vengeancesLa critique de Claude :

 

Avec le célèbre 37,2 le matin, et avec ses derniers romans, notamment Incidences, Philippe Djian nous avait donné des histoires pleines de sens et bien écrites. On ne peut pas dire que ce « Vengeances » continue dans la même veine.

Il y a bien une histoire qui pourrait être grave et passionnante, celle de la rencontre d’un homme de cinquante ans, plasticien célèbre,avec la compagne déjantée de son fils qui vient de se suicider. Mais l’auteur va de scène de saoulerie en scène de saoulerie, dans un style plat et souvent trivial.

Un livre que l’on a du mal à finir.

Vengeances, roman de Philippe Djian, Gallimard, 193 pages, 17,50 €