fais_moi_plaisir_2Au début, je me suis demandée pourquoi la jolie Frédérique Bel jouait si faux, et que venait faire Jacques Weber dans cette galère. Qu'il me manquait un Danny Boon auprès de Judith Godrèche (à elle aussi peut-être ?).

Au delà des citations - j'en ai marre de parler de références - Le grand Blond, les Marx Brothers, Peter Sellers, Blake Edwards - j'ai fini par me dire que ce film n'était pas, malgré tout, si mauvais.

C'est Déborah François qui est la plus vraie et sympathique, avec ses quatre ravissantes soeurs dans une chambre de bonne, partagée avec un sixième colocataire.

C'est maladroit comme le héros, réalisateur et acteur gauche et attendrissant. Evidemment, la fille du Président ressemble beaucoup à une certaine groupie de son papa amateur d'arts premiers et appréciant les sportifs de haut niveau, les gags sont hyper-classiques mais fonctionnent toujours. Bon, à la fin, le coup de la fermeture éclair devient vraiment lourd, la satire de la haute société sans beaucoup d'innovation, voire convenue.

Dans un certain sens, c'est un peu le récit classique d'un cauchemar très masculin, où le héros ne parvient jamais à réaliser son dessein....une variation sur les thèmes du désir et de la frigidité, du vrai et du faux, de la franchise et de la dissiimulation, des gens simples et des gens "branchés". Simple, voire simpliste.

Grâce à la fête du cinéma, cela ne m'a coûté que 3€ ! Un ovni poétique, mais il faudrait faire un effort pour réaliser, avec un peu plus d'originalité et de rythme, une comédie qui tienne la route.