Bigmammy en ligne

25 septembre 2017

Derain, Balthus, Giacometti, une amitié artistique

 

IMG_1348

 

Un bonheur retrouvé : celui de visiter une exposition avec Claude, après toutes ses aventures médicales dont les effets commencent à s'estomper ... Plaisir de découvrir, d’échanger, d’apprécier des œuvres nouvelles, de comprendre, d’apprendre ... ensemble !

 

IMG_1357

 

IMG_1356

 

IMG_1358

Une telle exposition met à mal de nombreux clichés. D’André Derain (1880 – 1954), je ne connaissais que la période « Fauve », de Balthus (1908 – 2001), les fillettes grâves et dévêtues, de Giacometti (1901 – 1966), les sculptures torturées de l’homme qui marche.

expoaffiche

Giacometti par

 

IMG_1347

 

IMG_1359

 

IMG_1354

 

IMG_1352

La rencontre des trois artistes survient dans les années 1930, notamment au travers du mouvement surréaliste. Giacometti et Derain se rapprochent vers 1935, leurs vies et leurs œuvres s’entrecroisent dans ce milieu béni qu’est Montparnasse. Ils partagent une véritable affection et une admiration réciproque, des admirations communes pour Corot, Courbet, les primitifs flamands, Piero della Francesca, les peintres de la réalité du XVIIème siècle.

On admire les natures mortes de Derain, sur fond noir, son superbe paysage de Saint Maximin, et la violence larvée des toiles de Balthus comme la toile des joueurs de cartes. Les trois peintres se partagent les mécènes, les modèles – comme Isabel Rawsthorne - se portraiturent mutuellement.

Ils intègrent la thématique du jeu, la troublent. Balthus surtout, fasciné par l’enfance, avec ces représentations d’enfants lisant presque à plat-ventre par terre …

Quelle époque foisonnante que cet entre-deux-guerres et celle du retour à la paix : l’amitié de Derain avec Antonin Artaud permet des créations artistiques majeures : Derain crée les costumes pour Les Censi (1935), ceux de l’Etat de Siège de Camus (1948) sont dûs à Balthus, qui excelle aussi à illustrer Les Hauts de Hurlevent.

C’est donc une exposition majeure, dont la Presse n'a pourtant pas beaucoup parlé, avec un fil conducteur cohérent, des espaces vastes où il est bon de s’attarder, des cartels parfaitement expliqués. Une vraie plongée dans l’art figuratif du XXème siècle.

Ne pas manquer l’audiovisuel placé en fin de parcours !

 

IMG_1350

 

IMG_1349

 

joueurs de cartes

 

la rue Balthus

 

Derain, Balthus, Giacometti, une amitié artistique, exposition au Musée d’art moderne de la Ville de Paris jusqu’au 29 octobre, 11 avenue du Président Wilson 75116 PARIS, fermé le lundi, à partir de 10 h., 12 €

Posté par Bigmammy à 21:45 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire