Bigmammy en ligne

02 juillet 2015

Beauville, un très beau village perché en Pays de Serres

P1170168

 

Il est un très beau village non loin d'ici ... Mais son nom se réfère à Bovis Villa, la villa des boeufs ... Moins romantique, n'est-ce pas ?

Toujours est-il que c'est un site exceptionnel, dominant la vallée de la Petite Séoune, et qu'un seigneur y établit son château il y a très longtemps. Il en reste quelques vestiges. Un domaine dont le dernier baron fut Talleyrand, l'évêque d'Autun !

beauville

P1170161

P1170169

P1170170

 

Le clocher de l'église est une ancienne tour de guet datant du XIIIème siècle. La vue sur la vallée est sublime.

Les maisons de la place à cornières, triangulaire pour une fois, sont bien restaurées, certaines en pierres blanches comme la mairie très distinguée avec son portique à colonnes, certaines à colombages agrémentés de briques plates.

 

 

Partout dans la campagne écrasée de chaleur, les meules de foin sèchent ... On entendrait presque les tournesol pousser ...

Posté par mpbernet à 06:58 - Journal de bord - Commentaires [0]
Tags :

01 juillet 2015

Entre mes mains mon bonheur se faufile, roman par Agnès Martin-Lugand

J'avais entendu parler de cette jeune auteure comme d'un phénomène de l'édition avec son premier roman "Les gens heureux ...."

faufile

J'ai donc pris ce livre lors de ma dernière virée à la librairie pour me faire une opinion. Hélas, trois fois hélas ... Par souci d'honneteté, je suis allée jusqu'au terme de l'ouvrage. C'est correctement écrit mais la trame du roman m'est apparue totalement artificielle et franchement invraisemblable.

La narratrice, une jolie femme de 30 ans, provinciale - vit elle à Bordeaux puisqu'elle a besoin de 3 heures pour rallier Paris ? - habite une maison confortable avec son mari médecin hospitalier. Ses parents l'ont poussée à faire une école de commerce. Elle travaille dans une banque où elle s'ennuie car sa vocation, c'est la couture, le stylisme. Elle pousse l'aiguille dans son grenier et vit une vie de petite bourgeoise parfaitement conforme aux clichés des années 70, totalement soumise à son mari. Jusqu'à ce qu'elle fasse une rencontre - ou plutôt deux rencontres - qui vont bouleverser sa vie.

Imaginez une femme superbe, riche, impérieuse, qui fut modèle pour les plus grands photographes trente années auparavant. Je la vois sous les traits de Chantal Thomass, mais mâtinée de Pierre Bergé. Marthe a réussi en se servant des hommes, elle prend la jeune Iris sous son aile protectrice - et rapidement hyperprotectrice - et décide de la "lancer" dans le monde de la mode. Elle lui présentera des clientes susceptibles de lui passer des commandes, lui fournit un atelier, des étoffes de grand luxe, des petites mains pour la seconder, mais aussi son fils adoptif, le séduisant Gabriel dont bien entendu Iris va tomber amoureuse. Mais elle est mariée à Pierre, et résiste ...

C'est une intrigue parfaitement convenue, avec des développements sans fin sur les états d'âme de la jeune provinciale, les flots de larmes qu'elle déverse sans retenue, son adaptation à la vie parisienne, comment elle apprend à marcher sur des stilettos ... Un peu de scènes de sexe, dans le genre "50 nuances de Grey", mais pas vraiment de quoi se mettre les sens à l'envers.

Bref, un roman à l'eau de rose avec une fin qui arrange tout le monde. Moi qui attendais une plongée documentée dans le microcosme de la haute couture, l'atmosphère de la création d'une collection, la révélation d'anecdotes croustillantes sur les clientes, les rituels d'un atelier, ses hiérarchies souterraines, je suis restée sur ma faim.

A tout prendre, je préfère les romans de Françoise Bourdin. Ils ont plus de fond, une construction plus rigoureuse, des sentiments plus nuancés. Mais ce scénario sera sans doute adapté en série télévisée  dans le style "Les feux de l'amour" et rencontrera certainement un joli succès ..

Entre mes mains le bonheur se faufile, roman de Agnès Martin-Lugand, publié chez Michel Lafon, 281 p., 6,50€

Posté par mpbernet à 07:33 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2]
Tags :

30 juin 2015

Vingt-six ans ont passé ...

Retrouver de vieilles photos est toujours riche d'émotions ...

P1170019

P1170021

Sur la première, on voit notre premier bain, aux vacances de Pâques 1989. Le temps était gris et l'eau un peu froide, même si à l'époque, elle bénéficiait d'un système de chauffage par panneaux solaires et pompe à chaleur, rapidement tombé en panne et donc démonté.

La "plage" de la piscine, en dalles de pierre reconstituée, est d'un blond presque parfait ... et le jardin, en arrière-plan, encore très clairsemé, les petits cyprès à peine sortis de terre.

Sur la seconde, prise cette année, on voit combien la pollution - les pluies acides venues d'Espagne - a noirci les parties en ciment, alors que ces surfaces ont été maintes fois nettoyées au Kärcher (ou peut-être à cause de ça ?). Les dalles se sont détachées de la chappe en ciment et l'herbe reprend ses droits.

Jouons aux 7 erreurs :

1 - l'escalier qui descend de la route vers la piscine est aujourd'hui tout noirci et ses murets menacent de s'effondrer,

2 - l'auvent recouvert de tuiles sur charpente a été remplacé par une légère pergola en fer forgé car il était tellement lourd qu'il poussait sur la paroi de la piscine, qui "avançait" dangereusement,

3 - l'échelle a été déplacée sur l'autre côté long,

4 - on ne le voit pas, mais il y avait un plongeoir qui s'est descellé et qu'on a retiré, en revanche, nous avons depuis longtemps renoncé à protéger l'eau d'un couverture en plastique à bulles,

5 - on n'aperçoit plus le lampadaire, envahi par la végétation,

6 - le cyprès qui fait le coin tout en haut de l'escalier est devenu gigantesque alors qu'on ne le voit même pas sur la première image,

7 - le mur de clôture a été remplacé par une haie de lauriers ...

Voilà pourquoi, après 30 ans, notre piscine a besoin d'un sérieux lifting. Nous consultons sur les meilleures solutions qui pourraient être mises en oeuvre pour l'été prochain.

En fait, à part le trou, tout est à refaire !

 

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [4]
Tags :

29 juin 2015

Petite sauce à l'aïl, comme au Liban

P1170153

Profitons de la saison de l'ail nouveau, si blanc, si tendre ... Le meilleur vient de Lautrec.

Voici une sauce très légère, pas piquante du tout, qui accompagne merveilleusement une côtelette d'agneau grillée ou tout autre viande rouge.

Il faut éplucher deux têtes d'ail, si possible nouveau, sinon, couper les gousses (une quinzaine) en deux et enlever le germe. Les recouvrir d'eau et faire bouillir de 5 à 10 minutes. Egoutter et laisser refroidr.

P1170155

P1170157

Placer les gousses dans un récipient à hauts bords, ajouter un peu de sel, le jus d'un demi citron, 3 cuillerées à soupe d'huile d'olive.

Mélanger dans une tasse une cuillerée à soupe de Maïzena et 2 de crème fraîche et l'ajouter au mélange puis mixer finement le tout.

C'est si simple .... et l'aïl, c'est très bon pour la santé !

Posté par mpbernet à 10:50 - Cuisine basique - Commentaires [6]

Je me suis décidée pour un modèle !

P1170159

Voilà, j'ai commencé un pull super compliqué pour notre Benjamin.

Dans le style du blouson que je lui avais tricoté l'an dernier, avec des torsades et des losanges, en espérant que cette fois, le pull ne finira pas dans la machine à laver ...

En fait, le point n'est pas si difficile qu'il en a l'air. Il est relativement lisible et logique et l'ouvrage "monte" vite.

Il faut rester attentif et compter les points, car une seule maille décalée et il faut défaire tout le rang ... Exercice de patience, mais cela me détend. Paradoxal, non ?

J'ai choisi le modèle n°175 du catalogue de Bergère de France et j'espère avoir assez de 10 pelotes. Le fil est majoritairement en laine (51%) avec le reste en acrylique, il doit pouvoir se laver facilement .... Mais à la main !

Les soirées devant les programmes débiles de la télé seront moins stériles. Et comme il fait si bon dans la maison, nous ne nous préoccupons pas trop de la canicule ... Moi, j'adore la chaleur et j'ai pris mon premier bain aujourd'hui.

Posté par mpbernet à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [10]
Tags :