Bigmammy en ligne

24 octobre 2007

40 ans de bonheur

P1060172Voilà, c’est fait : Claude et moi avons passé ce cap des 40 ans de mariage aujourd’hui ! Presque toute une vie à nous supporter – à tous les sens du terme – 40 ans de passion et de tendresse, de complicité intellectuelle et de bonheur, décuplés par l’amour de nos trois filles et maintenant de leurs propres enfants. Nous avons pourtant tous les deux un sacré caractère ! Au bout du compte, une complicité évidente.

Revenons sur la journée du 24 octobre 1967…..Il fait un temps froid, humide et brumeux, mais non pluvieux. Aucune importance, tout est prévu : ma robe de mariée est accompagnée d’un somptueux manteau assorti, en shantung ivoire, dont le dos est doublé de ouatine. La pièce de tissu a été tissée sur commande au Japon. Pas de traîne, car j’entends bien m’en resservir pour de prochaines soirées « en long ». Le matin, je suis allée me faire coiffer : un chignon à boucles, très 67, mais il s’agit d’un postiche ! A la nuit tombée, les multiples épingles qu’il nécessite me vrilleront le crâne. Après le coiffeur, les photos en intérieur, dans le salon familial. Le photographe tente désespérément d’animer le décor du salon-salle à manger du 4 pièces RIVP particulièrement banal. Maman propose d’enlever du mur une reproduction du Don Quichotte de Picasso, peintre qu’elle déclare ne pas aimer. Il rétorque dédaigneusement : « Madame, cela n’a aucune importance… » Les photos sont tout de même réussies, mais très conventionnelles : remarquer la pose de profil, pour bien marquer que j’ai le ventre plat…Comme Claude fait juvénile…en réalité, il a à peine changé !

Eglise_IC_int_rieurLa cérémonie religieuse a lieu dans ma paroisse de l’Immaculée Conception, rue du Rendez-vous : c’est un comble pour un mariage. Je m’y rends au bras de mon père et accompagnée de mes deux garçons d’honneur Olivier et Jean-François, aujourd’hui respectivement responsable de filiale à San Francisco et vétérinaire à Gruissan, en DS19 – clin d’œil au futur métier de Claude. L’église est en pleins travaux : on retourne le maître autel pour répondre à la norme de Vatican II. On ne voit plus la nef dans son ensemble, l’abside est cachée par de grandes feuilles de plastique, qui descendent des tribunes….c’est dommage. En réalité, je suis trop préoccupée de tout ce qui doit se passer après pour réellement me souvenir de ce moment. Cela aussi, c‘est dommage…En réalité, c’est à travers les mariages religieux de mes trois filles que je revivrai l’émotion de cet instant unique.

Le déjeuner qui suit se déroule au Cercle National des Armées, place St Augustin, en petit comité. Cercle_militaire2Comme invité d’honneur, j’ai à ma droite Guy de Commines de Marsilly, époux de ma marraine Marie-Claire Andrieux-Köchlin. Il est Ambassadeur de France, spécialiste du Maghreb et de l’Afrique. Ma mère a fait la connaissance de cette représentante de la haute société protestante à Alger, pendant la guerre. Je ne l’ai vue que de rares fois dans ma vie, mais elle m’impressionne par son élégance rugueuse, sa mise toujours stricte – une robe noire – mais, ainsi qu’elle le dit en aparté : « Tout le monde ne peut pas changer de bijoux ! ».

Line, la cousine de maman, qui m’a portée sur les fonts baptismaux jadis – puisque Marie-Claire était protestante – est mon témoin. Elle surveille ma tenue : c’est elle qui l’a faite, tout comme le tailleur du mariage civil. Je suis heureuse de lui témoigner mon affection en ce jour béni.

