Bigmammy en ligne

09 mars 2014

Sur le chemin de l'école ...

chemin d'école-001

C’était le premier jour de ce temps radieux. J’avais une obligation très sympathique tout près des lieux où j’ai vécu ma jeunesse, jusqu’à mon mariage. Il y avait très longtemps que je n’avais pas eu l’occasion d’y remettre les pieds. J’ai donc décidé de refaire le chemin qui menait à mon école, c’est-à-dire depuis le 68 boulevard Soult jusqu’à la rue Marsoulan …

Petite marche pleine de surprises et d’émotions.

Sortie du métro à la station Porte de Vincennes. De mon temps, le grand hall « flottait » déjà dans des vêtements trop grands, dans la pénombre. C’était en effet, à l’origine, le terminus de la première ligne de métro, inaugurée à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900. Plus tard, la ligne avait été prolongée jusqu’au Château … et donc les doubles quais ne servaient plus à rien. Surprise pour moi en sortant à l’air libre : la station est désormais en correspondance directe avec le terminus du tram qui va jusqu’au point du Garigliano. Paysage totalement bouleversé, on dirait Montpellier ou Bordeaux.

Mais ce qui frappe le plus, le long du boulevard Soult, c’est le silence. La largeur de la voie, quasiment déserte, traversée par une bande de gazon bien vert, et les navettes grises qui, silencieusement, glissent sur leurs rails … Tous les commerces ont changé de mains. Sauf, côté impair de l'avenue Courteline, une boutique que je connaissais sous l'enseigne "La crédence" où l'on vendait des cadeaux et des objets de décoration et qui est restée fidèle à sa vocation de porcelaine ...

Quand j’étais petite, nous habitions au 7ème étage d'un de ces immeubles en briques construits dans les années 30, sur le boulevard et je me souviens que nous ne pouvions pratiquement pas ouvrir les fenêtres, à cause du bruit de la circulation. C’est maintenant comme un jardin, les contre-allées concédées aux voitures ayant considérablement restreint le trafic. La largeur de la voie me fait penser aux avenues moscovites … d’avant la chute du mur de Berlin.

Me voilà donc partie le long de l’avenue de Saint-Mandé, qui est un peu encaissée, avec deux contre-allées en hauteur, bordée d’immeubles 1930, ou beaucoup plus anciens. On devait être à la campagne avant le Second Empire. Peu d’immeubles haussmanniens. Le carrefour avec l’avenue Arnold Netter, la rue du Rendez-vous (il y avait un rendez-vous de chasse au temps de Louis XIV), toujours aussi commerçante : banques, légumes, fruits, boucherie, traiteur italien, poissonnerie …

Je passe devant l’église de l’Immaculée conception : baptême, communion solennelle, mariage … que de souvenirs ! C’est une des églises typiques de ces nouveaux arrondissements rattachés à la ville de Paris à la fin du XIXème siècle, en style néo roman. Un office commence à midi carillonnant : c’est le Mercredi des Cendres. Je ne reste pas. En sortant, j’admire la façade éblouissante de mon école communale. Je remarque alors un bien étrange décor …

Au coin de la rue du Rendez-vous et de la rue Marsoulan, la boutique d’angle est le Commissariat de Police Bel-Air. Il a été doté de vitres à l’épreuve des balles. Une vingtaine de baies étroites encastrées dans des menuiseries métalliques. Et chacune a été « poinçonnée » bien au milieu, non pas par des rafales de balles, mais sans doute plus systématiquement à la pioche ou à la batte de base-ball. Des impacts en étoile, environ une centaine. On a laissé les vitrages blessés en place, un film plastique transparent maintient les éclats de la couche superficielle … C’est angoissant et étrange. L’attaque nocturne se serait produite à l’automne 2012, mais il n’y a pas de dispositif de surveillance pour cette antenne de police fermée la nuit … Ce n’est pourtant pas un quartier chaud, par ici … Je reste avec mes interrogations ;

Fin de ma balade par la place de la Nation, immense no-men’s – land venteux et inhospitalier. Un petit salut aux colonnes du Trône et aux pavillons d’octroi de Ledoux, où je venais faire la Foire autrefois ….Mais le Cours de Vincennes constituait pour moi une frontière infranchissable …

Posté par mpbernet à 11:14 - Journal de bord - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • C'est vrai qu'avec le tramway, les maréchaux ont gagné en silence..C'est vraiment un grand plus avec la rapidité des transports à la place du PC.

    Posté par Martine, 09 mars 2014 à 12:10
  • Au coeur

    Vous me touchez au coeur avec cette promenade car c'est aussi mon quartier de naissance, école maternelle rue Marsoulan, où mon Père avait son commerce, puis école primaire rue Sibuet, baptême, première communion à l'Immaculée ...puis restant de la vie dans le Lot-et-Garonne ...décidément beaucoup de points communs ...
    Je suis triste aussi de la violence contre le poste de police, cela reste un mystère pour ce calme quartier-village.

    Posté par Isabelle, 09 mars 2014 à 13:37
  • mon enfance, chez les religieuses rue de Picpus. A mi-chemin du metro Daumesnil et Nation. J'adorais la foire du Trône et le grand huit, qui terrorisait ma mère

    Posté par manuela, 09 mars 2014 à 13:45
  • Bonjour
    J'ai aussi été baptisée à l'Immaculée Conception. A ma naissance, mes parents habitaient boulevard de Picpus de même que mes grand-parents, qui y tenaient un pressing.

