Bigmammy en ligne

30 janvier 2018

Dessiner pour bâtir, le métier d'architecte au XVIIème siècle

 

affiche dessiner

IMG_1832

IMG_1825

IMG_1828

outils de dessin

 

IMG_1817

 

IMG_1823

 

IMG_1835

« Lemercier, Le Vau, Mansart… Salomon de Brosse, Robert de Cotte, Jules Hardouin-Mansart, ces grands noms incarnent la gloire des architectes français du XVIIe siècle.

Leur célébrité individuelle, liée à des édifices et à des commanditaires particulièrement prestigieux, cache en réalité une autre histoire : derrière leurs figures emblématiques, c'est tout un groupe professionnel qui émerge des anciens métiers du bâtiment, pour transformer en profondeur la pratique des arts et de la construction en France. »

Ainsi est présentée cette exposition organisée par les Archives nationales dans le somptueux hôtel de Soubise …

Le choix du XVIIeme siècle est ainsi justifié : alors que les dessins du XVIème siècle sont trop rares et ceux du XVIIIème siècle, très abondants et relativement homogènes, le Grand Siècle a laissé des feuilles d’une grande diversité, témoignant d’une véritable effervescence créative.

L’aire géographique couverte est ici, à quelques exceptions près, une France concentrée à Paris et l’Île-de-France, là encore pour des raisons historiques évidentes : l’hypercentralisation française autour de la capitale et le poids de la monarchie dans la fabrication de l’architecture de notre pays à ce moment de son histoire.

L’objectif de l'exposition est de mettre en évidence une histoire collective : le métier d’architecte se professionnalise dans son ensemble, pour adopter des méthodes de travail proches de celles d’aujourd’hui (spécialisation des fonctions, naissance des premières « agences »), et se constitue dans le même temps en une discipline intellectuelle et artistique (création de l’Académie royale d’architecture, débuts de l’enseignement).

Ce qui interpelle le visiteur : la beauté des instruments de mesure et de dessin, véritables bijoux, la qualité des épures, la précision des contrats de construction, des états de dépenses, la beauté des lavis, des dessins de projets, les croquis techniques …

C’est émouvant de voir ces grandes feuilles qui ont donné naissance à des édifices tellement emblématiques de notre capitale : le collège Mazarin, dit des Quatre-Nations, l’actuel palais de l’Institut de France. La documentation écrite et graphique exceptionnelle conservée par les Archives nationales permet d’éclairer en détail le rôle de l’architecte, depuis la conception du projet jusqu’à son exécution, mettant ainsi en évidence la complémentarité entre histoire de l’art et histoire de la construction. Ou encore les épures des façades des églises parisiennes, ou les projets très techniques comme la manière de construire le berceau du pont de Moulins …

On perçoit l’évolution de cette profession qui s’ennoblit tout en restant auprès des chantiers, s’intellectualise à travers le voyage en Italie, devient bientôt incontournable. Une preuve émouvante : la lettre patente dûment scellée qui confère la noblesse à Jules Hardouin-Mansart en 1682.

Dessiner pour bâtir, le métier d’architecte au XVIIème siècle, exposition au musée des Archives nationales, hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois Paris 3ème, jusqu’au 12 mars, tous les jours sauf mardi, 8€

 

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • J'avais vu en 2009 une expo similaire à Carnavalet. Elle était surtout axée sur le travail de Mansart. Elle m'avait enchantée. Je note celle-ci. Merci pour l'info car c'est un sujet qui m'intéresse énormément.
    Bonne journée

    Posté par Armelle, 30 janvier 2018 à 09:01

Poster un commentaire