Bigmammy en ligne

21 janvier 2018

Le vol du gerfaut, roman de Jean Contrucci

 

voldu gerfaut

Serait-ce le livre-testament de cet auteur prolifique dont j’ai dévoré presque tous les ouvrages ?

Ce serait dommage car justement, ce roman pose une question eschatologique : faut-il ou non que l’auteur même le plus "titré" se dispense du "livre de trop" ?

Jean-Gabriel Lesparres est un écrivain de talent qui a bien vécu de sa plume, surtout depuis qu’il a obtenu le prix Goncourt. Edité depuis des années par son ami Patrick Fontange – dont la maison d’édition a beaucoup bénéficié de ses forts tirages – il connaît depuis sept ans une panne d’inspiration. Il a cependant presque terminé un manuscrit mais n’est pas satisfait de son travail et ne veut pas le laisser publier, malgré les sommes déjà perçues et son engagement moral auprès de l’éditeur. Il imagine de se faire voler par un complice ce manuscrit dont il n’existe pas de copie … mais rien de ce qu’il a planifié ne va se passer comme prévu.

Voici une réflexion très acérée sur le monde de l’édition – et même vacharde - et la façon cruelle dont sont retenus ou retoqués les manuscrits, la grande solitude de l’écrivain, ses doutes quand surviennent les difficultés de l’âge, la peur de décevoir en publiant sous la contrainte un livre décevant … Naturellement, on lit aussi entre les lignes le décalage de l’homme plus tout à fait en phase avec le monde moderne, son affaiblissement, les illusions qu’il ne se sent plus en capacité de représenter. Cet homme-là a épousé en troisièmes noces une femme beaucoup plus jeune que lui …

Avec aussi une intrigue presque policière … et des personnages attachants, des références littéraires subtiles et des clins d'oeils appuyés, beaucoup d'humour. Mais hélas, une lourde crainte pour ma part de ne pas retrouver mon héros préféré : Raoul Signoret ! Rassurez-vous, Monsieur Contrucci, ce livre-là ne sera certainement pas votre livre de trop !

Le vol du gerfaut, roman de Jean Contrucci, édité par Hervé Chopin, 236 p., 19€.

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    le syndrome du livre de trop n'est pas réservé aux écrivains par la nature. C'est dommage !

    Posté par FNB, 22 janvier 2018 à 11:30

Poster un commentaire