Bigmammy en ligne

22 mai 2018

Mon challenge personnel de la salade César (suite)

César du ribeca

caesar du Sélect

caesar à Duras

césar du Nicole's

caesar du café Beaaugrenelle

IMG_2278Je poursuis mon banc d'essai des salades César les meilleures de Paris et d'ailleurs. Chaque fois que je trouve ce plat à la carte d'une brasserie, je le choisis en effet.

Jusqu'ici, je ne parvenais pas à détrôner celle du Sélect, mythique établissement du quartier Montparnasse où nous avons nos habitudes le dimanche midi. J'ai éprouvé de cruelles déconvenues, mais aussi d'heureuses surprises, tant à Paris qu'en Province.

Celle du café Tribeca rue Cler, par exemple, avec un oeuf poché et non dur. Une idée à retenir.

Dernièrement, nous avons testé le Café Beaugrenelle, avec sa grande terrasse devant le centre commercial du même nom. Voici un décor de brasserie 1900 toout neuf et très "Disneyland" avec des serveurs déguisés en tabliers ultra-long et une clientèle de jolies filles et de jeunes cadres dynamiques. Cependant, on pratique ici une forme d'humilité et la carte des salades vous emmène au bout du monde. Elles ont pour nom "Comme à Montevideo" ou, dernier avatar de la Caesar salad : "Comme à Manhattan".

Très copieuse, largement suffisante pour un repas de midi, la variante de la recette est l'ajout de copeaux de bacon poêlé. Mais la salade est généreuse et la sauce bien équilibrée ... et servie à part comme dans "Quand Harry rencontre Sally". On va la placer ex-aequo avec celle du Select qui a désormais la bonne idée de proposer un huilier pour allonger un peu sa sauce parcimonieuse.

A éviter particuièrement, la César des Deux Magots, célébrissime café de la place Saint-Germain des prés : tarifée à 19,50€ alors que le prix habituel à Paris est autour de 15€, je l'ai regardée dans l'assiette d'une touriste ... rien de bien engageant.

Rappelons que les ingrédients classiques de la Caesar Salad sont : des filets de poulet cuits à coeur à la poêle ou au four et non pas frits ou panés, de la salade romaine, des oeufs durs, des copeaux de parmesan, des croutons de pain rassis passés à la poêle et, pour la sauce, une base de mayonnaise agrémentée de parmesan en poudre et quelques gouttes de sauce Worcester ...

Les tomates cerise, c'est pour la couleur, il n'y en avait pas dans la recette inventée par Caesar Cardini (1896 - 1956), le restaurateur californien (et non newyorkais) qui inventa ce plat qui a fait le tour du monde. Ma recette perso.

Ici, la moins chère : celle de la boulangerie La Parisienne, à l'angle de la rue de Vaugirard et de la rue Madame, au prix de 6,20€ à emporter avec petit pain, servienne, couverts plastique et petite dose de vinaigrette au vinaigre balsamique ...

cérars La Parisienne

Posté par mpbernet à 07:57 - Journal de bord - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • bien appétissantes et certes très appréciées, surtout en été !

    Posté par Nikita, 22 mai 2018 à 10:30
  • j'ai bien mis à coté ta recette pour cette été! Merci

    Posté par Helga, 22 mai 2018 à 17:42

Poster un commentaire