Bigmammy en ligne

10 juillet 2012

Quand la foi transcende les différences religieuses, la saga du Suaire de Cadouin

P1060718

« Voilà la preuve irréfutable que notre sainte reli­gion musulmane est la seule véritable, puisqu'un manteau portant des invocations à Allah, produisit, pendant des siècles, chez les infidèles, des miracleséclatants.» Ainsi s’exprimait un pieux mahométan lorsqu’on lui racontait ce qui va suivre :

Je ne rentrerai  dans aucune querelle, mais l’histoire du suaire de Cadouin, dont on atteste la présence en France à partir de 1214, vaut en effet d’être contée.

vue cavalière

Cette pièce de tissu de lin, de 2,81 m sur 1,13m aurait enveloppé la tête du Christ pendant le laps de temps où il demeura au tombeau. Selon la légende, le suaire avait été donné par la Vierge Marie à Joseph d’Arimathie. Il aurait été découvert à Antioche lors de la chute de cette ville pendant la Première Croisade puis rapporté en Europe par le chapelain de l’évêque du Puy.

StLouisCadouin

Il se retrouve donné à l’abbaye cistercienne de Cadouin où les miracles se multiplient dès le début du XIIIème siècle et où la sainte relique fait l’objet d’une immense vénération : des pèlerins par milliers, sur le chemin de Saint Jacques, font un détour par la riche abbaye, des personnages illustres et des rois - dont Saint Louis - viennent s’y prosterner. Louis XI demande que le suaire soit renfermé dans un coffre bardé de fer, suspendu au plafond de la nef par un cabestan que l’on voit encore aujourd’hui. Pour le protéger des affres de la guerre de Cent ans, le suaire est confié (1392) à l’église du Taur de Toulouse. Le conflit terminé, les Toulousains refusent de le rendre…  En 1455 le Suaire est de nouveau à Cadouin, de jeunes moines l’ayant dérobé à Tolouse sur ordre de l’abbé Pierre de Gaing qui veut relever de ses ruines Cadouin. Pour éviter un vol par Toulouse l’abbé le confie à l’abbaye cistercienne d’Aubazine. Il fallut une intervention personnelle de Charles VII pour obtenir que les moines limousins rendent à ceux de Cadouin leur précieux dépôt (1463).

En 1644, les cisterciens de Cadouin comptabilisaient déjà plus de 2000 miracles dus au saint suaire, dont 60 résurrections.

pélerinage

Les ostensions ont lieu le 8 septembre, jusqu’en 1935. Un Père jésuite, A. de Longperier, intrigué par les motifs des bandes tissées sur la pièce d’étoffe, envoie une copie de ces bordures à l’Ecole des Langues Orientales à Paris. Patatras, le verdict tombe : les spécialistes peuvent facilement déchiffrer ces signes qui appartiennent à l’écriture coufique, qui invoquent Allah et glorifient Mahomet. On peut aussi dater l’objet qui fait référence au calife Moustali d’Egypte de 1094 à 1101.

On n’expose plus désormais le suaire original de Cadouin, qui a fait la prospérité de l’abbaye et de la ville périgourdine. Pendant plus de 700 ans, les fidèles pleins de foi et d’espérance ont vénéré un objet à peu près contemporain de la construction de leur abbatiale, mais consacré à Allah.

Cependant, et c’est ma morale personnelle de l’histoire, Dieu a récompensé au cours des siècles la foi de ces croyants, même s’il n’a jamais garanti l'authenticité du support matériel de leurs prières.

Pour ma part, c’est un conte œcuménique qui devrait être raconté dans toutes les écoles de France !

Posté par mpbernet à 08:40 - Coup de coeur - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Merci Marie-Pierre pour ton coucou et merci pour me faire voyager un peu en France avec tes photos et les histoire de tes visites.

    Posté par Helga, 10 juillet 2012 à 21:39
  • sur CADOUIN

    cette histoire ne manque pas de "piment" !
    Bonne journée.

    Posté par TRIPHON, 17 août 2012 à 15:18

Poster un commentaire