Bigmammy en ligne

25 avril 2018

"Hâte-toi de bien vivre, et ....

IMG_2230 (2)

Dans la ville de Fumel, qui fut autrefois une cité industrielle prospère avec sa magnifique usine métallurgique installée au bord du Lot, quelqu'un a bombé ce message philosophique sibyllin, place de la LIbération (autre symbole).

Histoire d'encourager les habitants à prendre leur mal en patience ? 

Le tag est situé presque en face de l'entrée de la fonderie où ne subsistent qu'une trentaine d'emplois, alors qu'à la pleine époque elle rassemblait 1500 ouvriers dans les années 70 (et bien plus encore pendant la Grande Guerre car l'usine produisait des obus).

Depuis trente ans que nous venons passer toutes nos vacances ici, nous avons assisté à une série de plans sociaux, de reprises éphémères par des margoulins, etc, etc. C'est ainsi, les changements technologiques et la mondialisation sont passé par là.

Nous avons vu les boutiques de la rue de la République fermer les unes après les autres, tandis que des zones commerciales dotées d'immenses parkings absorbaient le peu de richesse vive de la commune et draînaient le pouvoir d'achat des villages des vallées du Lot et de la Lémance, au risque de se vampiriser les unes et les autres.

Les capacités professionnelles des habitants sont pourtant bien présentes : ici, les gens sont formés, cultivés puisqu'ils citent les auteurs antiques, travailleurs, entreprenants et habiles. Quel dommage de ne pas les employer, surtout dans un cadre de vie si agréable ! C'est sans doute pourquoi la première partie de la sentence de Sénèque a été "oubliée"  car "bien vivre" est ici de plus en plus difficile ?

Mais l'usine, elle, sert de décor au dernier film de Stephane Brizé intitué "En guerre", qui sort le 18 mai et fait partie de la sélection officielle au Festival de Cannes. Le casting a été réalisé avec des travailleurs d'ici, cela fut pour eux une expérience marquante, au côté de Vincent Lindon ("La loi du marché" du même réalisateur).

L'histoire est hélas tellement conforme à ce qui se passe ici : la lutte des travalleurs contre la délocalisation de leur outil de travail. Une écrivaine célèbre a écrit jadis un beau roman : "Un barrage contre le Pacifique". C'était Marguerite Duras, elle aussi originaire de notre belle région ...

Il subsiste une rareté : une des dernières machines de Watt encore en service en Europe ... 

Il faut beaucoup de philosophie pour encaisser ces difficultés

Posté par mpbernet à 07:45 - Journal de bord - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire