Bigmammy en ligne

03 janvier 2018

Dans quelle France on vit, essai par Anne Nivat

Franceonvit

 

Depuis que je publie chaque jour sur ce blog, je me fais un devoir de lire jusqu’au bout le  livre que je m’apprête à critiquer … Là, j’avoue avoir eu bien du mal à terminer cette enquête dans la France des villes périphériques, malgré la qualité de son auteur : une courageuse reporter de guerre, spécialiste de la Russie, épouse par ailleurs d’un ultra-célèbre chroniqueur matinal – c’est elle qui en parle dès les premières pages.

Voilà donc l’intrépide Anne Nivat partie en 2015 à la recherche des témoignages de vrais gens : à Evreux, Laon, Laval, Montluçon, Lons-le-Saunier et Ajaccio, elle a vécu chez l’habitant, rencontré des animateurs sociaux, des immigrés désabusés, des chefs d’entreprises efficaces, des femmes leaders d’opinion, des responsables religieux dépassés.

Le tableau d’ensemble est particulièrement pessimiste : à l’heure où elle écrit l’angoisse est avant tout celle d’une victoire de Marine Le Pen. Et on cherche à savoir comment on en est arrivé là. En vrac donc, une série de lieux communs dignes du café du commerce : les immigrés non intégrés, la désertification des centre-ville, les handicaps, les femmes chefs d’entreprises ostracisées par leurs homologues masculins et privées de réseaux, l’échec de la politique de l’emploi.

J’ai noté la référence constante à la résurgence du fait religieux – et un hommage appuyé au protestantisme - et à la spiritualité d’où qu’elle émane, la confusion entre identité et religion, la méfiance générale envers les politiques, l’inadaptation des structures étatiques en soutien des initiatives entrepreneuriales, la faiblesse du lien social. Et une foule d’enfoncements de portes ouvertes : par exemple le constat que 20% des personnes inscrites auprès des structures d’insertion sociale ne retrouveront jamais de travail. Bref, un pays où la perte d’exemplarité des hommes politiques a grandement contribué au sentiment de désillusion de la population. En tous cas, pour un auteur qui se défend d’avoir écrit un énième livre misérabiliste, c’est raté.

Mais ça, c’était avant !

Car aujourd’hui, 50% de la population française se montre à nouveau optimiste … Les problèmes structurels de notre vieux pays demeurent, mais un vent de réforme trouve un large écho auprès de nos concitoyens. Allez comprendre … Il aura fallu l’irruption, dans notre paysage médiatique et politique d’un homme nouveau, jeune et entreprenant, convainquant, et la capilotade d’une dirigeante de parti très au-dessous du niveau requis pour diriger notre vieux pays.

Donc, vous pouvez vous dispenser de lire ce livre décourageant, certes lucide mais dorénavant dépassé, qui n’apporte aucune piste de solution au débat.

 

Dans quelle France on vit, essai d’Anne Nivat, édité par Pluriel, 483 p., 10€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    bonne année !!!

    Bonne année, bonne santé pour vous et votre famille.
    Vous êtes devenue experte en tricotage félicitations pour ces beaux points irlandais et j'adore le snood ... une bonne utilisation des restes de laine
    sincérement
    Odile

    Posté par odile, 03 janvier 2018 à 09:46
  • pas indispensable donc

    lu aussi par une de mes amies de notre club lecture, qui s'est efforcée de le terminer, comme vous, et a trouvé que l'auteur(e) ressassait beaucoup au fil du livre sans rien avancer de positif...

    Posté par Brigitte, 03 janvier 2018 à 16:46

Poster un commentaire