Bigmammy en ligne

16 août 2018

Pissaladière au thon

P1230755

La recette traditionnelle niçoise est indissociable des filets d'anchois allongés à l'huile d'olive (ou de purée d'anchois) que l'on incorpore à la purée d'oignons, mais ce jour-là, je n'en avais pas dans mon frigo ... Je me suis donc rabattue sur une boîte de thon au naturel ... et c'était très bon parce que moins salé.

J'ai moi-même confectionné le fond de tarte, selon ma recette familiale de pâte brisée salée : dans un saladier je mélange avec les doigts 7 cuillerées à soupe bien bombées de farine tamisée, une pincée de sel, la moitié d'un sachet de levure chimique, 5 cuillerées à soupe d'huile neutre - on peut utiliser de l'huile d'olive, mais c'est plus cher et on ne perçoit pas beaucoup la différence - un oeuf entier et un verre d'eau tiède. Former une boule et laisser reposer une bonne heure au frais et à l'ombre, sous un torchon.

Pendant ce temps, émincer en rondelles fines (à la mandoline par exemple, et avec un masque de plongée ou au mixer avec un disque éminceur !) 5 à 6 oignons jaunes et les mettre à compoter dans un peu d'huile d'olive et une cuillerée à soupe de sucre, dans une poêle large, d'abord à couvert puis à découvert. Les retourner jusqu'à ce qu'ils prennent une douce couleur marron clair.

Préchauffer le four à 200° (Th : 7)

Foncer le moule avec les doigts et piquer le fond et les bords de la pâte à la fourchette. Etaler régulièrement la purée d'oignons tiédie sur toute la surface. Répartir le contenu de la boîte de thon émietté et bien égoutté. Ajouter des olives noires. Enfourner pour 40 minutes.

Posté par mpbernet à 07:29 - Entrées - Commentaires [2]
Tags :

15 août 2018

Cousinages et retrouvailles

P1230911

Florence, Romane et Dorian nous ont rejoints.

L'occasion pour Benjamin et Dorian de retrouver les bons vieux réflexes et de jouer à en perdre la notion du temps qui leur fait oublier jusqu'à l'heure où il faut se mettre à table.

P1230908

Pour nous, c'est un délicieux moment avec nos deux filles aînées. Mais c'est un instant fugace car Anne-Christine retourne à Paris dès ce soir ...

P1230901

P1230904

P1230905

P1230902

Le temps, soudain, n'est plus au beau fixe. Certains soirs, une étrange lumière rousse éclaire les frondaisons. Et les matins sont frisquets ...

Une autre manière d'aborder la fin de l'été mais d'habitude, ces phénomènes interviennent plus tard vers la Saint Barthélémy (le 24 août !).

Tout est en avance cette année ...

Posté par mpbernet à 07:53 - Journal de bord - Commentaires [1]
Tags :

14 août 2018

Pull classique de garçon (taille 12 ans) à encolure en V

 

P1230701

Encore un pull tricoté avec le fil acheté au magasin GiFi, extraordinairement efficace ! Avec 12 pelotes, j’aurai réussi à réaliser une brassière et un bonnet de bébé en taille 6 mois, un pull de marin en jersey nervuré en taille 10 ans et ce dernier pull ultra-classique pour HUGO qui ne m’a demandé que 5 pelotes (100% acrylique).

L’échantillon mesure 24 mailles et 31 rangs, tricoté en aiguilles n°3,5 – les bords côtes et le col sont tricotés en aiguilles n°3 et en côtes 1/1.

Dos : monter 103 mailles en côtes 1/1 sur 18 rangs avec les aiguilles n°3. A 36 cm de hauteur totale soit 88 rangs de jersey, creuser les emmanchures en rabattant de chaque côté 1 x 3 m., 2 x 2 m., 4 x 1 m (à 2 mailles du bord). Continuer droit sur les 81 mailles restantes jusqu’à une hauteur d’emmanchure de 17 cm puis biaiser les épaules (rabattre de chaque côté 3 x 7 m.) tout en creusant simultanément l’encolure en rabattant les 35 m. centrales puis 2 m. de chaque côté.

 

P1230704

Devant : même travail que pour le dos jusqu’au départ du V d’encolure qui se commence après la 2ème diminution d’emmanchure.

Séparer le travail en deux et continuer sur le côté gauche en poursuivant les diminutions d’emmanchures et, simultanément, celles de l’encolure. Marquer la maille centrale (la 52ème) avec une épingle de nourrice ou un fil de couleur. Tricoter 4 rangs jersey, puis faire une diminution (tricoter 2 mailles ensemble) à 4 mailles du bord d’encolure, tricoter encore 4 rangs droits puis à nouveau une diminution à 4 mailles du bord et ensuite, tous les 2 rangs une diminution toujours à 4 mailles du bord, 17 fois.

Reprendre le travail au milieu du V d’encolure. Faire les diminutions symétriquement à 4 mailles du bord avec un surjet simple lorsqu’il ne reste que 6 mailles sur l’aiguille. Arrêter les diminutions du V d’encolure lorsqu’il ne reste que 21 mailles sur l’aiguille. Compter scrupuleusement le même nombre de rangs que pour le dos avant d’enclencher le biais des épaules – soit 3 « marches » de 7 mailles.

Col : coudre à point arrière une des deux épaules. Avec des aiguilles n°3, relever régulièrement, le long de l’encolure le même nombre de mailles le long des 2 branches du V (plus la maille centrale) et comme elles viennent le long de l’encolure dos. Tricoter un rang sur l’endroit ou un rang sur l’envers puis continuer en côtes 1/1 en pratiquant à chaque rang une double diminution au droit de la maille centrale du V (glisser 2 mailles sur l’aiguille droite, tricoter la 3ème maille puis passer les 2 mailles glissées sur la maille tricotée), le tout sur 6 rangs. Rabattre les mailles comme elles se présentent – y compris au niveau de la maille centrale avec sa double diminution.

Manches : monter 54 mailles et tricoter 18 rangs de côtes 1/1 avant de prendre les aiguilles n°3,5 pour continuer en jersey en pratiquant 10 augmentations à 2 mailles des bords : 8 fois tous les 10 rangs et 2 fois tous les 8 rangs. On obtient 74 mailles. Pour la tête de manche, diminuer comme suit, tous les 2 rangs de chaque côté : 2 x 3 m., 2 x 2 m., 9 x 1 m. (à 2 mailles des bords), 2 x 2 m., 2 x 3 m., et les 16 m. restantes.

Montage : coudre la seconde épaule puis monter les manches au corps du tricot, endroit contre endroit, et enfin les coutures de bas de manches et de côté en continu. Faufiler les fils qui dépassent. Pour ma part, avant le montage, je donne un léger coupe de fer à vapeur sur les pièces du tricot avant d’entreprendre la couture.

Dimensions du pull terminé : largeur à la base 42 cm, hauteur totale 54 cm, longueur de la manche : 52 cm.

Posté par mpbernet à 08:00 - Tricot basique - Commentaires [4]
Tags :

13 août 2018

Fin de partie !

selfie ultime

Difficile de caser 11 personnes sur le même cliché !

Mais Camille, Stéphane et Begoña et leurs deux filles nous quittent ce matin.

Ils seront remplacés par Florence, Romane et Dorian dès demain ...

J'espère que le temps va se remettre au beau ...car ce matin, une grosse pluie était au rendez-vous. Grosses gouttes, et dans 5 jours, champignons en perspective.

La suite au prochain numéro.

Posté par mpbernet à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [1]
Tags :

12 août 2018

Chassé-croisé des familles ...

P1230892

C'est la grande transumance du 15 août qui commence.

Le temps devient plus capricieux et, enfin, la température du matin est beaucoup plus fraîche, il est donc possible à nouveau de laisser portes et fenêtres ouvertes.Hélas aussi, on annonce une poussée orageuse pour demain.

 

P1230890

Hier matin, la famille Babou est repartie vers le sud, mais nous a laissé en otage son chat Grizou, ce qui augure d'un prochain retour lorsqu'ils seront sur la route de Paris. Les enfants en auront bien profité !