P1060179Enfin, le cocktail qui rassemble une centaine d’invités. Claude n’a pas souhaité de dîner ni surtout de danse. La mode des discours n’a pas encore cours. Parents et mariés se tiennent donc à l’entrée pour accueillir leurs invités…Lorsque les derniers arrivés entrent, les premiers s’en vont : re-salutations. C’est harassant, surtout avec des souliers un peu trop petits – difficile de trouver des chaussures blanches au mois d’octobre ! Enfin, les derniers s’en vont : nous pouvons accéder au buffet : mauvaise pioche : il n’y a plus rien à manger. Bon, on se rattrapera le soir venu, car je sais qu’il y a une bouteille de champagne qui nous attend dans le petit studio de la rue Erard que nous allons habiter ensemble au moins pour cette première nuit, car dès le lendemain nous devons partir en voiture pour commencer, depuis Nice, notre voyage de noces en Corse. Claude effectue son service militaire, il n’est pas question d’aller à l’étranger ni au soleil…..et moi, je prends mon premier job le 17 novembre à la BRED. On est très sérieux, malgré nos vingt et un ans !

Voilà ce dont je me souviens de cette journée d’engagement solennel. A vrai dire, c’était surtout l’aboutissement de trois années de fiançailles que j’avais trouvées particulièrement longues. Dès les premières semaines de notre rencontre, en avril 1964, notre résolution était prise : nous allions nous marier. Et pour moi, la vie de couple, c’était toute la vie, pas un contrat à durée déterminée. Tout ça, bien entendu, avant 1968 !P1060173P1060177P1060180

Posté par Bigmammy à 08:10 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • bon anniversaire

    Très bon anniversaire de mariage...

    Posté par Maryline, 24 octobre 2007 à 08:48
  • bravissimo !

    merci pour ce joli récit...toutes nos félicitations aux "vieux" mariés....merci pour cet exemple....on vous aime très fort !!!! les farcat

    Posté par farcata, 24 octobre 2007 à 08:51
  • Joyeux anniversaire :o)

    désolée, pas eu le courage de vous faire le petit dej ce matin
    En ces temps de divorce à tout va, je ne peux que vous remercier de nous avoir offert ce pole de stabilité et d'amour pendant toutes ces années : c'est cela qui me permet de partir loin en toute tranquillité )
    bisous
    flo

    Posté par Flo, 24 octobre 2007 à 10:02
  • Oui, c'est certain, Florence

    ...nous ne divorcerons pas pendant que vous serez au Japon ! Mais, faut pas croire, cela n'a pas été facile tous les jours ! Comme tous les couples, il y eut et il y aura des frictions. Mais toujours le dialogue. Il faut préserver à tout prix cette faculté de dire ce qui ne va pas et pourquoi : je pense que c'est une preuve d'amour.

    Posté par bigmammy, 24 octobre 2007 à 14:06
  • joyeux anniversaire

    mes petits parents chéris!!
    que de bonheur
    je me suis toujours demandé ce que vous aviez bien pu faire avant notre arrivée. Je comprends, ca a dû être dur de tant s'ennuyer... Mais nous sommes arrivées en force et depuis, vous ne cessez de rigoler.
    Heureusement que nous sommes là, hein!!
    On vous aime et encore bravo! et surtout merci , tout de même

    Posté par baboufemelle, 24 octobre 2007 à 22:11
  • Quel récit juste! nous avions sagement et longuement attendu pour fonder notre foyer, et nous avons voulu un mariage sobre, parce que ça se faisait à l'époque. Mais nous brûlions de vivre à deux, de faire des étincelles professionnelles -très facile pendant les "30 glorieuses", plus tard d'avoir des enfants; sur les enfants, je pensais, et je disais a Marie Pierre: je voudrais des filles exactement comme toi, jolies, bien élevées certes, mais qui n'auraient pas froid aux yeux, pleines d'humour, d'intelligence et de générosité.

    40 ans après, elles sont là, comme nous les avions révées, et, avec l'aide de leurs maris, que nous aimons, elles nous donnent une autre génération de filles malines et de garçons, bientôt majoritaires, plutôt romantiques, avec leurs visages d'anges, mais qui ne s'en laisseront pas compter

    Comment ne pas rendre grâces pour tout cela?

    Posté par claude, 25 octobre 2007 à 00:39
  • je suis le neveu de marie claire que j'aimais énormément .est t'il possible de vous rencontrer en mémoire de ma tante cela me ferait un grand plaisir
    tel 0671144446

    Posté par andrieux koechli, 23 juillet 2015 à 16:07

Poster un commentaire