Bigmammy en ligne

04 septembre 2015

Bellota-Bellota, un jambon venu d'une autre planète ?

Irrésistible ...

P1180022

Passer devant la devanture d'une boutique "Bellota - Bellota" déclenche immédiatement chez moi l'envie irrépressible d'une dégustation sublime.

Le jambon espagnol, c'est vraiment autre chose.

Il faut le trancher finement (exclusivement par un Maître Cortador), le poser délicatement sur une feuille de papier avec une pince à épiler, le servir à température ambiante et même mieux : sur une tranche de pain légèrement grillée, l'accompagner d'une écrasée de tomates et d'un verre de généreux vin espagnol - rouge ou blanc ...

P1180023

P1180024

Les cochons qui donnent ce jambon "grand cru" ont les pattes noires et ne se nourrissent que de glands (Bellotas) de chêne, dans de grands espaces du sud et l'ouest de l'Espagne. C'est un mets d'exception - environ 30€ les 100g (ce qui suffit pour deux portions) à déguster quand le gras devient translucide ...

En résumé : 1 hectare de chênes pour un cochon ibérique "Pata negra" de 170 kg et 800 kg de glands et de 42 à 60 mois d'affinage produisent 5 kg de pétales de jambon ...

A Paris, plusieurs boutiques exclusives à découvrir sur www.bellota-bellota.com

 

Posté par mpbernet à 08:51 - Miam-miam - Commentaires [0]
Tags :

Le musée imaginare de Tintin exposé au Musée en Herbe

 

 

P1170979

A l'occasion de son 40ème anniversaire, le Musée en Herbe a organisé à Paris une exposition sur l'oeuvre d'un des plus grands écrivains du XXème siècle - ainsi que le définit le philosophe (lot-et-garonnais !) Michel Serres  - Hergé, Georges Rémi, le créateur de Tintin.

P1170969 

P1170978

 

P1170977

 

P1170980

Normalement, l'exposition, mise à la portée des enfants, devait s'achever le 31 août, mais visiblement, elle fonctionne encore ...

P1170976

On y donne à voir de façon succincte mais conforme aux dernières biographies parues une rétrospective sérieuse de la carrière du dessinateur avec un intéressant un document audio-visuel qui le replace dans ce XXème siècle dont il a illustré de grands épisodes : sa rencontre décisive avec Tchang et le tournant pris alors de soigner la documentation, quelques objets emblématiques des aventures comme la coiffe et le pectoral d'un chef indien, les masques africains, un fétiche ressemblant à celui des Arumbayas, une superbe statue de Shiva dansant, des trompes tibétaines ...

 

P1170968

 

P1170981

 

P1170974

 

P1170982

Pour les fans, rien de très nouveau mais toujours le plaisir de voir quelques planches originales.

Le musée du Louvre, le musée du Quai Branly et le musée Hergé de Louvain-la-Neuve qui a prêté la plupart des objets exposés n'en dévoilera pas plus : il faudra se rendre en Belgique pour en voir davantage.

 

Cependant, j'ai bien aimé le papier peint à larges rayures bleu ciel (et Claude aussi !) avec les portraits des principaux héros.

Nostalgie, nostalgie ... Mais franchement, je n'ai pas perçu en quoi cette présentation était spécialement conçue pour les petits ...

 

Le Musée en Herbe, 21 rue Hérold - Paris 1er  - exposition jusqu'au 30 novembre - 5€

Posté par mpbernet à 07:55 - Lu et vu pour vous - Commentaires [3]
Tags : , ,

03 septembre 2015

Grandeur et misère de l'Armée rouge, par Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri

La critique de Claude :

Les auteurs ont écrit, en 2013, un magistral ouvrage sur Joukhov, le vainqueur soviétique de 1945. En rassemblant leur riche documentation, ils ont été amenés à s’entretenir directement avec des Anciens combattants soviétiques, qui ont parlé librement et clairement, à partir d’un questionnaire unique. 

