PaasilinnaLa critique de Claude :

Il existe en Finlande un journaliste, écrivain et humoriste nommé Arto Paasilinna, qui chaque année sort un récit épique, plein de sens et de gaité. Autant dire une rareté dans la production littéraire moderne.

Cette fois, il nous raconte le voyage du respecté industriel Rauno Rämekorpi, le roi finlandais de la cabine de bateau en bois : on lui fait un magnifique anniversaire de 60 ans, à l’issue duquel il reste force victuailles et Champagne, ainsi que des bouquets que son épouse asthmatique ne peut supporter à la maison. Plutôt que de jeter, pourquoi ne pas en faire l’hommage à ses « vieilles amies », maitresses plus ou moins officielles, collaboratrices dévouées, ou objets de sa dynamique et finlandaise libido ?

Aidé de Sorjonnen, son chauffeur de taxi débrouillard et dévoué, il va accomplir ce voyage, qui est un prétexte à dix portraits de femmes, toutes souffrantes, de la modestie de leur condition professionnelle et sociale, parfois de la cruauté des hommes, allant du mensonge à l’exploitation et à la maltraitance.

ramekopiTarja, Eila, Tuula et les autres, toutes accueillent avec tendresse le vieux chenapan qui leur apporte un peu de gaité alcoolisée dans une grise vie.

Admirons au passage la simplicité absolue du style de Paasilinna : il compose des phrases sujet-verbe-complément qui sont un modèle du genre.

 

Récit d’Arto Paasilinna, traduit par Anne Colin du Terrail, en "grand format" et Collection Folio Denoël,