Hugo a beaucoup appris avec Jean-Baptiste - malgré quelques déboires dans la maîtrise du drône perché dans un arbre - et Apolline et Begoñita se sont parfaitement comprises, car Bego fait de grands progrès dans sa langue paternelle. Le jeu de TABOO qui consiste à décrire un mot sans employer certains termes pourtant évidents est particulièrement efficace et les fait rire aux éclats.

 

P1230854

Moi en revanche, j'ai perdu mon meilleur commis de cuisine ! Ses partenaires adultes ont perdu un redoutable adversaire au tarot, lui qui leur a mis une sacré piquette avec le "petit" mené au bout l'autre soir ...

P1230783

Mardi, les uns s'en vont, d'autres les remplacent que nous n'avons pas vus depuis longtemps ...

Il se passe tout le temps des choses agréables dans ce coin perdu qui résonne sans cesse de cris d'enfants.

Posté par mpbernet à 07:32 - Journal de bord - Commentaires [4]
Tags : ,

11 août 2018

Que faire avec des blancs d'oeufs ?

Il est des préparations culinaires qui requièrent uniquement des jaunes d'oeufs - comme le tiramisu  ou les spaghetti à la carbonara - et on se demande alors que faire avec les blancs restants. Voici deux petits desserts que j'ai testés cette année : les rochers coco (ou Congolais) et les petites meringues.

 

Rochers coco :

 

ROCHERS COCO

J'ai dû m'y reprendre à deux fois avant de réussir mes petits amoncellements de pâte ... qui s'avèrent un idéal accompagnement d'une boule de glace.

Car les rochers cuisent très vite et on court le risque d'avoir des amoncellements de charbon caramélisé !

Ici, ce n'est pas le fait de mesurer le poids de chaque ingrédient qui importe mais la consistance du mélange qui doit rester assez ferme pour être formé avec les doigts et bien tenir. En effet, tout dépend de la grosseur des oeufs qui ont fourni les blancs ...

Faire préchauffer le four à 180° (Th : 6)

On commence donc avec la poudre de noix de coco qu'on mélange avec du sucre. Pour ma part, je mets 80% de sucre par rapport au poids de coco. Incorporer progressivement les blancs d'oeufs jusqu'à l'obtention d'un mélange ferme mais malléable.

Former les rochers avec les doigts sur une plaque de cuisson en silicone ou du papier sulfurisé. Ils ne vont pas gonfler, on peut tasser. 

Enfourner pour 15 minutes, vérifier le degré de brunissage et éventuellement laisser encore 2 minutes avant de sortir les petites pâtisseries et de les poser sur une grille ...

 

Meringues :

 

meringues

D'abord, peser les blancs d'oeufs dont on dispose et verser dessus deux fois ce poids en sucre en poudre. Il est recommandé d'avoir des blancs d'oeufs datant de 2 ou 3 jours, bien filmés dans le frigo.

Mettre le tout dans un cul-de-poule allant au bain-marie et faire passer le mélange à environ 50° - on peut y mettre le doigt pour contrôler. Sortir du feu et monter les blancs en neige le plus serré possible, pendant au moins 12 minutes.

Dans une poche (ou un sac plastique très propre dont on coupe un coin), placer une petite douille canelée. Remplir la poche avec les blancs à l'aide d'une spatule - si on le souhaite, on peut les colorer avec quelques gouttes de colorant alimentaire.

Faire préchauffer le four à 125°.

Places des feuilles de papier sulfurisé sur la ou les plaques. Pour ma part, j'ai fait cuire les deux plaques dans le même four, l'une au-dessus de l'autre.

Former des petits tas de blancs légèrement espacés les une des autres : ils vont gonfler et risque de se rejoindre. Passer en cuisson pour environ une heure, en surveillant - ici, j'ai un peu trop attendu et mes meringues se sont un peu craquelées.

 

Posté par mpbernet à 07:46 - Desserts - Commentaires [6]
Tags :

10 août 2018

Viva España !

P1230839

Depuis l'arrivée de la petite famille Eyme, nous vivons à l'heure espagnole ...

Evidemment, Stephane a apporté de quoi ravir nos papilles et au premier chef, une patte avant de jambon Bellota ... Le caviar du jambon espagnol ! Mais pas seulement ...

