Bigmammy en ligne

17 novembre 2009

Ahah, un mot mystérieux.....

Je lis beaucoup, Claude aussi, mais jamais encore nous n'avions rencontré ce mot dans nos lectures. Point de trace non plus chez Philippe Dupuis, Vincent Labbé ou Louis Morand, distingués rédacteurs des grilles de mots croisés du Monde et du Figaro... Si quelqu'un d'entre vous l'a déjà rencontré, dites-le-moi, sinon, vous aurez succès garanti en l'employant dans les diners en ville...Ah AH.....

En voici la définition :

P1130052L'ahah est un événement dans un jardin, un artifice visuel, un fossé creusé entre le jardin et le paysage alentour, une petite douve destinée à empêcher le bétail de franchir la limite séparant les prairies du parc ou de la pelouse, il n’empêche pas le regard d’embrasser le paysage, il n’y a alors plus de coupure entre le jardin lieu privé et le paysage espace public.
Ce sont les visiteurs du jardin qui, surpris par ce fossé non visible de la maison, s’expriment en cette interjection ahah devenue un terme du paysagisme (parfois orthographié haha).

Citons Horace Walpole, amateur averti et auteur d’un essai sur l’art du jardin (anglais, of course) : les premiers agents du changement furent les «architectes-jardiniers» Charles Bridgeman et William Kent: le premier parce qu’il bannit des jardins la sculpture sur arbres et la symétrie absolue qui gouvernait l’espace ; le second, surtout, parce qu’il inventa, ou du moins fut, semble-t-il, le premier à utiliser le haha ! Les clôtures des jardins anciens, les murs ou haies vives qui séparaient les propriétés les unes des autres, réduisaient l’espace, interdisaient les vastes perspectives, enfermaient les propriétaires dans leurs terres. Les fossés que leur substitua Kent présentaient l’avantage pratique de tenir le bétail à distance – et celui, essentiel, d’ouvrir le paysage sur l’horizon. Le promeneur, parvenu à la limite extrême de la propriété, mais dont le regard allait bien au-delà, ne pouvait, semble-t-il, s’empêcher d’émettre une exclamation de surprise incrédule – et Ha! Ha! fut dans toutes les bouches."

Kent, conclut Walpole, sauta l’obstacle des clôtures et comprit que la nature tout entière était jardin.

 

Posté par Bigmammy à 16:02 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Félicitations : tu es en page d'accueil de canalblog...c'est ainsi que je te visite!
    Moi je scrappe : américain, mémoart et cartes stampin'up!, je peins aussi (deuxième blog en lien du premier)
    Scrapamitiés

    Posté par christine, 17 novembre 2009 à 17:48
  • whouaaaaahhh
    moi je le savais!!!!!
    t'aurais du me demander

    bisous doux

    Posté par Victoire, 17 novembre 2009 à 18:22
  • toujours contente d'apprendre un nouveau mot!!!
    je viens sur votre blog grace à canalblog!!!
    j'en profite pour vous inviter à participer à mon jeu de novembre!
    bonne soirée!

    Posté par mavacre, 17 novembre 2009 à 18:57
  • Je suis heureuse d'apprendre !

    Posté par ceanothe, 17 novembre 2009 à 19:18
  • Ahah?? vraiment, un nouveau mot? Ahah! (intonation descendante)!
    Bravo pour la présence en page d'accueil de Canalblog, c'est par ce biais que j'arrive ici.
    Bonne soirée.

    Posté par MarieNeige, 17 novembre 2009 à 19:23
  • Belle nature , donne envie!
    Karim

    Posté par bakrim76, 17 novembre 2009 à 20:25
  • Et pourtant les termes sur les jardins et ses dérivés je les connais ! Belle trouvaille qui a le mérite de vous mettre à l'honneur sur Canablog .

    Bonne fin de journée

    Posté par Cerise violette, 17 novembre 2009 à 20:46
  • j'ai donc un ahah entre mon jardin et le champ de maïs qui n'en finit pas ! certainement quelques photos à l'appui sur mon blog !!!
    en général, les gens qui viennent pour la première fois nous rendre visite font hôoooo ! nous avons un point de vue extraordinaire sur le marais ! dorénavant nous leur dirons "non, ahah" ! (et paf ! dans la conversation...)

    Posté par mamou, 17 novembre 2009 à 21:14
  • un ahah est aussi un système de trappes placées dans les chemins de ronde des forts. je l'ai découvert au chateau de Salses (Pyrénées Orientales). Ce fort est un des premiers forts enterré et a beaucoup inspiré Vauban pour ses fortifications. Lorsque le assaillants arrivaient à pénétrer dans le chemin de ronde, les défenseurs évacuaient et ouvraient ces trappes qui étaient placées de façon à ce que si un assaillant arrivait à passer la première il tombait dans la deuxième et ainsi de suite. Ahah devait evoquer les cris des malheureux piégés.
    Je suis arrivé par hasard sur votre blog, j'ai regardé vos photos du logis de La Chabotterie. Sculpteur j'ai appris mon métier sur les chantiers de taille de pierre. J'ai travaillé pour le logis La Chabotterie, et réalisé à l'époque le cadran solaire sphérique que vous avez pris en photo. Magie d'internet.

    Posté par umo, 20 novembre 2009 à 00:15
  • Très joli billet ! J'adopte ce mot.
    Maintenant une question : comment dit-on ahah en anglais ?

    Posté par Marie-Claire, 20 novembre 2009 à 08:33
  • Blog très agréable, merci canalblog pour cette mise en avant.
    ahah! je découvre ce mot.
    Bonne continuation.

    Posté par Patrick, 20 novembre 2009 à 14:06
  • J'arrive chez toi grâce à Canalblog. Il existe chez nous, au Québec, une municipalité du nom de St-Louis-du-Ha! Ha! Voici ce qu'on en dit concernant la toponymie :

    Saint-Louis pourrait rappeler le souvenir de Louis Marquis, son premier habitant, ou celui de l'abbé Louis-Nicolas Bernier (1833-1914), curé de Notre-Dame-du-Lac (1867-1871). »»» L'expression «Ha! Ha!» évoquerait un incident survenu lorsque les premiers colons arrivèrent en face du lac Témiscouata; ils se seraient écriès «Ha! Ha!, voici le lac!».

    Posté par Miss Diane, 21 novembre 2009 à 04:45

Poster un commentaire