51d8B2imA+L

Ils sont douze, pour la plupart devenus des « sages », pour beaucoup ayant brillé après-guerre dans les activités scientifiques ou culturelles. Parmi eux, une femme, Elena Bonner, devenue l’épouse  d’Andrei Sakharov, figure marquante de la Dissidence.

Ce qui frappe, c’est le sacrifice des soldats soviétiques, russes et d’autres nationalités, réalisant des missions impossibles sous le commandement d’officiers indifférents aux pertes, souvent alcooliques et peu compétents, de généraux dépassés, et d’un Staline expert à exploiter toutes les opportunités (voir le discours du 3 juillet 1941 sur la Russie éternelle, alors que les Allemands courent vers Moscou).

Les douze Anciens combattants savent prendre la distance de l’humour, ce qui les rend encore plus dignes de notre admiration.

C’est donc un livre tout à fait intéressant et attachant qu’il faut lire si l’on veut essayer de comprendre la guerre de 1941-45.

 

Grandeur et misère de l’Armée rouge, de Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri, édité chez Perrin-Tempus, 390 p., 10 €

Posté par mpbernet à 09:33 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1]
Tags :

Cela restera l'été des petits ...

Résultats de recherche pour sélection

Ils se seront tous succédés chez nous, depuis la mi-juin jusqu'à la fin août. Tous aussi canailles que mignons. Tous nos chéris ...

Parfois avec leurs parents, parfois sans, parfois avec leur copine, parfois avec les amis de leurs parents.

Nous en aurons super bien profité.

Jean-Baptiste, Camille, Romane, Hugo, Dorian, Benjamin et Apolline : ils sont ma force, notre souci et nos espérances.

C'est pour eux que nous nous efforçons de rendre cette grande maison, malgré ses carences, accueillante et habitable. Tant que nous en aurons les moyens.

Revenus à Paris, il faut maintenant qu'on récupère !

La saison des révision médicales recommence. Comme le temps passe vite .... Quand je pense que l'an dernier à pareille époque, je me préparais à passer sur le billard. Cet été en tous cas, j'ai apprécié de pouvoir me mouvoir sans douleur !

Et cet automne, il va nous falloir surveiller à distance les travaux de réfection de la piscine. L'an prochain, ce sera bien plus joli et on en se prendra plus les pieds dans les dalles soulevées.

Posté par mpbernet à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [4]
Tags :

02 septembre 2015

voyage autour de ma chambre ...

Retour aux questions restées en suspens lors de notre départ en Lot-et-Garonne ...

P1160537

Première préoccupation en arrivant : écheniller le courrier accumulé en prenant garde de ne pas mettre à la poubelle des trucs importants. Avaler les couleuvres habituelles de la rentrée : je m'attendais à l'augmentation des impôts, mais - oups - là, la note est particulièrement salée ...

Ce qui me chiffonne, c'est la hausse très forte des contrats de mutuelle complémentaire. Une hausse de 7% de la taxe (qui double, tout simplement), sauf à adopter un nouveau contrat dit "responsable". C'est à dire qui s'engage sur la voie d'une modération de la consommation médicale en particulier pour les dépassements d'honoraires des médecins du secteur "honoraires libres". Cela va correspondre à une diminution du remboursement des lunettes, entre autres, et à plafonner certains dépassements de tarifs. Cela ne me choque pas, il faut bien équilibrer quelque part les dépenses de santé et les cotisations, et ne pas faire peser sur la collectivité des dépenses qui pourraient être mieux maîtrisées.

C'est étonnant tout de même que nos écrans de télévision soient saturés de publicités vantant les avantages de la généralisation de l'obligation d'une assurance complémentaire, mais que personne ne nous informe d'une hausse de taxe à laquelle nul ne peut se soustraire ...

Bref, on revient vite aux réalités concrètes. Mon plaisir, c'est tout de même en me réveillant de retrouver ma chambre toute claire et propre. Je l'avais un peu oubliée depuis deux mois et demie. La vie est belle ... On va régler toutes ces questions dans le trimestre qui vient.

 

Posté par mpbernet à 07:01 - Journal de bord - Commentaires [1]