Bigmammy en ligne

04 août 2015

Maternité ...

P1170500

P1170501

P1170502

P1170503

P1170504

Il y a les tableaux de Giotto, de Filippo Lippi et de son fils Filippino, les vierges à l'enfant de Raphaël, de  Léonardo ....

Et puis, il y a aussi Victoire et Apolline, jamais avare de câlins !

Aujourd'hui, nous reconduisons les petits singapouriens chez leur autre grand-mère et leur papa, et nous récupérons les parisiens qui ont fait un court séjour à Biarritz...

Posté par mpbernet à 07:57 - Journal de bord - Commentaires [1]
Tags :

03 août 2015

Pie XII, biographie par Pierre Milza

sans-titre

La critique de Claude :

Pie XII a occupé le siège pontifical de 1939 à 1958, pendant la Seconde guerre mondiale et la guerre qui n’avait de « froide » que le nom. Il a été un des grands acteurs, d’ailleurs durement critiqué, de cette période. Comment a-t-il fait face aux décisions douloureuses que lui ont imposé la folie des hommes, notamment de Hitler ?

C’est à Pierre Milza, grand historien de Sciences Po, éminent spécialiste de l’Italie, que les Editions Fayard ont demandé de répondre à cette question, en s’appuyant sur les origines, la personnalité, l’itinéraire de formation, d’apostolat et de travail, les évènements contraires qui ont marqué la vie du Pontife. 

Eugenio Pacelli n’est pas issu d’une grande famille romaine, mais d’un milieu de juristes, conseillers écoutés, mais modestes, des Papes du XIX ème siècle. Malgré une santé chancelante, c’est avant tout un « bosseur », qui toute sa vie lira l’intégralité des notes et dépêches traitées par ses services. Sa foi catholique le conduit à travailler beaucoup plus qu’il ne serait raisonnable dans son état de santé.

Ces qualités lui font intégrer à 25 ans, en 1901, l’administration vaticane des affaires extérieures. Il participe à des succès (les concordats avec la Serbie ou la Bavière, et surtout les Accords de Latran avec l’Italie en 1929), mais assiste en 1917 à l’échec de la tentative de médiation du Pape Benoit XV pour mettre fin à la Première guerre mondiale, aucun des belligérants ne voulant envisager une paix aux conditions d’avant-guerre

Nonce apostolique (c’est a dire ambassadeur du Vatican) a Munich en 1919, il fait connaissance avec la violence politique de rue, dont il gardera un souvenir inaltérable. Il va connaître bien pire à partir de 1933, quand une élection démocratique donne le pouvoir aux Nazis ; les violences s’aggravent au fil des mois en Allemagne et dans les territoires qu’elle occupe, jusqu’à la « solution finale » décidée en janvier 1942 à la Conférence de Wannsee.

Face à cette horreur, faut-il prendre la parole haut et fort, en dénonçant le génocide de tous les Juifs d’Europe, des Tsiganes, et la chasse aux innombrables « ennemis héréditaires » (cadres polonais, patriotes hongrois, résistants de toute l’Europe) ? Quelle sera l’efficacité d’une opposition ferme et claire ? Faut-il pour cet objectif exposer les Catholiques et leurs pasteurs aux représailles sanglantes des Nazis ?

Ou bien faut-il agir discrètement, comme l’a fait le Pontife, par exemple dans son adresse de Noël 1942 (p. 287/288) ?

71bz38IyLrL

Pierre Milza fournit les éléments d’archives permettant à chacun de se faire une opinion sur ce sujet. Il montre aussi comment Pie XII, au lendemain de la guerre, a soutenu la Doctrine sociale de l’Eglise, prenant une part forte à l’évolution de la Démocratie chrétienne en Italie et en Allemagne, ainsi qu’à l’organisation des relations au sein de l’Atlantique Nord (Traité OTAN de 1959).

Au total, ce livre fournit  une information riche et détaillée sur un aspect important de l’histoire européenne, et il se lit comme un roman tragique.   

 

Pie XII, biographie par Pierre Milza, éditée chez Fayard, 2015, 475 p, 25 €

 

 

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1]
Tags : , ,

02 août 2015

la limonade selon Romane

La cuisine adoucit les moeurs !

Pendant quelques rares instants, nous avons pensé que la rivalité entre Romane et Hugo avait cessé ...

P1170495

P1170496

P1170498

 

P1170497

De fait, ils se sont attelés à fabriquer ensemble et sans éclats de voix deux grandes carafes de limonade maison. L'une avec du sucre classique, l'autre avec de la Stevia.

