Bigmammy en ligne

14 août 2015

Voyager et apprendre l'histoire avec la vaisselle ...

P1170563

Je vous avais déjà parlé du service de table "Mary-Lou" de la faïencerie de Digoin-Sarreguemines (ici à droite). Hélas, il y a beau temps déjà que cette production, peinte à la main et qui connut un extraordinaire succès populaire, a disparu, et de la Bourgogne, et de la Moselle !!!

P1170588

Ce service, que ma mère avait acheté dans les années 56 pour notre maison d'été du Cannet-Rocheville en raison de son prix très attractif, a été fabriqué entre 1920 et 1970 à Digoin (71), ville choisie en 1879 pour implanter une annexe de la faïencerie de Sarreguemines (Moselle).
Aujourd'hui, la faïencerie de Digoin continue de produire de la vaisselle aux décors personnalisés pour les grands restaurants mais ne produit plus cette vaisselle aux motifs naïfs qui nous fait tant penser au service de nos grands-mères.

P1170564

P1170565

P1170566

Partie à la recherche de ce motif, je suis "tombée" en amour pour une série de 12 assiettes à dessert de la même fabrique, datant du XIXème siècle (vraisemblablement avant 1914), à l'effigie de Jenne d'Arc. J'ai réussi à en acheter 10 sur 12, il ne me manque plus que le n°10 et le n°12, et j'aurai toute la saga de la Pucelle !

Mes filles trouvent que c'est un peu malsain de manger du gâteau sur un décor où la sainte se fait griller ...
Mais moi, j'aime le côté complètement passéiste de ce décor très "Art Nouveau", "revival" et délicieusement kitsch.
Très gothique, quoi !!!!
Et cette série possède une forte charge historique. Elle fut produite en Moselle occupée pour témoigner du sentiment national anti-allemand !
Deux séries complètes d’assiettes ont en effet été consacrées à Jeanne d’Arc par la fabrique de Sarreguemines. Produites de 1880 à 1900, elles relatent son épopée au moment même où sa biographie devient exemplaire du sentiment national exalté face à l’Allemagne. Dès la première vignette, celle de l’apparition, c’est l’appel d’un Dieu guerrier qui est représenté, incarné en habits de chevalier.

images

Surtout, la dernière assiette (celle qui me manque, justement !) n’est pas celle du bûcher, de la mort ou de l’oubli ; au contraire, elle montre un souvenir toujours vivant. Le décor, intitulé justement « Souviens-toi… », est très expressif : les multiples symboles et allégories de la France donnent à voir une nation unifiée autour de Jeanne d’Arc, alors qu’en fait, après 1870, la mémoire de l’héroïne est écartelée entre catholiques, républicains et nationalistes. Ici, le socle est porté conjointement par des ouvriers, des soldats et des notables, défilant sous l’acclamation de la foule réunie par « la sainte de la patrie », entre les drapeaux tricolores et l’ange de la bonne nouvelle. C’est bien la vertu d’Espérance qui est célébrée au moment où l’actualité est celle de l’annexion. (extrait d'un article de Philippe Hamman, publié dans Genèse - 2002/2, N°47, édité chez Belin et à lire sur cairn.info)

Posté par mpbernet à 07:58 - Journal de bord - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Merci Marie Pierre de nous faire partager vos connaissances en histoire sur la vaisselle. Moi qui, justement aime la vaisselle, j'étais loin de penser à tout ce que vous nous avez écrit ce jour.Il est vrai que même si j'ai récupéré le service en porcelaine de LIMOGES,cadeau de mariage de mes parents..il ne date pas aussi loin que vos "antiquités".et les motifs sont assez simples, usés maintenant,surtout que je ne les ménages pas en les mettant dans mon lave vaisselle- mais c'est un SOUVENIR et je demeure "TRES SOUVENIRS"- amitiés

    Posté par poetalisa, 14 août 2015 à 12:51
  • Passionnant ! Merci.
    J'espère que vous continuerez à nous faire partager vos trouvailles.
    Et je croise les doigts pour que vous puissiez vous procurer les deux assiettes qui vous manquent.

    Posté par Marie-Laure, 14 août 2015 à 16:40

Poster un commentaire