. Le creusement de l’encolure intervient plus tôt (à 51 cm de hauteur totale) : rabattre les 21 m. centrales puis en rabattant de part et d’autre tous les 2 rangs 1 fois 3 m., 1 fois 2 m., et 4 fois 1 maille. Biaiser les épaules comme pour le dos.

Manches : les tricoter en vis-à-vis (avec 2 pelotes mais sur la même aiguille) afin qu’elles soient rigoureusement identiques. Monter 45 mailles et réaliser la bordure de côtes 1/1 sur 20 rangs, avec les aiguilles n°3,5. Reprendre les aiguilles n°4 et augmenter de chaque côté à trois mailles du bord 1 maille tous les 10 rangs 9 fois, puis 1 m. tous les 8 rangs 4 fois.

Afin de ne pas obtenir de « trou » dans un tricot déjà bien ajouré, je pratique des augmentations levées en piquant avec l’aiguille droite dans le brin se trouvant deux rangs en dessous de la maille se trouvant en face, que je ramène sur l’aiguille gauche avant de la tricoter à l’endroit. A 44 cm de hauteur totale, rabattre très souplement les 71 mailles en une seule fois

 

P1210406

Col : monter 110 mailles à l’aide des aiguilles n°3,5. Tricoter 8 rangs en côtes 1/1  puis 2 rangs en jersey et laisser les mailles en attente. Prendre un fil de bâti et marquer la bande de côtes au niveau de la 60ème maille et de chaque côté au milieu (au niveau de la 30ème maille, et au niveau de la 85ème maille). Coudre une épaule. Sortir la bande de col de l’aiguille et défaire le second rang de jersey. Epingler la bande de col, endroit sur endroit, sur l’encolure, en se servant des repères (le devant étant légèrement plus long que le devant. Coudre maille à maille à points arrière en veillant à ne manquer aucune maille de la bande de col.

Assemblage. Coudre la seconde partie de l’encolure et la seconde épaule. Avec un fil de bâti, marquer le milieu de chaque manche qui correspond à la couture d’épaule. Coudre les manches au corps, puis, en continu, les coutures des côtés et enfin les coutures des bas de manches, à l’aide des fils qui pendent des morceaux. Faufiler les fils superflus.

Blague à part, à 70 ans, je joue encore les cover girls !

Posté par mpbernet à 08:00 - Tricot basique - Commentaires [9]
Tags :

18 avril 2017

Premier arrêt après la mort, thriller de Jacques Attali

 

arretmort

J'ai connu Jacques Attali mieux inspiré. Quelle mouche lui a pris, après une telle carrière d'écrivain reconnu et de conseiller politique écouté de se lancer à 73 ans dans un genre déjà très encombré : le polar ? J'avoue que le bouquin a bien failli me tomber des mains dès les premiers chapitres, mais, avant d'en rédiger une critique objective, je me suis fait un devoir d'aller jusqu'au bout … espérant un sursaut que je n'ai hélas pas trouvé.

Ne devient pas Pierre Lemaître, Ingrid Desjours ou Olivier Norek qui veut … L'histoire ici racontée, qui se déroule en juillet 2018, est totalement invraisemblable. L'auteur mélange sa connaissance très approfondie des rouages de l'Etat au plus haut niveau, des aléas de la situation internationale, des risques d'attentats terroristes et les poncifs d'usage du genre thriller : un coupable insoupçonnable, qui tire les ficelles depuis le début et manipule les flics chargés de l'enquête.

