Bigmammy en ligne

29 novembre 2017

La guerre allemande, portrait d'un peuple en guerre 1939 - 1945, par Nicholas Stargardt

laguerreallemande

La critique de Claude :

Nicholas Stargardt, né en 1962 en Australie de parents australien et européen, et professeur au King’s College de Cambridge, a accompli un superbe travail universitaire sur la vie de tous ceux, allemands, polonais, russes, ukrainiens, français, hongrois, qui se sont trouvés, entre 1939 et 1945, dans la grande et épouvantable « lessiveuse » de la seconde guerre mondiale.

Pour une fois, l’Histoire n’est pas vécue du seul point de vue des dirigeants, mais d’abord  des « gens ordinaires », tels que révélés par leurs correspondances aux pères et mères, frères et sœurs, promis et promises.

Si ces lettres ont été sévèrement contrôlées par les censures allemande et soviétique, elles étaient, du côté allemand du moins, le plus possible acheminées à leurs destinataires, sauf au printemps 1945, quand tout s’effondrait en Allemagne.

Pour ma part, j’ai retrouvé jadis, dans les papiers de ma grand-mère, les cartes de correspondance normées que les prisonniers français avaient le droit d’envoyer et de recevoir du pays. Mon père est heureusement rentré en 1945. Cet ouvrage décrit des situations encore plus dramatiques. Les archives ont conservé des lettres jamais parvenues à leurs destinataires.

Plus que beaucoup d’autres documents, ce livre traite clairement des responsabilités dans les origines et le déroulement de la guerre. Il montre d’abord le soutien du peuple allemand à son déclenchement, destiné à effacer l’injustice du Traité de Versailles (1919).

Il montre aussi que les allemands, dès 1942, savaient, au moins dans les grandes lignes, comment étaient traités les juifs, de Pologne et d’Ukraine notamment. Il témoigne du soutien que le peuple ne mesurait pas à ses dirigeants nazis. Ainsi, les autorités religieuses, protestantes comme catholiques, ont semble t-il peu protesté, y compris contre les mesures visant les personnes handicapées.

A partir de 1943, les témoignages montrent le renversement de situation, avec les bombardements massifs  anglo-américains, notamment celui de Hambourg, et les pertes humaines effroyables en Russie. Pour autant, les Allemands semblent rester fermes dans leur effort de guerre, mais certains incidents manifestent un moindre soutien à leurs autorités.

Le dernier paragraphe montre les Allemands se reconstruisant au travail avec leur solide efficacité, tandis que les Jeunes commencent « à se demander pourquoi les Allemands avaient soumis le monde à une telle calamité…dont ils avaient eux-mêmes souffert ».

 

La guerre allemande, portrait d’un peuple en guerre (1939-1945), ouvrage universitaire de Nicholas STARGARDT, traduit de l’anglais par Aude de St LOUP et Emmanuel DAUZAT – publié par la librairie Vuibert, 786 p., 29 €

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Je suis toujours un peu sceptique sur cette façon d’ecrIre l’histoire, c’est comme le micro-trottoir : on peut choisir les intervenants selon ce que l’on veut leur faire dire. Ici,il s’agit d’un choix de lettres qui est peut-être tout à fait honnête,mais...

    Je voulais signaler un ouvrage posthume de Sebastian Haffner : » Histoire d’un allemand », bien sûr ce n’est que son témoignage personnel,mais il est néanmoins bien intéressant.(chez Actes Sud, en poche).

    Merci à tous deux pour vos coups de cœur littéraires, vous donnez envie de lire et c’est toujours fort intéressant.

    Posté par Catherine, 01 décembre 2017 à 17:51

Poster un commentaire