Bigmammy en ligne

03 mars 2017

Diane de Poitiers, biographie de Didier Le Fur

 

Diane de LeFur

Chacun sait aujourd’hui que le portrait de Richelieu brossé par Alexandre Dumas dans « Les Trois Mousquetaires » n’a rien à voir avec le personnage historique. Les méthodes de recherche s’appuient à présent sur des sources objectives – correspondances, archives, témoignages – et non des rumeurs, des approximations et des interprétations compilées et reproduites à travers les siècles. Cela tombe bien car Didier Le Fur, spécialiste du XVIème siècle, s’attache depuis une quinzaine d’années à dynamiter les clichés et à déconstruire les mythes qui entourent la Renaissance française : après François Ier, Louis XII, Anne de Bretagne, Marignan, l’Inquisition et Henri II, il s’attache à dévoiler la vérité de Diane de Poitiers, favorite de ce roi pendant plus de vingt ans alors qu’elle était son aînée de vingt ans …

Les éléments factuels portant sur sa vie pourtant longue – elle est morte à 65 ans et l’on dit qu’elle fut belle jusqu’à la fin de sa vie – restent en effet relativement rares. Cette fille d’une famille de haute noblesse frayant dans le tout premier cercle de la Cour conserva en effet une grande discrétion dans sa vie privée, source de multiples interprétations, non seulement de la part de ses contemporains mais surtout dans les siècles suivants, où son image a été maintes fois instrumentalisée.

Cette biographie de Diane de Poitiers commence donc par un chapitre : « Il était une fois .. », qui occupe seulement 52 des 382 pages. Ensuite, l’auteur explique les différentes thèses des uns et des autres, servant à plusieurs objectifs qui, tous, visent à diaboliser l’influence de cette figure de l’histoire de France. La plus grande question qui taraude les chroniqueurs est la différence d’âge entre Henri et Diane. Elle est née en janvier 1500, lui en mars 1519. On les dit amants depuis 1538. On interprète cette inclination hors norme comme le résultat d’un ensorcellement, de magie… Pourtant Henri II restera fidèle à sa douce amie, jusqu’à sa mort accidentelle à 40 ans. Alors que de nos jours, nous connaissons tous le phénomène des cougars … et Diane de Poitiers pratiquait une hygiène de vie exceptionnelle pour une femme de son temps (équitation, utilisation de l’eau glacée, etc …)

Autre explication : la personne du roi étant sacrée, les mesures jugées funestes qu’il prend ne peuvent être que dictées par sa favorite. Très catholique, Diane de Poitiers est haïe des Protestants, et rendue responsable des persécutions qu’ils subissent. Elle est le mauvais génie d’Henri II et avec elle le parti catholique : Anne de Montmorency, les Guise … Si elle se préoccupe de consolider son héritage familial et l’avenir de ses deux filles, on la dit avide et suceuse du sang du peuple …

 

Clouet_Diane_de_Poitiers

Cependant, l’image de Diane de Poitiers évolue à travers le temps, selon les modes et les préoccupations de l’heure. Sans se fonder sur une chronologie réelle, les auteurs des siècles suivants échafaudent des thèses sur sa vie, parfois totalement aberrantes. La seule réalité mise en lumière par Didier Le Fur est le constat que les sources sont rares. Diane de Poitiers apparaît peu dans les relations de ses contemporains, sauf dans les archives judiciaires car elle argumentait beaucoup pour la sauvegarde de ses droits et de ceux de sa famille et, de façon le plus souvent très orientée, dans les relations qu’en font les ambassadeurs des états italiens au retour de leur mission en France.

Même son influence en tant que mécène – elle a employé Philibert Delorme, soutenu Joachim Du Bellay, le Primatice et bien d’autres – est amplifiée dans certains écrits. Et son image, à l’exception de quelques dessins de l’atelier de François Clouet, reste à peu près floue.

Cet ouvrage extrêmement documenté constitue donc une biographie « en creux » où l’auteur livre une matière plus abondante sur les erreurs historiographiques de ses prédécesseurs que sur la légende dorée (ou noire) d’une femme de pouvoir et, très certainement d’esprit  - et en tous cas d’une très grande beauté - qui fascina son époque.

J’ajoute enfin que son destin – mariée à 15 ans avec un homme plus âgé qu’elle de près de 40 ans, son veuvage précoce, sa liaison avec un garçon plus jeune qu’elle de près de 20 ans, me touche particulièrement puisque à quelques détails près, ce fut aussi le parcours de vie de ma grand-mère Henriette Bernard, qui fut aussi une très belle femme …

 

 

Diane de Poitiers, biographie de Didier Le Fur, chez Perrin, 382 p., 21€

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Diane de Poitiers

    Merci pour ce beau résumé concernant le livre de Didier Le Fur - comme toujours vos récits me donnent envie de lire ces beaux livres qui ns font traverser l'histoire de ce beau pays la France
    si seulement je vs avez "écouté" sur le livre d'Elisabeth George !
    je me suis perdue ds toutes ces pages-j'avoue parfois les avoir passées-dommage !

    merci encore
    josephine

    Posté par josephine, 03 mars 2017 à 08:24

Poster un commentaire