Bigmammy en ligne

10 décembre 2010

Le Château de la Reine Blanche

Photo030Derrière le Mobilier National et la Manufacture des Gobelins, là où autrefois coulait la rivière Bièvre (avant d'être recouverte en 1912) entre huileries, mégisseries et tanneries, subsiste un ensemble immobilier tout à fait méconnu mais reconstruit pierre à pierre selon les gravures d'époque, en une copropriété aux appartements très agréables.

A l'origine, un hôtel construit pour le compte de la famille Gobelin, teinturiers venus des Flandres, spécialistes de l'écarlate. Il se compose d'un corps de logis à Tourelles. Démoli puis reconstruit, la restauration de 2002 lui a rendu la disposition des cours et des bâtiments telle qu'elle était au XVIIème siècle.

Si vous avez un jour le privilège de visiter les parties communes - merci Marie-Anne - vous ne le regretterez pas !

Une Reine Blanche a-t-elle vécu en ces lieux ? Rien n'est bien certain...Sans doute la veuve de Saint Louis, Marguerite de Provence, fit construire en 1290, sur le chemin allant de l'Oursine au moulin de Croulebarbe une résidence où elle se retira jusqu'à sa mort en 1295. On a pensé que cette maison royale avait ensuite servi de lieu de retraite à sa fille Blanche de France avant qu'elle ne prenne le voile au couvent des Cordelières situé tout à coté, soit à Blanche d'Évreux, veuve de Philippe VI de Valois (révisez Les Rois Maudits de Maurice Druon !). On a même pensé que cette Reine Blanche avait pu être la mère de Saint-Louis Blanche de Castille ce qui est à exclure car celle-ci est morte en 1252.

Cergobelins1865tains y situent un autre épisode sinistre de l'histoire de France : le Bal des Ardents au cours duquel le malheureux Charles VI le Fol perdit totalement sa raison déjà passablement ébranlée, en devenant torche vivante près d'un candélabre ayant mis le feu à son travestissement de poix et de plumes..Mais en fait, l'événement se serait passé à l'Hôtel saint-Pôl.....

reine1898C'est une belle demeure avec des toîts élevés, une courd'honneur à arcades et un puits et, en particulier, un escalier principal dont l'axe est sculpté dans un seul tronc de chêne. Superbe vrille.....et heureux propriétaires, contraints cependant à accepter des visites de curieux, statut de Monument Historique oblige.

reinecourEt, au milieu, un peu incongrus mais émouvants, et préservés par les ABF, quelques vestiges (les séchoirs à peaux) de l'activité industrielle due à la proximité de la Bièvre : teinturiers, tanneurs...Ce coin idyllique ne devant pas embaumer la rose au Quinzième siècle.....

Une demeure à l'écart du brouhaha de la ville, à quelques pas du métro, avec de multiples cours et grilles...qui vous transporte ailleurs, loin dans le temps...Un but de balade et de visite (à repérer) certainement passionnant et où je retrournerai avec mon infatigable mari, dès les beaux jours revenus..



Château de la Reine Blanche, 4 rue Gustave Geoffroy 75013 Paris. Visites guidées sur rendez-vous exclusivement et Journées du Patrimoine.

Posté par Bigmammy à 10:00 - Journal de bord - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Merci je ne connaissais que dans les livres sur le vieux Paris, je note..

    Posté par Martine, 10 décembre 2010 à 10:56
  • reine blanche et gustave geffroy

    Marie-Pierre, pour compléter cet article, juste et qui donne envie de voir ce beau et inattendu coin de Paris , un mot sur notre rue : Gustave Geffroy est aussi un personnage passionnant,historien d'art et biographe, qui a écrit la biographie passionnante d'Auguste Blanqui , un voisin du XIIè arrondissement , qui a passé les 9/10 de sa vie en prison . Un sacré bonhomme, bien dans le ton de "la butte aux cailles " et des ses communards .Décidément, le quartier est riche d'histoires bien différentes . Je vous prêterai le livre , déniché aux puces , car je crains qu'il soit difficile à trouver

    Marie Anne

    Posté par les chenerie(s), 10 décembre 2010 à 21:16

Poster un commentaire