Bigmammy en ligne

11 janvier 2010

Une opinion sur l'identité nationale des Français, en 2010

Voici celle de Claude :

Portraits_officiels_CB_010"Quels sont les traits caractéristiques de l’identité des Français ?

L’identité ne se caractérise pas seulement par l’appartenance nationale ; nous relevons d’abord  d’une identité humaine, puis d’identités nous rattachant à différents groupes : spiritualité, civilisation ; enfin vient le groupe national, lui-même composé de nombreuses identités régionales et locales.

L’identité humaine.

Nous sommes tous des êtres humains, avec certains traits communs, déterminants pour notre comportement : ainsi, comme les autres mammifères, nous sommes soumis à des besoins élémentaires (survivre, être à température confortable, manger, exercer une sexualité etc). Ces besoins nous conduisent souvent à l’agressivité quand nous sommes concurrents (deux enfants se disputant un jouet, deux bureaucrates une promotion, deux soupirants une amante), mais cette agressivité peut être dominée si c’est notre intérêt (peur du « gendarme », démarche de séduction, armistice provisoire). Il existe aussi un besoin d’être généreux, pour en recevoir la satisfaction que connaissent bien ceux qui se dévouent aux autres. La psychanalyse, et d’autres sciences, décrivent ces pulsions, qui impriment fortement nos identités, et qui sont en gros les mêmes pour tous les humains.

L’identité spirituelle.

La plupart des hommes ont une spiritualité : culte des ancêtres ou des éléments marquants de la nature (arbres, montagnes, astres), religions-philosophies de l’Asie, les trois religions monothéistes, judaïsme, christianisme, islam, dans l’ordre chronologique. Beaucoup d’hommes s’en détachent actuellement, pratiquant de façon épisodique  leur religion, ou en refusant discrètement certains dogmes (la résurrection chez les chrétiens par exemple)  Mais leur formatage religieux compte dans leurs attitudes. L’identité spirituelle peut d’ailleurs consister à rejeter toute forme de croyance spirituelle (scepticisme, athéisme).

L’identité européenne.

Nous appartenons à un grand ensemble qui a des caractéristiques communes : toute l’Europe a adhéré à l’Evangile des chrétiens et l’a répandu à travers le Monde, de gré ou de force. En même temps, elle développait (à partir de la Grèce) les philosophies de la liberté et de la dignité de l’homme, donc  de ses droits, et elle mettait en œuvre et développait des connaissances scientifiques issues de civilisations voisines (mathématiques et astronomie arabes par exemple), qui ont fondé son avance technologique et lui ont permis un temps de dominer le Monde. Les Européens, qui se sont répandus en Amérique et en Océanie, ont utilisé cette avance technologique pour asservir les autres peuples, et y ont, partiellement et provisoirement réussi. Ils en ont tiré un certain mépris pour les autres civilisations, souvent caractérisées sous le nom de « races » : les Noirs, les Orientaux, les Arabes, les Indiens – deux versions- , les Jaunes, les Kanaks ; je m’arrête là, mais on pourrait continuer, car le racisme fait à l’évidence partie de l’identité européenne, tout comme l’aptitude à construire des avions emportant 250 passagers à 900 à l’heure -.

L’identité française.

Elle n’est pas « raciale », la France comportant, depuis le XVIIème siècle à Saint Louis du Sénégal, des citoyens libres, métis blancs-noirs, dotés du droit de vote à la fin du XIXème siècle. De même, la France, royale, impériale et républicaine a conféré la citoyenneté, aux XIX et XXème siècle, à de nombreux cadres maghrébins et indochinois. Les principes généraux du Droit français interdisent toute discrimination raciale dans les comportements privés comme dans l’action publique ; il est même interdit de faire mention d’une appartenance raciale – ou philosophique, ou religieuse - dans un document. Et de fait, toute la palette de la création se retrouve dans notre Nation.

