La critique de Claude :

The_humblingCe trentième et court roman de Philip Roth (140 pages) est étincelant de simplicité. Comme Indignation, ou Exit le fantôme, dont on a rendu compte sur ce Blog, il est économe  de ses mots ; les plus grands textes sont bien les plus simples (sujet, verbe, complément). Philip Roth ne s’accorde la complexité que quand il veut traduire les déchirements de ses personnages.

Le rabaissement (titre en français), c’est celui de Simon Axler, grand acteur new-yorkais qui a perdu son jeu, comme un chanteur perd sa voix. Retiré, confiné dans sa maison des Berkshire (une constante chez l’auteur), il traîne autour de son fusil sans avoir le courage de s’en servir contre lui-même.

A cet ego surdimensionné et dévasté, il va survenir un sursaut, en la personne de Pegeen, homosexuelle de 40 ans, victime, comme lui, d’une trahison : un fol espoir, de faux espoirs, avec la construction d’un avenir radieux ?

Vous le découvrirez, si vous lisez ce livre, qui le mérite! Mais il y aura aussi un film d’Al Pacino, qui a acheté les droits du roman ; il ne risque pas de passer inaperçu, pour une raison que je ne découvre pas.


*The Humbling (Le rabaissement), 14,89€ sur Amazon, publié chez Jonathan Cape - London