Le personnage sympathique est une jeune et jolie commissaire : Fatima Hadj. C'est une brune aux yeux verts (attention : indice !) qui fait régulièrement des cauchemars où elle voit son père, libraire à Dunkerque, mourir dans les flammes. Elle a pour amant un conseiller du Président, qu'elle décide le quitter … le ministre de l'intérieur, un proche du Président, lui confie une affaire spectaculaire : dans différentes villes de France – qui s'avèrent avoir un rapport avec la carrière et la vie privée du Président – on retrouve les cadavres carbonisés d'hommes auxquels on a coupé la tête, les mains et les pieds. Onze en tout, avec, attachés à leurs bras, des vers d'un poète anglais mort dans les derniers jours de la guerre de 14. On voit que l'auteur ne recule pas devant le gore …

Bref, l'intrigue est mal ficelée, redondante, les dialogues indigents, les personnages foisonnants mais creux, les événements extérieurs non pertinents. Seule émerge la belle Fatima, qui pourrait être incarnée par Rachida Brakni qu'on a vue dans deux séries TV politiques récentes (« Les hommes de l'ombre » et « Silences d'Etat »), mais en réalité, à part tomber à nouveau amoureuse d'une barbouze inquiétante mais très bien informée, elle ne résout pas grand-chose. Le lecteur reste donc jusqu'au bout sur sa faim …
Une seconde lecture pourrait révéler une angoisse de l'auteur : cherche-t-il à conjurer l'impression d'avoir été manipulé par un homme auquel il aurait voué son destin et qui n'aurait été qu'un immonde salopard ?

Premier arrêt après la mort, thriller de Jacques Attali, publié chez Fayard, 297 p., 19€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0]
Tags : ,

17 avril 2017

Bliniss express ...

P1210387

Vous continuez à acheter des blinis sous blister à réchauffer au micro-ondes alors que vous avez certainement tout ce qu'il faut dans vos placards pour en faire des tout frais, délicieux ?

Voici la recette que j'ai testée avec un franc succès, pour accompagner des tranches de saumon fumé.

Il vous faut, pour 4 à 5 blinis : un pot de yaourt (bulgare ou pas, mais nature), le même volume de farine, un oeuf et la moitié d'un sachet de levure chimique.

On touille les ingrédients vigoureusement afin d'obtenir une pâte homogène (relativement épaisse), on met au frigo pendant une heure.

Graisser ensuite la poêle avec un peu de beurre et de l'huile neutre, laisser tomber de grosses cuillèrées à soupe de pâte de façon à ce que les "gouttes" ne se touchent pas, attendre que de petits trous se forment avant de retourner pour cuire l'autre face...

et c'est tout !

Qui dit plus simple ?

Autres ingrédients nécessaires pour un plat russe parfait : crème fraîche épaisse, poivre noir, citron, un petit verre de vodka ... et, pour les grands jours, quelques grains de caviar beluga. Ainsi nous les proposait une grande dame que nous avons connue et qui avait fui avec sa famille les bolcheviks dans les années 20 ... Une petite prière pour elle : Vita Lévin et son mari Léon, antiquaire spécialisé dans les pierres dures et porcelaines chinoises chez qui j'ai pris le virus des antiquités chinoises ...

Posté par mpbernet à 08:00 - Entrées - Commentaires [1]
Tags :

16 avril 2017

Rituel pascal en solitaires : l'hostellerie Le Vert à Mauroux

 

 

IMG_0894

Circulant depuis 1988 dans la région, nous y avons nos habitudes. Et c'est rare de retrouver, année après année, les mêmes professionnels investis dans leur métier d'accueil et de haute gastronomie, logés dans une belle et antique maison de village, comme ce couple de restaurateurs de Mauroux, Eva et Bernard Philipe. Le régal était, comme jadis, au rendez-vous.

IMG_0889

IMG_0888

En ce dimanche de Pâques, le restaurant était exceptionnellement ouvert et nous avons compensé le départ de nos petits-enfants par un déjeuner festif : Ris de veau braisé au Champagne en feuilleté, faux-filet d'agneau cuit à basse température dans un jus de fèves et charlottes safranées, filet de veau aux morilles, tartelette au citron avec une boule de glace au chocolat au piment d'Espelette (du feu sous la glace !). Avec une demi-bouteille de Château Patache d'Aux ... puisque nous reprenions la route !

C'était divin, léger et subtil, plein de saveurs et superbement bien assaisonné.

