Bigmammy en ligne

08 août 2015

Vous avez dit melon ?

P1170540

Hier soir je commençais à préparer une série de 6 melons ... quand je me suis arrêtée sur la beauté formelle d'un fruit coupé selon son équateur, avant de sauvagement attaquer les graines à l'aide d'une cuillère parisienne.

Pour les petits, j'ai prélevé des billes de melon placées dans une assiette creuse. Bien rafraîchies après avoir été filmées. Les enfants adorent ou détestent. Mais les grands ont mangé les assiettes intactes ..

Pour les grands justement, j'ai enlevé toute la peau. Mais le melon est toujours une loterie. Certains en ont reçu un délicieux, d'autres convives ont eu une courge un peu dure dans leur assiette.

Quand à savoir pourquoi on a contume de manger le melon accompagné de jambon cru, de Parme ou Serrano, je reste pour ma part toujours aussi perplexe.

 

P1170541

P1170544

Wikipedia nous en dit plus :

"Il fait partie des plantes potagères énumérées dans le capitulaire De Villis par Charlemagne au début du IXe siècle et reste connu au XIIIe siècle grâce aux écrits des botanistes et savants arabes. En 1495, le roi Charles VIII de France, de retour des guerres d'Italie, le réintroduit en France. Cependant, les variétés d'alors cultivées, ovoïdes et aqueuses, étaient peu sucrées et consommées en salades.

Au siècle suivant, des moines ramènent à Rome depuis l'Arménie turque, une variété ronde à chair orangée et savoureuse, qui est cultivée dans les jardins de la résidence d'été des papes à Cantalupo, aux environs de Rome. Cette variété prend le nom en France de « Cantaloup » et dès le XVIe siècle sa culture se propage en Provence, dans la vallée du Rhône, dans le Languedoc, puis rejoint le Val de Loire, l'Anjou et la Touraine. De là, il approvisionne la Cour et les marchés de Paris. Ce n'est que plus tard qu'il se propage en Charente, où par sélection, les célèbres « cantaloups charentais », puis le « charentais brodé », seront créés bien plus tard.

Ce légume est alors un mets aussi bien apprécié pour son goût que décrié pour les désagréments intestinaux qu'une consommation excessive procure. Au XVIe siècle, l'humaniste Jean La Bruyère-Champier accuse les melons d'engendrer le pire des sucs et de causer le choléra. Au XVIIe siècle, le médecin romain Dominique Panaroli parle du fruit comme une « humeur putride de la terre ». Jacques Pons, conseiller et médecin du roi Henri IV, est le premier à écrire un traité dessus. À la fin de ce siècle, sept variétés de melon sont cultivées en France, la plupart dans le potager de Versailles à la demande de Louis XIV qui en est friand.

Au XVIIIe siècle, les melons modernes (ronds et musqués) sont connus en Europe de l'Ouest. La marquise de Sévigné en villégiature à Grignan en devient friande et Voltaire les décrit comme une « outre de jus, un boulet de lumière, un chef d'œuvre de l'été ».

Alexandre Dumas qui apprécie les melons et en particulier ceux de Cavaillon demande, en échange du don de la totalité de son œuvre publiée (près de 400 volumes) qu'il fait en 1864 à la bibliothèque de la ville, une rente viagère de 12 melons par an. Ce que le conseil municipal accepte et lui sert jusqu'à sa mort en 1870. C'est ainsi qu'est créée la confrérie des Chevaliers du melon de Cavaillon."

Posté par mpbernet à 09:07 - Journal de bord - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Pour moi ce sera nature mais avec la peau car je le mange à la cuillère;Je trouve que de l'enlever fait perdre le jus, et jamais au froid après la découpe!!!! pour les enfants j'ajoute des petits piques.

    Posté par Martine, 08 août 2015 à 09:43
  • je pense que le mariage jambon de Parme ou San Daniele + melon ou figues a pour but de faire ressortir les arômes finement salés des jambons. Le sucré ajouté serait juste un faire-valoir. D'autant que, longtemps, les melons en Italie, ont été bien médiocres !

    Posté par manuela, 08 août 2015 à 10:28
  • Je n'aime pas le melon. En Italie, surtout dans le nord, on mange toujours avec le jambon de Parma ou San Daniele. Le jambon cru se mange aussi avec figues ou ananas, mais avec le melon c'est sa morte!

    Posté par Helga, 08 août 2015 à 15:13
  • J'aime beaucoup le melon, en ce moment, un régal ! Tout comme les tomates du jardin.
    Je te souhaite un agréable week-end Marie-Pierre et je t'embrasse très fort.
    Bernadette.

    Posté par Binchy, 08 août 2015 à 16:07
  • Bonnes associations

    • Sodium + potassium = moins de tension

    Le sodium favorise l’hypertension artérielle. Outre le sel de cuisson ou de table, il se niche dans les charcuteries (jambon cru, salami, bacon), fromages (roquefort, parmesan), plats cuisinés et aliments marinés (anchois, olives).

    Le potassium combat l’hypertension. Les fruits en sont riches : MELON ,abricot, banane tout comme les légumes (fenouil, céleri-rave, chou fleur) et les lentilles. Dans l’assiette, il faut donc équilibrer ces deux minéraux. Surtout après 65 ans où, moins sensible aux saveurs, on sale davantage.

    Astuce nutrition: toujours marier l’aliment salé avec un aliment riche en potassium pour rétablir l’équilibre et limiter les risques d’hypertension.

    Les bons duos contre l’hypertension: melon avec jambon; salade verte avec fromage, chou fleur vapeur avec rôti de porc…

    Posté par lyllia, 08 août 2015 à 16:52
    • Excellents conseils. En fait, j’ai lu qu’au Moyen-Âge, on considérait effectivement que le melon était un aliment “froid et humide” qu’il fallait compenser par un aliment “chaud et sec”, ce que le jambon cru était censé être. Questions d’équilibre des humeurs. Référence : l’Histoire de l’alimentation publié chez Fayard ...

      Posté par mpbernet, 08 août 2015 à 21:44
  • Pour nous ce n'est plus une "loterie" depuis que nous prenons soin de choisir des melons qui bien ridés autour du pédoncule.

    Merci pour vos billets quotidiens.

    Posté par Françoise, 08 août 2015 à 19:24
  • Hors-d''œvre ou dessert

    Dans le Sud-Ouest ,le melon est consommé frais non glacé avec sel et poivre en hors-d'œuvre comme les tomates et non comme dessert . "Renifler le melon ,le soupeser fait partie du rituel à l'achat !

    Posté par Christine, 09 août 2015 à 00:20
  • Et bien moi, pour la première fois je vais tenter la confiture de melon,cela changera des confitures traditionnelles faites avec les fruits de mes arbres.

    Posté par Agnes boul, 09 août 2015 à 08:21
  • Ses couleurs ont beau me tenter, je n'arrive à manger du melon que par politesse quand nous sommes invités. Son goût me donne des frissons !
    Le melon évoque pourtant de bons souvenirs d'enfance : l'été, nous faisions colorer les graines dans le four puis nous les enfilions, telles des perles, pour confectionner de longs colliers et des bracelets "exotiques". Des heures d'occupation sereine et créative ...

    Posté par HélèneD, 09 août 2015 à 08:44

Poster un commentaire