L’identité française n’est pas culturelle ou religieuse, puisque le peuple de la France est le résultat d’une accumulation historique de Celtes, (les fameux Gaulois) venus de ce qui est aujourd’hui l’Allemagne du nord, de Romains, qui lui ont laissé sa langue, son droit et sa religion, de Wisigoths et de Francs venus de l’Est dans les premiers siècles, qui lui ont laissé ses Rois et une partie de son aristocratie, de Juifs réfugiés de la péninsule ibérique et de l’Est européen,  ainsi que d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais, de maghrébins et d’Africains que la France a attirés, si ce n’est recrutés, aux XIX et XXème siècle pour peupler ses industries et ses régiments. L’identité française est donc plurielle, beaucoup plus que chez nos voisins européens (l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, qui ont d’ailleurs du mal à intégrer les minorités), et un peu à l’image des Etats-Unis, « melting-pot » d’origines très variées.

Donc qu’est-ce qu’un Français ? C’est un être humain soumis aux pulsions de tout être humain, donc relevant de l’identité humaine, issu d’ancêtres d’origines diverses – qui se sont métissés il y a dix ou quinze siècles, lors des grandes invasions, ou il y a moins de 100 ans, avec l’arrivée des immigrants modernes. Ce Français est marqué par une des religions du livre – chrétien le plus souvent, mais aussi musulman ou juif – dans l’ordre des effectifs -, même s’il est devenu indifférent ou athée.

Ces Français si divers, qu’ont-ils de commun ?

  • La langue, pour l’essentiel, car les langues régionales, pour respectables qu’elles soient, ne sont jamais pratiquées à titre exclusif,

  • La participation à la vie de la cité : le refus de voter existe, mais marginalement –même s’il tend, semble t’il, à s’accroître -,

  • Un certain patriotisme, vérifié lors des conflits mondiaux du XXème siècle, mais certains Français peuvent pratiquer un double patriotisme, que rien dans la Loi n’interdit – s’engager dans Tsahal en cas de conflit, déployer le drapeau du Portugal ou de l’Algérie les soirs de matchs internationaux de football -,

  • La conception des Droits de l’Homme issue des deux Déclarations « cousines » du XVIIIème siècle, chronologiquement la Déclaration d’indépendance américaine (1776) et la Déclaration française des Droits de l’homme et du citoyen (1789), ainsi que de la Déclaration universelle de l’ONU (1948) -. Mais est-on sûr que tous les Français se reconnaissent dans ces Droits de l’homme ? Les séides de Vichy les ont bafoués il y a 70 ans, et aujourd’hui encore, des extrémistes de tous bords, titulaires de passeports français parfaitement en règle, ne paraissent pas offrir toutes garanties quant à leur respect des droits de l’homme, pour ne pas parler de ceux de la femme,

  • L’espoir que les enfants vivent une vie meilleure – dans la paix et la prospérité, et avec un emploi -. Même si le pessimisme ambiant dégrade cette aspiration, elle reste l’un des moteurs essentiels du comportement des Français,

  • Une certaine conception des rapports de l’Etat et de l’économie, dans laquelle l’Etat doit jouer chaque fois que nécessaire un rôle de  protection et même d’impulsion. Ce « colbertisme » sidère et désole nos partenaires européens et occidentaux, mais il est depuis toujours partagé en France,

  • L’aspiration à la sécurité, celle des personnes en premier lieu, mais aussi celles des avoirs accumulés dans une perspective de précaution – retraite, prévoyance - ; il ne s’agit pas seulement de délinquance ordinaire, mais aussi de la stabilité des placements de l’épargne, comme on l’a vu, pas loin de la France, en 2008-2009,

  • Enfin, le plus souvent, un sentiment d’appartenance à des communautés locales (les « Cht’is », les Bretons etc), professionnelles (les chefs de PME, les agents des Finances ou de l’Education nationale, les Militaires), géographiques et sociales (les ruraux, les banlieusards, les habitants des quartiers urbains), identité qui ne paraît pas en contradiction avec les autres.

Telles sont, à mon sens, les caractéristiques de l’identité nationale française les plus partagées en 2010."

Posté par Bigmammy à 08:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Merci

    C'est passionnant de vous lire.
    Merci de partager votre réflexion avec nous et de nous faire profiter de votre érudition.

    Posté par Eve - Lyse, 11 janvier 2010 à 15:22
  • Très belle réflexion ... !

    Posté par Binchy, 11 janvier 2010 à 21:27
  • Bravo!j'adhère complètement.

    Posté par mamie m, 15 janvier 2010 à 14:38

Poster un commentaire