Bigmammy en ligne

04 février 2013

New Frontier II : aux sources de la peinture de genre américaine

lotte fenouil Louvre 007

L’offre était alléchante : l’art américain entre au Louvre.

Une manière de continuer à approfondir l’atmosphère sociale qui a précédé l’éclosion de peintres comme Edgar Hopper, celle d'une époque mise en lumière par les films récents comme « Django Unchained » «  ou « Lincoln ».

lotte fenouil Louvre 009

La thématique abordée par cette exposition est l’essor de la peinture de genre aux États-Unis dans la première moitié du XIXe siècle et jusqu’à la guerre de Sécession. Un souci de renouvellement et une quête d’image qui permette de définir, pour les Etats américains, leur identité propre, distincte des sources européennes. C’est ce que dit la notice.

lotte fenouil Louvre 008

Mais, oh surprise : aucune mention de cet événement sous la pyramide du Louvre, aucune affiche, aucun fléchage. Il nous a fallu un bon moment, l’interrogation de plusieurs gardiens, avant de pouvoir trouver cette petite salle de l’aile Denon où, au détour d’une galerie, adossés à un escalier, on peut voir en fait trois tableaux intéressants, et pas plus.

A croire que pour les conservateurs du Louvre, l’art américain …

Donc, dans l’ordre d’entrée en scène : Scènes de la vie des Noirs dans le sud par Eastman Johnson (curieux, des blancs posent à côté d'esclaves !), Joyeux bateliers par George Caleb Bingham, et l’extraordinaire Vie de chasseurs (en mauvaise posture) par Arthur Fitzwilliam Tait. Toutes œuvres datant d’avant la guerre de Sécession, avec en regard, quelques toiles européennes de référence. Je veux bien, mais la déception fut grande. L’intérêt aurait été plus grand avec un nombre plus conséquent de toiles … mais bon, le détour vaut tout de même la peine puisqu’à cette occasion, on peut aussi admirer un magnifique Turner, juste à côté. Il vaut à lui seul le déplacement.

Au Musée du Louvre, aile Denon, salle 32, jusqu'au 22 avril.

Posté par Bigmammy à 09:06 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Ah oui alors!

    Je tombe, bien des années après, sur ce commentaire qui correspond parfaitement à mes souvenirs, et me rappelle non seulement ma déception, mais mon impression presque de scandale, ou de honte que le plus grand musée du monde puisse proposer ce bâclage, ce bidouillage (effectivement relégué dans un coin miteux) au sujet de la peinture américaine de la première moitié du XIXème siècle. Ça me semblait un indice d'une sorte de tiers-mondisation de la France, en comparaison des invariablement exquises autant qu'érudites expositions monographiques que propose si souvent le Metropolitan Museum de New York, par exemple.

    Posté par jfbrunet, 21 septembre 2021 à 22:56
    • Très étrange, cette réaction sur un post - donc une exposition - datant de 2013 !
      Comme quoi, il faut toujours se souvenir de ce que l'on a écrit ! Mais je suis bien contente de rencontrer un lecteur qui a le même ressenti que moi.
       
       
       
       

      Posté par Bigmammy, 22 septembre 2021 à 09:05

Poster un commentaire