Bigmammy en ligne

13 mai 2012

Le secret de l'étrangleur, polar-bédéïsé de JacquesTardi et Pierre Siniac

secretetrangleur"Peut-on imaginer plus ignoble individu que Valentin Esbirol ?
Profitant lâchement de la grève de la police et du brouillard, Esbirol a commis six meurtres dans la capitale du 1er au 6 février 1959.
Six victimes, étranglées dans des circonstances étranges où l'hypnose semble tenir une place déterminante.
L'assassin, surnommé " l'étrangleur de minuit " par la presse, oblige le jeune Alphonse - 12 ans ! - à assister à ses crimes !
Ce livre se propose de conter par le menu les sorties nocturnes de " l'étrangleur de minuit " !
Peut-on imaginer plus abjecte entreprise ? "

Ainsi l'éditeur, Casterman, présente ce livre en quatrième de couverture.

Une pépite oubliée dans ma bibliothèque, lue me semble-t-il pour la première fois, ou alors, si je l'ai déjà lue, qui ne me laissa pas de souvenir.

Dans le style classique de Tardi, toujours en noir et blanc, un extraordinaire croqueur de trognes à la cigarette vissée au bec, au berêt sur le crâne et aux pardessus à chevrons, les femmes qui sont toutes dotées de belles poitrines, brunes à la frange dense .

Ce qui me ravit encore une fois dans celui-ci, ce sont les descriptions minutieuses des rues du Paris de la fin des années cinquante. D'autant plus que le premier des meurtres perpétrés par l'étrangleur de minuit est commis quasiment au pied de mon immeuble. On suit en effet la victilme et son bourreau de la rue de la Gaité, à la rue Vavin au coin de la rue d'Assas, puis le long de la grille du jardin du Luxembourg, jusqu'à la rue Saint Jacques.

Et puis tout ce petit peuple des métiers désormais disparus à jamais - ou presque : le patron de rade, le télégraphiste, le boucher et son commis, le marchand de journaux ....Autant dire un monde qui appartient plus au XIXème qu'au XXème siècle.

Sinon, ce bouquin est plein de rebondissements, tellement que les auteurs proposent plusieurs fins, toutes aussi invraisemblables les unes que les autres. C'est un polar qui se moque du genre polar, une époque où j'avais l'âge du gamin épouvantable qui en est le héros ...

Avec, en guise d'introduction, une série de reproductions d'articles d'ambiance (guerre d'Algérie, bidonvilles de Nanterre, grêve de la police ...) qui nous rappelle que chez nous, tout n'est qu'éternel recommencement.

Le secret de l'étrangleur - BD policière de Tardi et Siniac (2006), chez Casterman, 96 p. 15€

Posté par Bigmammy à 08:30 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Bonjour Marie-Pierre,

    J'espère que vous allez bien ? En ce moment, je n'arrive pas à suivre régulièrement tous les blogs que j'aime... Je suis assez occupée mais je vais prendre le temps de venir lire tout ce que tu partage avec nous.
    Dans cette attente, je te souhaite un agréable dimanche et une très bonne semaine.
    A très bientôt.
    Bisous.
    Bernadette.

    Posté par Binchy, 13 mai 2012 à 09:11
  • Bonsoir, moi qui aime beacoup les dessins de Tardi, je le note. Je ne le connaissais pas. J'ai lu récemment deux adaptation qu'il avait fait de roman de J.P. Manchette et je suis fan de ses adaptations des enquêtes de Nestor Burma par Léo Malet. Bonne soirée.

    Posté par dasola, 16 mai 2012 à 18:32

Poster un commentaire