Le tout à un prix très raisonnable eu égard à la qualité servie : plat et dessert : 28€, entrée et plat : 30€, entrée, plat et dessert : 32 €. Avec, naturellement un amuse-bouche (aujourd'hui, une bisque de homard sur croutons, délicieuse selon Claude car moi, c'est le seul aliment auquel je suis violemment allergique !)

A noter : des soirées à thème, des instants musicaux ... A suivre !

Hostellerie Le Vert *** - 46700 Mauroux, France - Tél. +33 (0)5 65 36 51 36, www.hostellevert.com

Posté par mpbernet à 15:24 - Miam-miam - Commentaires [1]
Tags : ,

Joyeuses Pâques à tous !

 

Pâques

Célébrons la fête du renouveau de la nature : fleurs, fruits, arbres, tout bourgeonne …

Pour les chrétiens, c’est la joie de la résurrection du Christ. Et cette année, rare occasion puisque nous ne fonctionnons pas selon le même calendrier, ce 16 avril est aussi le jour de Pâques pour les Orthodoxes. Crions donc avec eux : Christ est récussité ! Et pour les Juifs, Pessah dure du mardi 11 au mardi 18 avril ...

Tout est symbole. Ne manquons pas ce moment d’allégresse, après une période de jeûne (encore que je ne connaisse personne qui pratique encore le carême) et une semaine de Passion (chez nous, on se contente de s’abstenir de viande le jeudi et le vendredi saint …).

Les traditions s’estompent dans notre monde de brutes (faut-il le déplorer ?), mais le chocolat subsiste. Dans ma jeunesse, on revêtait aussi des habits neufs pour aller à la messe obligatoire ...

Pour ma part, je me souviens très vaguement de ma mère faisant cuire des œufs durs qu’elle décorait au pinceau avec des décoctions d’épinards, de betterave rouge, de pelures d’oignons ou de safran. Ensuite, comme nous habitions dans un appartement, on les cachait dans les coussins des fauteuils ou les recoins de la bibliothèque. Cependant, je ne me souviens pas de les avoir mangés …

Car très vite, on les remplaça par le chocolat, dans des formes variées et symboliques : poule, poissons en friture, lièvre … Benjamin, reparti hier, a bien regretté de ne pas fêter Pâques ici, essentiellement pour le chocolat !

Cette année, nous ne serons pas en famille, car nous restons ici pour le vote imminent. Pas de déjeuner traditionnel avec agneau rôti. Mais nous avons prévu d’aller nous mettre au vert, en amoureux (Le Vert est un très agréable restaurant où nous avons nos habitudes depuis 25 ans).

 

tango

Pour fêter Pâques, je vous envoie ce bouquet de roses tango, que je laisse sur leur branche car, sauf exception, je n’aime pas que l’on coupe les fleurs. Ce sont les premières de la saison et elles paraissent particulièrement vigoureuses. C’est un vrai feu d’artifice !

 

Joyeuses Pâques à tous mes lecteurs !

 

 

Blague à part, qui pourra m'expliquer pourquoi, dans une république laïque et à l'heure des RTT, on a un lendemain de Pâques chômé ...

Posté par mpbernet à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [8]
Tags : ,

15 avril 2017

Un instant de nostalgie ...

P1210389

Les vacances à la campagne sont terminées pour Camille et Benjamin.

Comme un fait exprès, le soleil a la pudeur de se faire très discret ce matin.

Ils repartent vers Paris avec en perspective un long (pour Benjamin surtout) voyage en train avec changement à Agen. Je ne serai pour ma part tranquille que lorsque j'aurai un SMS de Camille indiquant qu'ils sont bien dans le TGV. Chouette, dès ce été, le trajet sera raccourci d'une heure entre Paris et Bordeaux !

Ils ont eu la gentillesse de nous dire que nous allions leur manquer ... Ce dont je suis certaine c'est qu'eux vont nous manquer !

Posté par mpbernet à 08:45 - Journal de bord - Commentaires [8]
Tags :