Bigmammy en ligne

12 janvier 2012

Il n'y a pas que la Joconde à voir au LOUVRE !

048pieta villeneuvelesavignon

Forts de notre "carte-privilège" toute neuve, nous sommes donc venus visiter le musée en « Amis », sans faire la queue et sans rien payer … Jouissif !

Notre objectif : le département de la peinture française, qui se trouve au 2ème étage du pavillon Sully. Hier matin, il n’y avait personne (un mercredi pourtant, mais sans doute aussi le premier jour des soldes …)
046042

L’accueil est assuré par le portrait du roi Jean II le Bon (souvenez-vous : Père gardez-vous à droite, Père gardez-vous à gauche …), le premier portrait « isolé » de la peinture française. Ensuite, c’est un peu comme si on pénétrait dans un musée inconnu, tant les œuvres présentées nous sont étrangères, à quelques exceptions près, comme la Pietà de Villeneuve les Avignon d’Enguerrand Quarton, peinte en 1455.

stdenismartyreMais je n’avais jamais vu le Retable de Saint Denis (1415), peint pour la chartreuse de Champmol – justement, lors de notre dernière virée en Bourgogne, nous avions regretté de ne pouvoir y aller faire un tour – Un merveilleux tableau peint par Henri de Bellechose (un patronyme prédestiné !).  Autre découverte : le Parement de Narbonne, un ornement d’autel peint en grisaille sur une soie blanche vers 1375.

043Plus loin, une belle Pietà ronde de Jean Malouel (vers 1400), et plus étrange, au verso d’un panneau de retable, les yeux de Sainte Lucie, par Josse Lieferinxe (avant 1508), don de la Société des Amis du Louvre. Légèrement surréaliste.

049Au détour d’un pilier, on tombe sur des tableaux impressionnistes. Renoir, Degas, Monet, Sisley, Puvis de Chavanne … Ne devraient-ils pas être au Musée d’Orsay ?

051Car  dans ces salles si haut perchées, on trouve les collections de généreux donateurs, qui généralement souhaitent que leur legs soit exposé dans son intégralité.

Parfois avec le portrait du mécène, comme Carlos de Besteigui, exploitant de mines d’argent au Mexique d’origine basque et venu mourir à Biarritz en 1953 (mais je préfère l’autoportrait de son portraitiste Ignacio Zuloaga).

052Ici, des portraits superbes : Ingres, Jacques-Louis David (le portrait inachevé de Bonaparte, jeune), et un portrait en pied de la marquise de Solana par Goya.

Et, pour ceux qui apprécient les dessins, la collection d’un amateur-artiste de l’époque de Louis XV : Pierre Jean Mariette (1694-1774), l’une des collections les plus fascinantes de tout le XVIIIe siècle, dans laquelle le dessin tenait le premier rang avec quelque dix mille feuilles..

Un goût parfait, mais une certaine tendance à faire des « collages » avec des bouts d’études et de dessins, rajouter des bandes de papier uni bleu pour faire des encadrements. Ses lavis de Poussin sont superbes. A l’époque, on n’avait nul besoin de la photographie

047

Posté par mpbernet à 08:30 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Merci pour cette jolie ballade évitant les innérables poncifs connus et reconnus du Louvre !!! J'ai la chance que ma fille soit en première année d'études à l'Ecole du Louvre............. et qui lorsque je monte à la capitale me fasse entrée par une petite porte directement de son école !!!! donc pas besoin d'attendre des heures et surtout me fasse découvrir quelques merveilles au gré de nos déambulations dans les salles les moins fréquentées.

    Sandra

    Posté par Sandra de Mtp, 12 janvier 2012 à 09:42
  • Un EXCELLENT article !

    Posté par Binchy, 27 janvier 2012 à 18:54

Poster un commentaire