Bigmammy en ligne

31 mai 2014

Shopping vinicole dans la France profonde

Plusieurs découvertes en forme de coups de cœur…

P1130485

Vous avez dit « France profonde » ? Effectivement, le territoire situé à l’est de l’autoroute entre Châteauroux, Vierzon et BourgeS, pas vraiment vantė par les offices de tourisme, vaut le dėtour ....

Juste une petite déviation vers la droite …

En fait Claude et moi avions chacun notre petite idée derrière la tête : Claude souhaitait visiter les vignobles de Reuilly et de Quincy, des vins que nous apprécions (avec modération) au restaurant (en particulier le délicieux Quincy servi au « Bistrot du Dôme » de la rue Delambre). Quant à moi, depuis mon plus jeune âge, je me souvenais d’un reportage de Pierre Bonte sur la petite ville de La Souterraine, dans sa célébrissime émission du matin « Bonjour Monsieur le Maire » (les plus âgés pourront ainsi dater mon souvenir !). Pourquoi ce lieu ? Je ne sais pas.

Notre circuit fut donc des plus simples : La Souterraine, Reuilly, Quincy, Preuilly, et soirée étape à Issoudun.

Première impression, en cette belle journée : la fantastique beauté des paysages de la Champagne berrichonne : les céréales ondulent sous le vent, les verts permettent de distinguer les espèces végétales : blé d’hiver, blé de printemps, avoine … tout une palette de nuances, les touffes de taillis ça et là, les immenses parcelles ponctuées de hautes éoliennes, qui n’abîment pas le paysage mais l’animent…

redcode

Les vignes en revanche, il faut les chercher : elles ne sont pas bien hautes, un peu envahies d’herbes – peut-être un signe de culture biodynamique ?, des chais discrets – sauf celui de Claude Lafond à Reuilly. On compte pourtant une quarantaine de producteurs de Quincy. Moi, j’ai reconnu l’étiquette de celui que je connaissais (le Domaine Vilpellet) et j’ai à présent un petit recueil des adresses de tous les producteurs.

Quant au Reuilly, nous avons acheté deux sortes de rouge, l’un élevé en futs et l’autre qui n’a pas droit à l’AOP car il est composé de cépages non homologués. C’est le Red Code de Claude Lafond, léger et fruité, titrant à 12,5° tout de même, et vendu à 4,50€ : un vin de plaisir immédiat issu de cabernet franc et de malbec.… un rapport qualité-prix très intéressant.

Posté par Bigmammy à 14:19 - Journal de bord - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire