Bigmammy en ligne

06 novembre 2015

Avril et le monde truqué, film d'animation de F. Ekinci, Ch. Desmares, d'après l'univers de TARDI

 

 

139316_o

N’attendez pas de moi une quelconque objectivité dès qu’il s’agit de TARDI que j’admire depuis plus de 30 ans ! Surtout lorsqu’il s’agit de parler de son premier film d’animation.

Tout l’univers graphique de TARDI est présent : ses visages de femmes (Avril et sa mère) à la lèvre supérieure marquée, les flics bedonnants et roublards, ridiculisés, les machineries à la Jules Verne, les tuyauteries boulonnées, les systèmes de transport délirants et les jets de vapeur assassins.

imagesGK151L8M

Car nous voici propulsés – c’est vite dit – tout d’abord en juin 1870 : l’empereur Napoléon III meurt prématurément, en tous cas avant de livrer la guerre Franco-prussienne. La guerre de 70 n’aura donc pas lieu, celle de 14-18 non plus et celle de 40 encore moins. Mais, sans que l’on comprenne pourquoi, la plupart des savants disparaissent. Y compris les parents de l’héroïne Avril, alors qu’ils étaient sur le point de découvrir le sérum ultime, une potion magique qui confère l’invulnérabilité et donc, l’immortalité – l'éternel mythe !

Plus de savants, plus de découvertes : le monde en reste, en 1941, au stade de l’énergie à vapeur, tout est pollué par les poussières de charbon, l’intégralité des forêts a été engloutie dans les chaudières, les véhicules fonctionnent au gazogène … C’est donc une poursuite entre ceux qui veulent s’approprier le sérum – entre les mains de la jeune fille - et Avril qui part à la recherche de son grand-père (irrésistible Jean Rochefort) et de ses parents, prisonniers dans une cité lointaine où oeuvrent les savants kidnappés, et qui ne sont pas sans évoquer l’équipe travaillant sur le projet Manhattan ayant donné naissance à la première bombe atomique.

 

Avril monde truqué

Une fable uchronique (l’histoire réécrite) sur l’écologie, c’est naturellement à la mode en ce moment, mais surtout sur la responsabilité éthique des scientifiques et l’utilisation pas toujours conforme à leurs souhaits de leurs découvertes tombées aux mains d’un gouvernement totalitaire.

Le scénario ( de Benjamin Legrand), à plusieurs niveaux de lecture, reste complexe et pas vraiment adapté à de jeunes enfants, l'ambiance noire et brune comme les BD classiques de TARDI (Adèle Blanc-sec, la Dame de Berlin, les aventures de Nestor Burma ou les polars d'après Jean-Patrick Manchette), mais l’animation est riche et soignée, fluide et dynamique.

 

Darwin

Mon personnage préféré est le chat Darwin (Philippe Katerine). J’aime la voix d’Olivier Gourmet (le papa d’Avril) et de Chimène (Anne Coesens), beaucoup moins celle de Marion Cotillard (Avril), et j’irai certainement voir l’exposition présentée au Musée des Arts et Métiers autour des dessins préparatoires de Tardi !

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire