Bigmammy en ligne

07 mai 2010

Hoda Charaoui, l'Egyptienne

HudaShaarawi_et_SafiaZaghlulAu détour (précisément à la page 244) du dernier livre de Gilbert SINOUE,  « Le souffle du jasmin », dont je reparlerai plus tard, je découvre le personnage extraordinaire de Hoda Charaoui, grande figure du féminisme et du nationalisme arabes. Un destin à méditer…

En 1923, l’Egyptienne Hoda Charaoui (à gauche, en compagnie de Safia Zaghloul), propriétaire et éditrice de la revue L’Egyptienne et ses amies, qui revenaient du Congrès féministe mondial tenu en Italie, ont retiré leur voile en descendant du wagon harem : le peuple qui se pressait dans la gare du Caire et ses alentours les a acclamées.

Elle signifiait ainsi que la femme égyptienne se lançait dans l’ère moderne et la lutte pour la libération de son pays. Le discours de Hoda Charaoui ne touchait que les femmes de la haute société, car la réclusion et le port du voile, signes sociaux de leur position privilégiée, qui leur étaient en principe imposés plus strictement, étaient ressentis comme une violation essentiellement par des femmes avec assez d’instruction et de loisirs pour s’ouvrir à des idées nouvelles en lisant les journaux et les romans étrangers.

Les paysannes et femmes du peuple dans les villes, qui souvent travaillaient hors du foyer, étaient plus ou moins libres de sortir. Elles pratiquaient la ségrégation des sexes autant qu’elles le pouvaient mais leur habitat n’était en général constitué que d’une seule petite pièce où s’entassaient épouses et gent féminine de la maison, protégées du regard des hommes par un simple rideau. Aucune documentation ne permet de prouver de façon irréfutable que la majorité des femmes était particulièrement gênée par la nécessité de se couvrir le visage dans la rue. Si le système patriarcal les faisait souffrir, c’était dans d’autres domaines, comme les mariages forcés et les grossesses multiples.

hoda_avec_Saiza_NabarawiHoda (ou Huda, ici à droite) est la fille d’un notable et d’une esclave circassienne. Elle est née en 1879 dans une grande famille. Elle parle très naturellement français mais pour rédiger en arabe, elle a besoin d’un secrétaire car on ne lui a pas permis d’apprendre la grammaire…. Elle ne séparera jamais la cause des femmes de la libération nationale. Elle fonde un dispensaire – qui va devenir un hôpital - et une école de puériculture et d’enseignement ménager. Son mari participe à la création du parti nationaliste Wafd qui milite pour l’émancipation de l’Egypte de la tutelle britannique. Elle s’engage aussi et devient présidente du Comité central en 1920. Elle lance la revue « L’Egyptienne » qui milite pour les droits des femmes dans le monde arabe, embrasse la cause palestinienne et combat la déclaration Balfour.

C’est peu après le décès de son mari qu’elle se dévoile de façon spectaculaire.

Cependant, à la création de la Ligue arabe en décembre 1944, elle déplore l’absence de femmes et déclare :

« La Ligue dont vous avez signé le pacte hier n'est qu'une moitié de Ligue, la Ligue de la moitié du peuple arabe. ».

Hoda Charaoui décède en 1947.

Posté par Bigmammy à 16:33 - Coup de coeur - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire