Bigmammy en ligne

17 novembre 2017

La feinte de l'attaquant, polar de Philip Kerr

feinte attaquant

C’est le troisième opus d’une trilogie dont je n’ai lu que le premier épisode.

Philip Kerr a choisi de lancer sur le marché un nouveau personnage pétri de contradictions, mais bien moins chatoyant que son précédent héros – rattrapé par la limite d’âge – Bernie Günther. Comme ce dernier, Scott Manson est à cheval entre deux mondes et n’arrête pas de se regarder dans un miroir. Si son père est écossais, sa mère est allemande et Noire. Ni blanc ni noir, sensible au racisme ambiant, entraîneur de football en rupture de club, cet ancien joueur professionnel ne vit que par et pour le foot mais ne cesse de critiquer les instances dirigeantes de ce sport, assimilé à une religion.

La mission qui lui est confiée conjointement par le FC Barcelone et le PSG consiste à  retrouver un jeune joueur d’origine guadeloupéenne, Jérôme Dumas, disparu des radars avant de rejoindre le Barça après avoir fait l’objet d’un prêt de joueur par le PSG. Personne ne sait où se trouve l’athlète qui joue en "faux numéro neuf", s’il ne lui est pas arrivé malheur, s’il est en dépression ou s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment en compagnie des mauvaises fréquentations.

Scott se mue en détective et remonte la piste depuis ses employeurs, sa ravissante petite amie mannequin – qu’il met sans vergogne dans son lit – ses proches – et rebelote avec l’avocate de sa famille … Au-delà des références incessantes aux joueurs de foot de tous les temps et des différents clubs britanniques et européens qui passionneront certainement les lecteur assidus de L’Equipe, l’intrigue est assez faiblarde. Le livre donne à l’auteur l’occasion de délivrer les réflexions désabusées d’un vieux fan de foot sur la dérive d’un sport devenu industrie du spectacle et machine à cash, de brosser un tableau apocalyptique de la Guadeloupe – sans doute pas complètement faux – et d'étaler longuement des digressions philosophiques assez ennuyeuses sur la loyauté et l’honnêteté dans le sport de haut niveau.

En fait, j’ai eu beaucoup de mal à terminer cet épisode et n’ai pas l’intention d’en lire les éventuels suivants. La construction de l’aventure est transparente, et la référence à Hergé évidente … se souvenir du personnage du Professeur Halambique … (les tintinophiles comprendront !) Un dernier conseil : attendez que le livre soit réédité en format poche, vous le paierez moins cher.

 

La feinte de l’attaquant (False Nine), thriller de Philip Kerr traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj, aux éditions du Masque – 380 p., 20€

Posté par mpbernet à 07:57 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire