Bigmammy en ligne

31 mars 2015

La place de l'étoile, roman de Patrick Modiano

étoile

Je l’avoue tout de go : avant l’annonce du Prix Nobel de littérature attribué à Patrick Modiano, je n’avais lu aucun de ses livres. J’ai donc commencé par le premier, publié à 22 ans en 1968. Dès les premières pages, je me suis demandée dans quel guêpier j’étais tombée : délire hallucinatoire, névrose judaïque, yiddish paranoïa ? Dieu – ou Yahvé – merci, j’avais en mémoire les articles publiés sur l’auteur et sa judéité, son obsession de la période de l’occupation et de la collaboration … parce que sinon, j’aurais refermé le petit bouquin aussitôt.

Car voici un étalage des plus répugnantes réflexions antisémites que l’on puisse imaginer, dans une accumulation onirique de situations caméléonesques vécues tour à tour par le narrateur, Raphaël Schlemilovitch : juif collabo, juif normalien, juif bucolique, juif tuberculeux, trafiquant de jeunes filles blanches approvisionnant les bordels brésiliens, juif noble empruntant l’identité d’un de ses camarades déjantés, dans un kaléidoscope de temps et de lieux qui défie la compréhension.

On trouve dans ce roman au style étincelant, acéré, parfois drôle, tous les thèmes qui perdureront (dixit l’exégèse du Maître) dans l’œuvre de l’écrivain : la quête de l’identité, l’amour-haine du père, la honte, la fascination des écrivains juifs ou antisémites et les figures réelles ou fictives, travesties de noms fantaisistes, de collaborateurs notoires, devenues obsessionnelles :  Maurice Sachs et Otto Abetz, Lévy-Vendôme et le docteur Louis-Ferdinand Bardamu, Brasillach et Drieu la Rochelle, Marcel Proust et les tueurs de la Gestapo française Bonny et Lafont, le capitaine Dreyfus et les amiraux pétainistes, Freud, Rebecca, Hitler, Eva Braun.

C’est de la ciselure, du grand art, certes, mais pas assez pour me donner l’envie de décliner les autres livres de l’auteur, même s’il vient d’être couronné de l’honneur suprême. En revanche, j’ai apprécié l’explication du titre en remarquant qu’il n’est pas de majuscule à "étoile" : elle figure en exergue : « Au mois de juin 1942, un officier allemand s’avance vers un jeune homme et lui dit : « Pardon, Monsieur, où se trouve la place de l’Etoile ? » Le jeune homme désigne le côté gauche de sa poitrine. (Histoire juive). »

La place de l’étoile, roman de Patrick Modiano, édité dans la collection folio – Gallimard – 211 p. 6,40€

Posté par Bigmammy à 10:27 - Lu et vu pour vous - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Moi , je n'ai pas pu poursuivre...mais j'ai bien aimé "Dora Brüder".

    Posté par bb84, 31 mars 2015 à 10:44
  • J'ai lu ..**rue de boutiques obscures**, mais je ne récidive pas....trop difficile cette noirceur, par contre je suis d'accord pour son style; mais cela ne fait pas tout

    Dans le registre des Nobel: j'aime beaucoup Le Clézio... Désert est un peu bijou (pour moi) & les autres des pépites..

    Posté par Martine, 31 mars 2015 à 10:49
  • Faisant partie d'un café littéraire dans le Cher, notre animatrice nous a proposé de lire "Dora Bruder" suite à l'annonce du Nobel. Pour moi aussi c'était le 1er livre de Modiano que je lisais.
    autour de la table d'environ 20 personnes le débat a été assez animé sur le livre et très intéressant. Nous avons eu des informations éclairées sur l'auteur et sa façon d'écrire, mais je ne crois pas que je retenterai. Par contre j'ai une copie de son discours de récipiendaire au Nobel et je le lis petit à petit.

    Posté par christine, 31 mars 2015 à 13:45

Poster un commentaire