    Posté par Christine, 09 mars 2014 à 14:27
  • Manuela, les soeurs de Picpus avec les ruches au fond du parc ? nous y allions depuis la rue Sibuet, c'était une belle promenade et nous y mangeions les jeudis midis ! Merci Marie-Pierre !!

    Posté par Isabelle, 09 mars 2014 à 15:38
  • https://www.facebook.com/maisondemartheetmarie

    Mes arrière et arrière-arrière grand-pères ont inauguré cette fameuse ligne 1 en 1900 !
    Et votre parcours rue du Rendez-Vous, rue Marsoulan, la Nation est également celui de la famille, ma fille ayant été fait ses classes, son catéchisme, l'aumônerie rue Marsoulan, à l'école et la paroisse. Il y a une belle brocante sur le cours de Vincennes ce dimanche.

    Posté par M&M, 09 mars 2014 à 15:38
  • Mon arrière grand mère avait connu la rue Marsoulan avant son prolongement sur l'avenue; à son époque, la rue Marsoulan allait du cours de Vincennes à la rue du Rendez-Vous seulement. La percée suivante lui a rendu bien service pour aller à l'Immaculée, elle était contente de faire moins de route à pied ! Et des années après c'est dans cette percée que mon père a tenu sa quincaillerie, au N°8 ...

    Posté par Isabelle, 09 mars 2014 à 15:46
  • Quel bonheur !

    Tant de lectrices qui ont connu le même paysage que celui de de ma jeunesse. Il faudrait organiser un pique-nique !

    Posté par Marie-Pierre, 09 mars 2014 à 17:13
  • à Isabelle

    les ruches, je ne me souviens pas, mais un grand potager, sûr. Le fond de la propriété communiquait avec le bd de Reuilly. Sur la rue de Picpus, les n°s allaient du 60 au 66 (angle rue Santerre).
    Tout a été démoli-rebâti, y compris la chapelle.
    Je pourrais établir la carte des lieux, à l'époque (47/54).

    Posté par manuela, 09 mars 2014 à 20:29
  • Mais oui faites-le ...

    ...organisez un déjeuner ensemble : à vous toutes , avec tous vos souvenirs communs ou différents , vous ferez revivre la vie de ce quartier telle qu'elle était alors...il n'y a que vous qui pouvez le faire ! Et vous écrivez un document , avec plans et photos , joint au blog comme vous l'avez fait pour l'histoire de Jacqueline ou de vos parents...que nous dégusterons avec bonheur.

    Posté par Charlotte, 09 mars 2014 à 22:09
  • Une réunion des ex-12e, ah oui, quelle bonne idée !

    Posté par manuela, 10 mars 2014 à 09:07
  • Pourquoi pas ?

    Il faudrait y penser, je ne dis pas non ! Qui serait partante ? On pourrait se retrouver autour d'un verre ou d'un thé dans une des brasseries de la place de la Nation, refaire le chemin, retrouver les lieux ...je me souviens maintenant de l'école paroissiale de la rue Sibuet où nous préparions la Communion Solennelle ...

    Posté par Marie-Pierre, 10 mars 2014 à 09:18
  • je suis partante, vous pouvez bien vous en douter, Marie-Pierre ))

    Posté par manuela, 10 mars 2014 à 20:04
  • Oui Manuela, il y avait un beau potager dans le parc et les religieuses nous concoctaient de bons repas grâce à leurs légumes; nous n'avions pas le droit d'aller au fond du parc à cause des ruches. Je suis allée l'an dernier sur la tombe de Lafayette et il y a encore des ruches juste à côté.
    Oui Marie-Pierre, l'école rue Sibuet était celle de l'Immaculée Conception, tout est à l'honneur de la Vierge dans ce quartier.
    Si je n'étais pas à 800 km je me joindrais bien à vous toutes ! ce rassemblement sera ,je n'en doute pas, très réussi et je serai parmi vous par le coeur

    Posté par Isabelle, 10 mars 2014 à 21:36
  • à Isabelle

    Isabelle, je crains que vos religieuses ne soient pas les mêmes que les miennes.
    Je n'ai connu que des repas infâmes et que je pense pas que l'institution ait été ouverte certains jours à d'autres qu'aux pensionnaires.
    Je pencherai plutôt pour un établissement côté impair de la rue, auquel est attaché un cimetière historique (peut-être au 35 ?), côté droit donc en venant de Daumesnil et en allant vers Nation.

    Posté par manuela, 10 mars 2014 à 21:51
  • à Manuela

    Oui en effet, c'est bien du côté droit en allant vers la Nation mais ce n'est pas l'établissement du cimetière historique où je suis allée l'an dernier. Il n'y avait pas de pensionnaires. J'avais 7, 8 ans , en 1970/1971 ..., je me souviens d'un grand portail sur l'avenue, puis en entrant le bâtiment où nous mangions sur la droite , bonne nourriture excepté le boudin ! qui n'avait rien à voir avec celui que nous goûtions l'été à Casteljaloux, celui de Mr Nadeau, excellent charcutier ! je me rejouissais d'avance un jour d'en manger chez ces religieuses et qu'elle n'avait pas été ma déception ! après le bâtiment sur la droite il y avait donc le grand parc avec au fond le potager et les ruches.
    Il y avait des pensionnaires chez "vos" religieuses ?

    Posté par Isabelle, 12 mars 2014 à 21:48

Poster un commentaire