degaulle_m_moiresLa critique de Claude :

Retiré à Colombey en 1946, le Général de Gaulle avait entrepris d’écrire ses Mémoires de Guerre, présentées en 3 volumes : L'Appel, 1940-1942 , L'Unité, 1942-1944 et Le Salut, 1944-1946. Revenu au même lieu après son échec de 1969, il a repris sa plume, prévoyant de livrer des Mémoires d’Espoir en 3 tomes : Le Renouveau (1958-1962), L’Effort (1962…) et Le Terme.

La mort, le 9 novembre 1970, l’a hélas empêché d’aller au-delà des premiers chapitres de l’Effort, mais les 288 pages publiées par Plon dans un gros ouvrage consacré par ailleurs aux allocutions et messages (de 1946 à 1959) méritent d’être lues.

D’abord parce qu’elles livrent le raisonnement implacable, mais nécessaire, qui a conduit à l’autodétermination en Algérie : l’époque semble venue de rouvrir ce chapitre douloureux, il est utile d’écouter la version du décideur unique.

Ensuite parce que ces pages livrent un tableau passionnant de la vie internationale : les portraits de Dwight Eisenhower, comme lui un géant du Conflit mondial, de Nikita Khrouchtchov, homme de bien, sont impressionnants, mais pas autant que le tableau tout en nuances et profondément émouvant de John Fitzgerald Kennedy (pages 199 et 200).

Enfin parce qu’elles portent sur la France un jugement d’une étonnante lucidité, encore utile aujourd’hui : on lira par exemple les développements consacrés à l’Education nationale : la prolongation de la scolarité jusqu’à 16 ans, et l’ouverture du Collège, devaient s’accompagner d’un effort d’orientation et de diversification. Il est vraisemblable que nos graves difficultés d’aujourd’hui, que le Général ne pouvait pas imaginer en 1969, sont la conséquence de cette réforme refusée.

Plon Volumes, 288p. Le total du livre est de 1163 pages. 26 €