Pour ces deux carafes, ils ont pressé 7 citrons, rajouté de l'eau et sucré juste ce qu'il faut, bien touillé et laissé au frais deux heures.

Résultat : impossible de discerner une limonade de l'autre, une avec calories et l'autre sans !

Posté par mpbernet à 17:22 - Cuisine basique - Commentaires [0]
Tags :

Matin calme ...

Le grand soleil est de retour, mais il ne chauffe pas encore assez pour permettre aux enfants de plonger dans la piscine qui a dû refroidir de quelques degrés ces trois derniers jours. C'est même éblouissant.

 

P1170493

 

Les fleurs du jardin, toutes déssechées pendant la canicule, "remontent" et refleurissent.

Cependant, les relations, toujours tendues entre les enfants, commencent à se normaliser. Hier soir, tout ce petit monde était scotché devant Fort Boyard. Moi, je trouvais le temps terriblement long avant de pouvoir me coucher enfin ... Dans 48 heures, ils ne voudront plus se quitter ...

 

P1170489

 

P1170491

 

P1170490

 

P1170492

 

Je prépare mon déjeuner de dimanche (gigot d'agneau et haricots de Soissons), avec Victoire qui nous a rejoints hier soir. Encore une grêve surprise sur le TER qui nous relie à Agen (70 km), comme déjà avant hier pour y mener Anne-Christine. Claude les a donc conduits en voiture, ce qui représente tout de même deux heures de route. Un coup, c'est une protestation, un autre coup, c'est une autre raison, sans doute fort légitime, mais comment font les personnes qui ne disposent pas d'un véhicule et d'un chauffeur pour venir les chercher ?

Je sens qu'on va remettre en selle les bons vieux cars de ma jeunesse. Plus longs, certes, mais plus réguliers.

A moins que la SNCF ne faisse rien contre ces dérèglements, dans l'espoir de fermer une ligne peu rentable ?

Pendant ce temps, j'ai commencé un autre roman et laissé de côté celui du début de ces vacances (le dernier James Ellroy) - chose très rare chez moi car je lis très vite, même les plus gros pavés, mais là, pour le moment, je renonce ... - et j'ai commencé un nouveau tricot.

La vie rêvée des mamies en vacances, quoi !

Posté par mpbernet à 10:36 - Journal de bord - Commentaires [0]
Tags :

01 août 2015

Vie quotidienne ...

S'il est un problème qui ne m'atteint en aucune manière, c'est que ce sera bientôt le dernier jour des soldes !

P1170483

Autre préoccupation qui ne m'empêche pas de dormir : faire chaque jour les 5000 pas nécessaires pour rester en pleine forme. Avec une maison de famille répartie sur trois unités, je n'arrête pas. Mon souci quotidien, c'est de nourrir quatre fois par jour mes petits loulous. En variant les menus, bien entendu. Mon échec : trouver assez de légumes verts - à l'exception de la tomate, qui ne l'est pas précisément et du concombre - Personne ne raffolle des haricots verts. En tous cas, personne ne se fait prier pour venir à table ...

Autre souci : occuper les enfants quand il pleut comme hier. Toute une journée sans baignade, c'est la galère ... Et nous ne pouvons pas les emmener promener, sauf morceau par morceau, car il nous faudrait un minibus.

La maison est pleine de jouets pour filles et pour garçons, mais ce qui les intéresse, ce sont les vidéos stupides de Minecraft.

Les bibliothèques sont pleines de bandes dessinées et de livres pour enfants, mais cela ne semble pas les tenter ... Leurs parents ont chargé leurs petites valises de livres, ais ils ne les ont pratiquement jamais ouverts. Et quand les tablettes ont épuisé leurs batteries, j'entends l'antienne "Mamie, je m'ennuie !" qui me fait souvenir de cette plainte que j'adressais à leur âge à ma mère, qui invariablement me répondait "Eh bien, prends un livre !", suivi de ma part d'un haussement d'épaules.

P1170476

Et puis, de temps en temps, un moment de grâce, un rayon (juste maintenant, tiens !) de soleil qui les propulse dans le jardin pour shooter dans les ballons ...

Dans trois jours nous raccompagnerons les Singapouriens pour leur séjour à Nice avec leur papa, nous récupèrerons les aînés avec leurs parents et les Forbinous seront avec leur maman qui arrive ce soir ... Un autre casse-tête pour les couchages ....

Mais je reste zen : à chaque jour suffit sa peine. Et surtout ses petites joies !

Posté par mpbernet à 10:37 - Journal de bord - Commentaires [1]
Tags :