Bigmammy en ligne

21 novembre 2008

Maurice BOITEL au Salon "Comparaisons"

IMGP1566Gentiment invitée par mon ami Dominique, fils de l'artiste décédé à l'été 2007, je me suis rendue au vernissage du "Salon", cette manifestation tant décriée autrefois, par les peintres qui n'y étaient pas admis.

Quel étrange rassemblement de vieux tableaux (y compris moi, bien entendu !). Ceci étant, il y en a vraiment pour tous les gouts, majoritairement figuratifs ce qui n'est pas pour me déplaire, mais je me demande, la crise économique étant ce qu'elle est aujourd'hui (particulièrement ces derniers jours calamiteux pour toutes les Bourses) comment les artistes vont s'en tirer, quand la bourgeoisie "tire le diable par la queue" ? Et comment choisir ? Quels et où sont les prix ? (là, je deviens carrément triviale).

Selon les organisateurs de ces différents et simultanés salons : "Plus de deux mille artistes contemporains, français et étrangers exposent peintures, sculptures, dessins et photographies et emmènent Paris au cœur de la création actuelle grâce à la Fédération de cinq Salons historiques de renom, jouant de leurs différences afin de se compléter : le Salon des Artistes Français, le Salon des Artistes Indépendants, le Salon Comparaisons , le Salon du Dessin et de la Peinture à l’Eau et la Société Nationale des Beaux-arts. En juxtaposant et confrontant ces cinq Salons et leurs artistes, ART EN CAPITAL se veut ouvert, libre, solidaire, didactique et éclectique. Il devient ainsi un événement phare. Sans parti pris le grand public vient y découvrir la création d’aujourd’hui. Essentiel aux galeristes, il leur permet de “ faire leur marché” et de dénicher les futurs grands noms de l’Art du XXIe Siècle."

IMGP1562_modifi__1Pour moi, le plus important était de regarder et admirer deux des oeuvres de Maurice Boitel exposées :

- une huile (en C20 au salon "Comparaisons") qui représente Conches en Seine-et-Marne, et

- une grande aquarelle (en F au salon du Dessin et de la peinture à l'eau), IMGP1567

Les deux oeuvres s'enrichissent des mêmes thèmes et tons, on l'on sent le vent se faufiler entre les branches défeuillées....une très grande maîtrise ! Je n'ai pas vu Dominique, mais il y avait tant de monde ! Le plus comique était cette cohue à l'ouverture des portes du Grand Palais, comme si ces Messieurs-Dames avaient eu peur de ne pas tenir sous l'immense halle...Quelle drôle de faune.... A déguster en même temps que les peintures.

Mais tout de même, peu d'avant-garde dans tout ça. Après Madrid, capitale mondiale de la Peinture, c'est impressionnant.

Posté par mpbernet à 19:01 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire