Bigmammy en ligne

05 mars 2017

Paul Rosenberg : 21 rue La Boétie, exposition au musée Maillol

affiche

Après la Fondation Vuitton dont cétait aujourd'hui la dernière séance, voici le Musée Maillol qui nous offre une éblouissante collection de chefs d’œuvre avec la fantastique histoire de Paul Rosenberg (1881 – 1959), le maître des marchands d’art du XXème siècle. Comme Paul Durand-Ruel pour les Impressionnistes, Paul Rosenberg – grand-père d’Anne Sainclair – fut le promoteur des plus grands peintres de l’art moderne : Marie Laurencin, Picasso, Henri Matisse, Georges Braque, Jules Pascin, Fernand Léger, Seurat, James Ensor, Oskar Kokoschka …

Paul_Rosenberg

paul Rosengerg par Picasso

Parfaitement éclairés et présentés, ces tableaux nous livrent une merveilleuse leçon de bonheur car, au-delà de la découverte d’œuvres venues d’un peu partout, les cartels fournissent une foule d’informations utiles à la compréhension de celui qui les a achetés puis revendus, de sa technique de commercialisation, de son destin d’exilé spolié pendant la guerre, de son combat pour la restitution des tableaux confisqués par les nazis, une action encore d’actualité aujourd’hui.

Non seulement le choix des artistes qu’il décidait de soutenir fut extraordinairement judicieux, mais encore Paul Rosenberg travaillait inlassablement au développement de leur talent, en Europe comme aux Etats-Unis. Et sa méthode de vente reposait sur des principes d’une étonnante modernité.

Chaque tableau entré en stock faisait ainsi l’objet d’une photographie et d’une fiche très précise, et la présentation des œuvres modernes obéissait à des règles originales. Paul Rosenberg organisait des expositions monographiques pratiquement chaque mois, puis des expositions collectives, éditait de nombreux catalogues … Tout pour assurer une promotion efficaces des peintres qu’il avait sous contrat.

Georges Braque

Henri Matisse

Matisse

James Enso

Mrie Laurencin

Autre « truc » : sur les cimaises de la galerie du 21 rue La Boétie, on plaçait les œuvres modernes dans l’écrin d’un opulent mobilier du XVIIIème siècle : ainsi l’acheteur pouvait se rendre compte de la parfaite insertion du tableau dans un intérieur aristocratique …

Jules Pascin

Et puis, Paul Rosenberg ne manquait pas de proposer aussi à ses riches clients des peintres impressionnistes plus classiques, histoire de les rassurer … et très tôt, il a prospecté le marché américain qui lui a permis d’ouvrir sa propre galerie à New York pendant la guerre puis de rebondir dès son retour en France.

Oskar Kokoschka

Pour la première fois à ma connaissance aussi, on voit ici des spécimens de l’art apprécié des nazis, par opposition à ce qu’Hitler et ses séides appelaient l’« Entartete Kunst ». Edifiant !

annesainclair

J’avais apprécié le livre-hommage de sa petite-fille Anne Sainclair (dont on admire sans réserve les profonds yeux bleus dans le portrait que Marie Laurencin lui a consacré 1952) paru en 2012, auquel le titre de cette exposition fait référence.

 

Nous avons adoré cette exposition majeure de l’art du XXème siècle et l’hommage rendu à l’un de ses plus éminents galéristes.

 

Paul Rosenberg, 21 rue La Boétie : exposition au musée Maillol  jusqu'au 23 juillet - 59-61 rue de Grenelle 75007 PARIS, tous les jours à partir de 10h 30, 13€.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire