Bigmammy en ligne

24 janvier 2010

LE QUINTETTE DE BUENOS-AIRES, polar par M. VAZQUEZ-MONTALBAN

Quintette_Buenos_AiresPepe Carvalho est le personnage de fiction (ou le double ?) créé par l'écrivain catalan Manuel Vasquez Montalban (1939-2003).

 

Barcelone_Gaudi_063Ici, à Barcelone, l'écrivain a une place dans le quartier du Raval....

Après une vie politique assez tourmentée, Pepe Caarvalho devient détective privé à Barcelone. Il est généralement (mais pas ici) entouré de Biscuter, homme à tout faire et cuisinier rencontré dans les prisons de Lleida et de Charo, son amie, prostituée indépendante à Barcelone. Car Pepe Carvalho n'est pas uniquement détective, il est aussi gastronome et souvent au fourneau. Ses bons repas, même solitaires, commencent invariablement par le choix d'un bon livre à brûler... Une caractéristique qui me le rend particulièrement sympathique (la cuisine, pas l’utilisation des livres comme petit-bois de chauffe.) Et la philosophie de Montalban me convient aussi.....Barcelone_Gaudi_064

 

MontalbanDans Le quintette de Buenos Aires, publié en espagnol en 1997 et en français en 2000, l’oncle de Pepe revenu finir à Barcelone une vie passée à Buenos Aires, s’inquiète pour son fils Raul : militant d’extrême gauche dans les années 70, il avait été emprisonné en 76. Sa femme Bertha a été tuée, sa fille de seize mois a disparu, ses travaux scientifiques ont été confisqués. Raul avait été finalement mystérieusement libéré et il était rentré à Barcelone. Vingt ans après, il décide de repartir en Argentine, et depuis n’a plus donné signe de vie. Pepe est chargé d’aller le convaincre de revenir vivre en Espagne.

 

Juanjo_Puigcorb__en_pepe_carvalhoA Buenos Aires, Pepe va s’apercevoir que la quête de Raul est complexe, que ses anciens camarades de luttes ne sont pas tous enchantés de le revoir, et que les anciens tortionnaires ont gardé toute leur capacité de nuisance. A la façon d'un tango, les personnages témoignent de l'Argentine péroniste, de la Junte militaire, de la nouvelle ère…Chaque figure a son double, comme les danseurs de tango dont la formation la plus classique est le quintette : chanteur (ou chanteuse comme Adriana Varela), violon, bandonéon, contrebasse et piano. La technique de Vazquez Montalban est le collage. Le résultat : une fresque déjantée, moite, désabusée, haute en couleurs et en odeurs, grotesque et sensible, un poème picaresque envoûtant…

 

 

puigcorb__au_r_volverAu fil de ses recherches, Pepe Carvalho se résout à ouvrir une officine de détective privé en s’associant à un praticien local. Sa découverte de la ville et de la gastronomie du pays vont être rythmées par de nombreuses rencontres, entre autres avec la mystérieuse Alma, professeur de littérature à l’Université, un homme qui se fait passer pour le fils naturel de Jorge Luis Borges, un ancien tortionnaire flanqué d’un gros homme de main et suité de sinistres motocyclistes, quelques cadavres aussi et bien  d'autres personnages qui sont autant de visages de l'Argentine actuelle. Le chapitre intitulé « Meurtres au Club des Gourmets » est digne de l’anthologie de la littérature ou, peut-être un jour, du cinéma. Dommage que Chabrol soit en fin de course…

 

Le détective généreux et désabusé Pepe Carvalho nous entraîne avec son humour froid dans un lacis d’intrigues baroques et foisonnantes, de vieilles connaissances réapparaissant et de coïncidences parfaitement invraisemblables. Tout est faux-semblants, face cachée, travestissements, trahisons, délations, passages à tabac. Si pour Pepe Carvalho, Buenos Aires se résume à "tango, Maradona, disparus", pour moi, les clichés se nomment « Carlos Gardel, Astor Piazzola et Eva Peron ». Pour tenter d’y comprendre quelque chose de plus précis, laissons-nous entrainer deux pas en avant, un pas en arrière !

 

Un bon point à la série TV réalisée par Fabrice Cazeneuve et diffusée au cours de ces dernières années sur ARTE, avec l’acteur catalan Juanjo Puigcorbé qui, pour moi, EST Pepe Carvalho. Et un conseil pour découvrir l'oeuvre de Manuel VAZQUEZ-MONTALBAN : commencer la série par le début, ou presque, avec "Meurtres au Comité central".Editions du Seuil, collection Points.

Traduit de l’espagnol par Denise Laroutis, 493 p. 7,50€, collection Policier Points Christian Bourgois éditeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Bigmammy à 08:30 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Montalban

    bravo pour votre travail plein de finesses et de saveurs au sujet du grand Manolo qu'il m'arrive de célébrer de temps en temps sur mon blog.
    jean paul damaggio

    Posté par damaggio, 04 juin 2014 à 15:35

Poster un commentaire