Bigmammy en ligne

31 mai 2017

Temps (ou tant) de confusions possibles ...

IMG_1003

 

7882 candidats investis pour 577 circonscriptions ! Qui prétend encore que la politique n’intéresse pas nos concitoyens ?

Toutefois, l’électeur moyen y perd en ce moment le peu de latin qui lui reste – si tant est qu’il n’en ait jamais eu. L’embarras du choix, c’est peu dire avec en moyenne 14 candidats pour un poste de député.

Il y a ceux qui ne se sentent plus en ligne avec la famille politique pour laquelle ils ont milité depuis leur jeunesse et, de bonne foi, veulent « renverser la table » et mettre au rancard des élus racornis sans pour cela rompre tout lien avec leur parti d’origine, ceux qui tournent avec le sens du vent – à défaut de sens de l’histoire – et se rallient à la dernière minute, ceux qui, sciemment, présentent des affiches électorales prêtant à confusion (adoption de mentions abusives, couleurs institutionnelles pompées sur celles du mouvement qui rallie les cœurs), il y a les déçus de n’avoir, malgré leur activité des derniers mois, pas été investis pour des raisons d’alliances programmatiques et se présentent tout de même en candidats indépendants (déjà des frondeurs !), il y a enfin ceux qui se présentent pour gagner des sous … mais j’en reparlerai plus tard.

Voilà pourquoi, par exemple dans la circonscription où j’habite mais où je ne vote pas, il y aura 20 candidats et dans celle où je vote, pas moins de 12. Du moins au premier tour. Car pour accéder au second, il faudra avoir recueilli au moins 12,5% des inscrits. Si aucun des candidats n’a atteint ce seuil, on choisira entre les deux qui auront enregistré le plus grand nombre de voix. Entre le pourcentage d’électeurs qui, découragés, n’iront pas voter et la multiplication des candidatures, on voit que ce cas de figure n’est pas purement théorique.

Il est donc capital de ne pas se tromper et de voter pour le représentant du parti auquel vous faites confiance. D’autant plus que le plus souvent, on ne le connaît pas : c’est une foule de nouveaux visages qui se présentent à nos suffrages. Les sortants tremblent, et plusieurs duels sanglants se profilent : la soirée électorale va être électrique …

Alors, dans cette perspective qui va – ou pas – permettre à notre classe politique de se renouveler en profondeur et à notre pays de réussir les réformes nécessaires à son redressement économique et  à sa crédibilité internationale, soyons vigilants. Rien ne vous empêche de retrouver – il y a plein de moteurs de recherche qui vous préciseront sur internet la liste des candidats de votre circonscription avec leurs étiquettes, ne vous trompez pas de bulletin de vote. Retenez bien le nom de celui ou celle en qui vous placez votre confiance, munissez-vous de son bulletin de vote pour être certain de voter correctement, ne vous laissez pas influencer par des artifices de présentation et des ambiguïtés de langage : votez pour qui vous voulez mais votez en toute connaissance de cause.

Il reste encore une marche à franchir, mais elle est très haute. Exerçons notre droit de vote, qui est aussi notre devoir.

Posté par mpbernet à 06:59 - Coup de gueule - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Entièrement d'accord !

    Posté par Adamsfamily, 31 mai 2017 à 11:15
  • Nous nous posons beaucoup,de questions en voyant certaines listes & certains candidats
    A force de vouloir ouvrir à tous & à tout prix; le Parlement pourrait devenir un cirque!

    Posté par Martine, 31 mai 2017 à 16:05
  • Pourvu qu'il n'y ait pas trop d'abstention !

    Posté par Sylvie, 31 mai 2017 à 22:06

Poster un commentaire