P1230827

P1230828

P1230829

P1230830

Il y a aussi la Caña de lomo iberico - le filet du cochon seché (1), la Cecina de Leon (2) qui est de la viande de vache séchée, le fromage de brebis truffé (3), le jambon ibérique de Bellota coupé en pétales ultrafines (4), sans oublier le chorizo picante et  la morfila (boudin noir).

P1230855

P1230826

P1230858

Et puis la soirée avec la tortilla - pour nous 15, il en faut 3, et le gazpacho ...

Avec de délicieux vins de Xerès secs ou du vin doux "Pedro Ximenez Viejo". Tout ça pour l'apéritif du soir ...

Je vous garantis que nous passons de joyeuses soirées commençant par les traditionnelles tapas ...

 

Posté par mpbernet à 07:19 - Miam-miam - Commentaires [8]
Tags : ,

09 août 2018

Jeux d'eau

les vieux à la baille !

Alors que la canicule - période d'une durée inhabituelle - semble nous quitter enfin, nous nous réjouissons chaque jour d'avoir le privilège de profiter d'une piscine bien plus large et pas hors sol que celle du fort de Brégançon et qui fait corps avec notre maison comme une pièce supplémentaire essentielle.

 

P1230569

 

P1230578

 

P1230777

 

 

 

P1230834

Cela fait 30 ans cette année que nous en bénéficions car la piscine était déjà construite lorsque nous avons acheté la maison en 1988.

Les enfants et leurs parents y passent une grande partie de la journée, et nous aussi, de temps à autres, surtout lorsque la température de l'eau dépasse les 25°.

A la tombée de la nuit, les petits adorent prendre un dernier bain avant d'aller se coucher.

On se délasse, on fait des longueurs, tandis que les plus jeunes se battent à coup de "frites".

Il faut seulement rester vigilant sur la teneur en chlore de l'eau et combattre les tentatives d'envahissement des microalgues transportées par le vent qui vient d'Espagne, en même temps qu'une fine poussière de loess du Sahara.

C'est le boulot de Claude qui sait comment nettoyer les filtres et mesurer les taux de Ph.

Evénement inouï, cette année, résultat tangible du réchauffement climatique, nous en avons profité pour les vacances de printemps.

Un vrai travail qui porte ses fruits en cris, rires, plaisir ... mais qui nécessite une vigilance de tous les jours pour éviter de voir l'eau prendre une couleur vert émeraude ...

Enfin, cette nuit, il a plu après un fort orage... il fait nettement plus frais ce matin !

Posté par mpbernet à 07:47 - Journal de bord - Commentaires [2]
Tags :

08 août 2018

Le coeur converti, roman de Stefan Hertmans

Coeur converti

Itinéraire d’une enfant pourchassée …ou la terrifiante épopée de la fille d’un seigneur Viking de Rouen, née quatre ans après la bataille d’Hastings, tombée amoureuse de David, le bel étudiant fils du rabbin de Narbonne venu parfaire ses études à la célèbre yeshiva normande. Ils s’aiment, ils fuient vers le sud à pied ou sur le dos d’une mule tout comme la vierge Marie, bravant les périls et surtout les chevaliers normands partis à la recherche de la belle Vigdis-Adélaïs-Sarah-Hamoutal.

Cruel 11ème siècle : l’intolérance y règne et les dangers sont terrifiants : ours dérangés dans leur tanière, serpents, chrétiens voulant venger le Christ. Le jeune couple parvient à Narbonne, chez les parents de David. Vigdis se convertit et leur mariage est célébré, elle met au monde deux enfants, mais ils doivent fuir toujours plus loin, jusqu’au village de Monieux, aujourd’hui dans le Vaucluse, au sein de la petite communauté juive correspondante du beau-père.

Stefan Hertmans, né à Gand en 1951, est un écrivain d’expression flamande célèbre dans son pays mais bien peu connu en France. Il possède une maison dans ce petit village provençal où eut lieu en 1096 un pogrom et va remonter le temps et tous les lieux où sont passés David et Hamoutal, le nouveau nom de Vigdis, la prosélyte fugitive dont on retrouve la trace dans les documents exceptionnels découverts dans la genisah de la synagogue Ben Ezra de Fustat – l’ancien nom du Caire.

Ni traité d’archéologie, ni roman d’aventure, ou plutôt les deux, le récit est envoûtant : on veut savoir comment la belle jeune femme traverse les pires épreuves qu’un être humain puisse supporter, on rencontre les sauvages chevaliers de la première croisade prompts à assassiner tous ceux qui ne pensent pas comme eux puisque « Deus lo volt ».

L’antisémitisme ambiant a des racines bien profondes … et le siècle d’or des cathédrales et abbayes romanes bien des aspects repoussants. Un roman qui invite à méditer sur les conflits actuels de religions et le sort des fuyards des guerres, en se remémorant par exemple l’ouvrage d’Amin Maalouf : « Les Croisades vues par les Arabes ».

Le cœur converti, roman de Stefan Hertmans (De Bekeerlinge), traduit du Néerlandais par Isabelle Rosselin, édité chez Gallimard. 370 p., 21,50€

 

Posté par mpbernet à 07:06 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0]
Tags : ,

07 août 2018

Festival de Bonaguil-Fumel : Un fil à la patte

 

Fil à la patte

Les orgages n'auront pas, cette année, perturbé la programmation de cette 56ème édition du festival auquel nous sommes particulièrement attachés : les gradins étaient combles, les spectateurs, qui viennent des alentours toutes générations confondues, les bénévoles que nous retouvons avec plaisir ...

Une initiative particulièrement louable dans ce territoire (merci aux élus toujours très présents !) qui voit pourtant son fleuron industriel aujourd'hui anéanti et son centre-ville en coma dépassé.

Venir au festival, c'est prendre une bouffée d'air frais, si bienvenue en ces temps de chaleur étouffante !

Dimanche soir, on donnait l'irrésistible comédie de Georges Feydeau : Un fil à la patte.

Fernand de Bois d’Enghien (noblesse d’Empire) opportuniste peu courageux est l’amant de Lucette Gautier, chanteuse de café-concert, qui elle-même a tapé dans l'oeil du richissime et violent général mexicain Irrigua. Mais Bois d’Enghien doit rompre, car il va signer, l’après-midi même, son contrat de mariage avec Viviane Duverger, jeune fille bien dotée. La donzelle cependant ne rêve pour mari que d’un mauvais garçon. Quant à Irrigua, il veut s’offrir la divette, ce qui arrangerait bien Bois d’Enghien. En revanche, il menace d'occire tous ses anciens amants ...

IMG_2636

 

IMG_2637

 

IMG_2634

 

IMG_2631

Mais Lucette, tendrement éprise de son Fernand, lui sert le chantage au suicide et le bellâtre se retrouve bien ficelé, le jour même où il doit signer son contrat de mariage au cours de la traditionnelle cérémonie à laquelle la mère de la fiancée, la Baronne Duverger a engagé Lucette pour un tour de chant ....

Claquements de portes, situations scabreuses, amant en caleçon caché dans une armoire ou bloqué en slip sur le palier de son appartement : tous les clichés du vaudeville à la française sont réunis pour le plus grand plaisir d’un public conquis d’avance, ravi de recevoir cette tranche de culture toujours aussi percutante, quasiment à domicile, dans ce cadre époustouflant des fossés du château, sous la voûte étoilée sans aucun nuage.

Un spectacle déjà joué au Festival d'Angers et servi avec enthousiasme par une troupe enjouée * : Magali Genoud, Stéphane Brel, Mickaël Taieb, Eugénie Ravon, Agathe Boudrières, Anthony Magnier (qui joue le général Irriga et assure la mise en scène), Xavier Legat, Gaspard Fasulo, Alexandra Jussiau ...

Au-delà des gags récurrents qui depuis plus d’un siècle font florès dans bien des pièces à succès, je garde en mémoire celui de l’ami sympathique mais à l’haleine putride – sans doute un personnage à clé – le général sud-américain à l’accent à couper au couteau, le clerc de notaire au physique désavantageux – servi magistralement par un comédien ressemblant à un Gandhi réincarné en Louis de Funès .

On en oublie le contexte très conformiste de l’époque pour éclater délicieusement d’un franc rire … Cela fait du bien !

* Je ne dispose hélas pas de la distribution exacte de cette soirée

 

 

 

 

Posté par mpbernet à 07:43 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0]
Tags :