Bigmammy en ligne

19 février 2009

Notre expérience au Jardin des Sens

Bunker_roseProcédons par ordre : nous sommes arrivés vers 17 heures, déjà surpris de l'allure du bâtiment : un bunker rose, situé sur l'avenue qui mène au cimetière. Nous pensions pouvoir nous reposer de la route. Pas question : d'une part, la chambre est surchauffée (28° environ) et, malgré l'acharnement de Claude, impossible de se connecter au Net. Le personnel nous dit "l'entreprise informatique qui gère notre réseau est fermée à partir de 17 heures." Mauvaise pioche, Claude est furieux. Dieu merci, grâce à l'Iphone, il peut consulter et répondre à ses nombreux mails professionnels. Nous commençons à regretter d'avoir choisi de passer la nuit ailleurs que dans un Ibis, où la connexion est assurée. Et à moindre prix : d'où la conclusion de ne jamais acheter de forfait (dîner + nuitée).

t_te_de_litCôté déco, c'est archi déjà vu : en prime, une tête de lit en fourrure type peau de toutou, étrange.....lavabo_inr_glable

foie_gras_frais_rhubarbeVers 20h 15, nous descendons à table pour notre expérience gastronomique.

Salle_jardin_des_sensLa salle de restaurant se présente sur trois niveaux, comme autant de gradins descendant vers une immense baie vitrée mettant en scène un jardin clos, comme pour un théâtre antique. La décoration (signée d'un émule de Philippe Starck) mêle l'art contemporain à des évocations plus classiques : draperies rouges, lustres de Venise.

Nous avons choisi le menu "dégustation".
C'est un 3 étoiles, c'est donc éblouissant, quoique frustrant. On goute tout, c'est deux fois trop, mais à chaque fois, c'est trop peu !
Que retenir : une huitre pochée à la gelée de citron, un mini-oursin fourré au tourteau, un filet de rouget sur purée d'oignon et salsifi, un velouté de châtaignes (très chargé en crème) dans lequel est enfoui un jaune d'oeuf de caille sous trois lamelles de truffe noire, la salade de homard sur coussinet d'ananas, une noix de Saint-Jacques avec mousse de noix de coco, une tranche de foie-gras frais poêlé sur une purée de rhubarbe, une"présentation" d'agneau sous différentes formes de rôti, des desserts sur le thème de la clémentine, une mousse de thé vert dans une coque de chocolat.....
J'ai eu bien du mal à tenir la distance, graignant à tout instant la défaillance type "After Eight" des Monty Python....
C'est excellent, excellemment servi - nous sommes tout de même restés près de trois heures à table.
Les frères Jacques et Laurent Pourcel, natifs d'Agde et détenteurs de leur 3° macaron depuis 1988, font du beau travail.
Il manque...Je ne sais quel brin de folie que nous avons rencontré chez Hélène Darroze, ou même, à un moindre degré ,encore plus près de chez nous chez Sensing.
Et côté prix, vu la prestation hôtelière (autre détail : impossible de régler les mélangeurs eau chaude/eau froide tant pour la douche que pour le lavabo...), le rapport qualité/prix diminue considérablement. Donc, mon conseil : aller au restaurant, choisissez vos plats à la Carte, n'y dormez pas !

Posté par Bigmammy à 14:47 - Miam-miam - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire