Bigmammy en ligne

25 octobre 2014

L'inconnu du Grand Canal, polar de Donna Leon

 

canal

Quand je réfléchis à ce qui m'attire dans les séries américaines, ce n'est pas tant la qualité de l'intrigue ou la vraisemblance du scénario que la psychologie des protagonistes qui retient toute mon attention. Ainsi en est-il des romans de Donna Leon et du plaisir sans cesse renouvelé à vivre un moment avec le Commissaire Guido Brunetti, ses collaborateurs et sa famille – à moins qu'ils ne fassent qu'un ?

A la différence de certains personnages récurrents de polars célèbres, Brunetti n'est ni alcoolique, ni handicapé par sa petite taille, ni malheureux avec la gent féminine mais au contraire un homme cultivé qui lit les auteurs antiques, aime passionnément son épouse Paola, respecte son adjoint Vianello, admire la signora Elettra particulièrement douée en informatique – elle est en réalité un fort habile hacker – et se joue de son imbécile patron, le vice-questeur Patta.

Cette 21 ème enquête commence avec un bien étrange cadavre : celui d'un homme atteint d'une maladie rare, retrouvé dans les eaux du Grand Canal mais dont personne n'a signalé la disparition ni ne réclame le corps. L'autopsie révèle qu'il a été assassiné de plusieurs coups de couteau mais qu'il n'était pas tout à fait mort quand il a été jeté à l'eau … Qui est-il ? Son physique étrange rappelle quelqu'un à Brunetti et l'on retrouve sa silhouette sur une vidéo filmée lors d'une manifestation paysanne. Il s'agit d'un vétérinaire récemment séparé de son épouse. Il travaillait aussi aux abattoirs pour arrondir ses fins de mois …

Avec Donna Leon, il n'y a aucune surprise : après le traitement des déchets toxiques gérés par la Camorra, la traque des homosexuels, les banques, les trafics d'enfants adoptés, les sans-papiers et les Roms, l'Italie et même la calme Venise recèlent des trésors de croustillants scandales de corruption. Nous avons bien de la chance, en France, que cette étincelante auteure n'ait pas choisi notre pays comme lieu de résidence, car elle aurait aussi trouvé matière à développer des histoires aussi ténébreuses.

Car le titre original du roman est bien plus explicite que celui de l'excellente traduction de William Olivier Desmond : « Beastly Things ». Le scandale que risquait de dénoncer la victime est en effet lié à la non-déclaration de bêtes malades lors de leur remise à l'abattoir et par conséquent la mise en circulation de leur viande dans le circuit alimentaire.

L'une des scènes du livre nous montre en vue plongeante la chaîne d'abattage des animaux qui prend littéralement à la gorge. Vianello, l'adjoint pourtant baraqué du commissaire, en a la nausée et nous aussi. Heureusement ce moment difficile est contrebalancé par l'adorable dernier moment du roman, plein de tendresse. Mais je n'en dévoile pas plus …

Une nouvelle fois, une histoire italienne de tous les jours (mais souvenons-nous avec humilité de l'affaire de la viande de cheval congelée), racontée avec une foule de détails pointillistes, à la manière d'un Sisley ou d'un Seurat, décrivant de façon réaliste des spécimens de « pauvres types » particulièrement bien brossés. A dévorer avec le cœur bien accroché !

 

L'inconnu de Grand Canal – Beastly Things – de Donna Leon, traduit de l'américain par William Olivier Desmond, ches Calmann-Lévy, 320 p. 21,50€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire