Bigmammy en ligne

08 février 2017

"Lafayette, nous voilà !", exposition au musée de l'Armée

 

Ils combattent, souscrivons

 

« Dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre et de la saison commémorative de 2017, le musée de l’Armée propose une exposition documentaire sur les États-Unis et leurs relations avec la France pendant ce conflit majeur. »

Il est rare que je pousse une gueulante face à la déception causée par une exposition qui m’a laissée sur ma faim … Surtout lorsqu’elle émane d’une institution réputée pour son sérieux. Et même si celle-ci est en accès libre, je trouve terriblement dommage que le sujet ait été expédié avec une telle désinvolture.

soldats noirs

Quelques panneaux photographiques donc, accrochés sur la face interne des piliers du péristyle de la Cour d’honneur, à regarder en remontant son cache-nez sur la bouche pour résister aux courants d'air ... et c’est tout.

Quelle déception alors que le thème aurait mérité un bien plus large tour d’horizon, en particulier en cette période où les Etats-Unis semblent se désengager de la scène mondiale et revenir à leur séculaire doctrine de Monroe, l’isolationnisme.

Justement, quels sont les motifs qui les ont poussés à porter secours aux belligérants alliés en 1917 ? Comment se sont-ils préparés (ou pas !) avant d’envoyer des troupes : était-ce uniquement des volontaires ?

Les 22 panneaux effleurent des sujets pourtant très intéressants : l’armement fourni par les armées britannique et française, la ségrégation raciale et le rôle des unités de soldats « coloured », la crise de reconversion des années 20 aux Etats-Unis, mais pas un mot sur l’arrivée en Europe du virus de ce que l’on a appelé la grippe espagnole, les principes de paix de Wilson et leurs conséquences sur les pays vaincus.

Bref, si l’entrée en guerre des Etats-Unis fut l’élément décisif qui fit basculer les Alliés dans le clan des vainqueurs au terme d’un conflit d’attrition mortifère, le sujet mérite une exposition bien plus éclairante que ces quelques misérables dazibao. Une occasion manquée …

soldats

« Lafayette, nous voilà ! », cette phrase célèbre attribuée à tort au général Pershing mais prononcée le 4 juillet 1917 sur la tombe du grand homme par le colonel Stanton (et attribuée parfois aussi au journaliste Gaston Leroux qui couvrait l’événement mais serait arrivé après les discours) fut reprise par les GIs débarquant en Normandie en juin 1944 … Ce sera pour une autre fois.

 

 

Au musée de l'Armée - cour d'honneur - gratuit, tous les jours jusqu'au 9 avril.

 

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Coup de gueule - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire