La critique de Claude :

rosa_candida_amaLes Islandais sont les meilleurs lecteurs du monde, c’est bien connu.

C’est en Islande que les ventes de livres, les clubs de lecture, les bibliothèques publiques sont les plus développés. Avec un imaginaire tiré des sagas runiques, une des langues – paraît-il - les plus difficiles du monde, un appétit aigu de formation, et de longues soirées d’hiver, les Islandais ont tout pour lire.

Et qui dit beaucoup de lecteurs dit beaucoup d’écrivains, beaucoup plus que ne le justifierait le poids démographique de l’Islande (300.000 habitants). Et pas seulement des auteurs de romans policiers.

Audur Ava Olafsdottir fait partie de ces écrivains islandais que nous découvrons avec bonheur. Elle a deux qualités fondamentales : elle écrit de façon claire et harmonieuse, et elle est sensible. Elle a construit un personnage de jeune homme simple et intelligent, qui va faire son éducation au loin, et aspire finalement à une vie d’amour familial. Tout cela est bien construit, riche d’évènements, et fait appel à l’émotion.

Un livre à lire !

Pour vous donner l'eau à la bouche, un tout petit extrait : "Je suis bien obligé de me demander comment deux personnes, qui ne se connaissent pas, ont pu faire pour fabriquer un enfant aussi divin dans des conditions aussi primitives et inadéquates que celles d’une serre. Il s’en faut de peu que je n’éprouve du remords. Plein de gens ont tout juste, se courtisent de manière constructive, accumulent peu à peu les biens du ménage, fondent un foyer, ont la maturité nécessaire pour résoudre leurs différends, paient leurs traites à échéance et n’arrivent quand même pas à fabriquer l’enfant dont ils rêvent."

olafdottirAudur Ava Ólafsdóttir est née en 1958. Elle a fait des études d'histoire de l'art à Paris et est actuellement maître-assistante d'histoire de l'art à l'Université d'Islande. Directrice du Musée de l'Université d'Islande, elle est très active dans la promotion de l'art. À ce titre, elle a donné de nombreuses conférences et organisé plusieurs expositions d'artistes.

Audur Ava Ólafsdóttir vit à Reykjavík avec ses deux filles. Le Théâtre national islandais vient d'acquérir les droits de sa première pièce de théâtre, qui sera jouée dès l'automne 2011.

Rosa candida, roman de Audur Ava Ólafsdóttir, traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson, Editions Zulma (diffusion Seuil) 332 p., 20€