Bigmammy en ligne

18 juillet 2017

L'envol des anges, polar de Michael Connelly

envoldesanges

Oui, je sais, je « descends » toute la série des enquêtes de l’inspecteur Bosch … et je m’en vante ! Et en plus, je suis justement en train d'en lire une autre ...

L’envol des anges, c’est le nom donné à un antique funiculaire de deux wagons qui gravit une colline de Los Angeles et où l’on vient de découvrir deux personnes assassinées : une femme de ménage latino, victime collatérale, et surtout l'une des figures de la communauté noire, défenseur acharné des droits civiques et spécialiste du clouage au pilori des policiers du LAPD brutaux envers les Afro-Américains.

Dans une atmosphère de volcan tout prêt à déverser son trop plein de haine raciale, Harry Bosch est chargé par le sous-chef Irving d’une enquête à haut risques où il a toutes les chances de se prendre les pieds dans le tapis : Howard Elias, la victime principale, allait défendre la semaine suivante un jeune Noir accusé de l’enlèvement suivi du meurtre d’une enfant de 12 ans, belle-fille d’un magnat de la vente des automobiles à L.A., et, semble-t-il, il s’apprêtait à administrer la preuve de son innocence et dévoiler le nom du vrai coupable en plein procès.

Tout le monde pense que c’est un flic qui a descendu l’avocat, la police est, une fois de plus, sur la sélette. Il faut dire que depuis les terribles émeutes qui ont dévasté la cité après l’acquittement des policiers ayant tabassé Rodney King, puis les soupçons de manipulation de preuves dans l’affaire qui a permis à O.J. Simpson de se voir innocenté du meurtre de son ex-femme et de son compagnon, les quartiers sud de Los Angeles sont au bord de l’embrasement. Irvin Irving, le sous-chef de la police et grand temporisateur, va tout faire pour trouver un bouc émissaire à livrer à la foule déchaînée. Mais cela ne convient naturellement pas à Harry Bosch …

Bradbury

 

Tout le monde se croise dans cette enquête hors norme : les Affaires Internes, le LAPD dans son ensemble, et même le FBI … et, en plus, pour se border juridiquement, une inspectrice générale. Un nid de vipères où le moindre faux-pas risque de déclencher l’émeute raciale généralisée.

Harry Bosch et ses deux co-équipiers Kizmin Rider et Jerry Edgar reprennent les investigations à zéro. Ils vont découvrir que le jeune noir suspecté de l’enlèvement n’est pas coupable en effet et qu’une taupe informait l’avocat depuis l’intérieur de la police. Mais Howard Elias bénéficiait aussi d’une source d’information anonyme sur le véritable auteur de l’assassinat de la petite fille …

Harry Bosch va démêler les fils de cet imbroglio. Mais nul n’en saura le fin mot car tout n’est pas bon à dire dans la cité des anges.

En prime, une visite de l’immeuble Bradbury (voir ci-dessus) où sont logés certains services de la police et où l’avocat assassiné a ses bureaux, un témoin de l’architecture du vieux Los Angeles à ne manquer sous aucun prétexte …

 

L’envol des anges (Angels Flight - 1999), thriller de Michael Connelly traduit par Jean Esch, aux éditions Calmann-Lévy et en Livre de Poche, 497 p., 8,30€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    J'admire moi qui suis incapable de suivre un polar
    Par contre je finis un gros pavé (pas de vacances) les memoires des Klarsfeld!!!

    Posté par Martine, 18 juillet 2017 à 08:17

Poster un commentaire