Bigmammy en ligne

29 mai 2018

Pour en finir avec l'ignorance économique des Français

 

Economie-politique

Le 11 septembre dernier (date funeste s’il en est !), Les Echos publiaient un sondage Ifop selon lequel seuls 25% des français savaient que l’Union Européenne finançait des projets en France … et il apparait aussi que la plus grande majorité de ceux à qui on demande de calculer combien d’Euros ils obtiendraient après avoir placé pendant un an la somme de 100€ à 2% sont incapables de donner la réponse correcte, à savoir 102€ …

Cela laisse rêveur car, du temps de ma maman qui avait passé son Certificat d’Etudes en 1925, ce genre de question trouvait immédiatement sa réponse. Car l’ignorance "crasse" des faits économiques les plus basiques, même chez des strates de la population a priori bien éduquées, est en grande partie responsable du sentiment de peur de l’avenir et d’immobilisme, voire de révolte et à tout le moins de résistance au changement.

 

professeur Barre

 

A ce propos, j’ai un souvenir encore brûlant, qui date pourtant de l’année 1964 : lorsque j’ai intégré l’Institut d’Etudes Politiques, tout juste sortie de mes études dans un lycée des arrondissements périphériques, j’ai découvert les rudiments de la science économique avec le cours magistral du professeur Raymond Barre. J’en fus bouleversée : une découverte passionnante et – en même temps -  une révolte. Personne, jusque-là, ne m’avait enseigné cette discipline. Sauf, furtivement, lorsque le programme d’histoire, ma passion, avait abordé la crise de 1929 et ses conséquences mondiales (réparations dues par l’Allemagne de Weimar, inflation galopante, avènement du nazisme et déclenchement de la guerre).

 

multiplicateur_keynes (2)

Des notions aussi simples comme le multiplicateur d’investissement, la théorie des cycles économiques …. Rien qui ne soit accessible à des élèves de Terminale sensés intégrer des études supérieures. Pourquoi une telle omerta sur des notions qui permettent à un jeune citoyen de comprendre le monde ? La réponse est dans l’idéologie dominante dans notre pays, tiraillée – encore aujourd’hui -  entre marxisme et jacobinisme.

Ainsi les Français, dans leur grande majorité, ont appris à mépriser les rouages de l’économie … Le mouvement de rejet du libéralisme, qui jette quelques milliers de personnes le plus souvent sincères dans la rue ces jours-ci, s’explique donc aisément. Car cette ignorance est largement le résultat de la faiblesse de l'instruction publique mais aussi des médias façonnant l’information, influencées par l’omniprésence d’instituts de réflexion largement subventionnés par l’Etat.  Et ainsi ressurgit la tentation du colbertisme, sans doute efficace au temps de Colbert mais largement dépassé aujourd’hui.

Hélas, nous constatons que des solutions aussi inefficaces les unes que les autres ont été proposées par les gouvernements successifs – de droite comme de gauche – pour endiguer le fléau de notre pays : le chômage. Toutes les recettes étaient basées sur plus d’impôts, plus de fonctionnaires, plus de réglementation, plus de bureaucratie. On en a constaté la faillite, qui cause le désespoir des victimes et aussi, hélas, la facilité avec laquelle les Français gobent les bobards économiques les plus creux ou les plus loufoques (comme le revenu universel, entre autres ...). Ils en ont perdu toute confiance, se laissent manipuler alors qu’il serait si simple de les informer objectivement.

ph Dessertine

 

Axel de Tarlé

Il nous faudrait un conteur passionnant et populaire, comme le fut jadis Pierre Bellemare, pour raconter les phénomènes économiques et expliquer comment sont investies les sommes prélevées par les impôts, pourquoi et surtout comment maîtriser le poids de la dette nationale, comment desserrer le carcan des règlements permet de doper la croissance, réorienter la dépense publique vers des domaines stratégiques et non la saupoudrer au gré de lobbies hyperactifs … Cela permettrait à chacun de comprendre en quel monde il vit et de ne pas céder aux sirènes de dirigeants politiques aussi ignares que de mauvaise foi …

J’apprécie les émissions « grand public » comme « Secrets d’histoire » … Ne pourrait-on pas lancer une série de « Secrets de l’économie » ? A qui confier la présentation d'un tel programme ? Je propose Axel de Tarlé ou Philippe Dessertine ...

Posté par mpbernet à 07:59 - Coup de gueule - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Et oui....

    Posté par Chantal, 29 mai 2018 à 08:19
  • BRAVO tellement vrai

    Posté par monica, 29 mai 2018 à 08:21
  • Comme toujours, votre analyse est parfaitement compréhensible par vos lecteurs.
    J'ai eu la chance en faculté de droit de suivre les cours d'économie d'un ancien élève et grand admirateur de Raymond Barre. Des cours qui m'ont marquée et forger mon analyse critique.
    En terminale (philo) j'avais eu un professeur de philo marxiste convaincu ; en histoire, un professeur d'une grande honnêteté intellectuelle pour lequel connaissances n'avaient aucun sens sans esprit critique. En première et terminale, j'ai eu la chance d'avoir le même professeur de français latin grec, un puits de science, de curiosité intellectuelle, pour lequel littérature, histoire sociale et économie avaient un lien très fort.
    L'ensemble a constitué une force dont je les remercie ; parallèlement, une profonde tristesse face au comportement de nos concitoyens.
    Vous en parlez avec justesse.

    Posté par MAG, 29 mai 2018 à 10:09
  • J'achète des ouvrages anciens dans les brocantes, dont les programmes du certificat d'études : les gens savaient calculer les intérêts composés, faire une déclaration d'impôts, établir une fiche de paie avec toutes les cotisation sociales, tenir un budget prévisionnel, ce qu'on enseigne aujourd'hui sur les bancs de la fac....

    Posté par Phuong, 29 mai 2018 à 10:14
  • Merci pour le tour d'une question particulièrement intéressante . Je note des points que j'approfondirai.

    Posté par Lyllia, 29 mai 2018 à 10:38
  • Une grande admiration !

    J'ai toujours eu une grande admiration pour Raymond Barre tant comme homme politique que comme économiste. Quel langage concis et clair, quelles connaissances économiques !!
    Il serait effectivement tant que l'on se serve de la télévision pour nous apporter les compléments de connaissances notamment dans le domaine de l'économie. L'école ne peut tout faire.

    Posté par Martine, 29 mai 2018 à 11:19
  • bravo pour votre article !

    Posté par Nikita, 29 mai 2018 à 12:02
  • Tout à fait d'accord avec cet article ! La télévision serait un excellent instrument d'information et d'éducation si elle n'était pas la plupart du temps occupée à abêtir avec ses émissions de télé-réalité et autres guères plus instructives !!
    J'espère que le calcul mental notamment va revenir dans la formation de nos jeunes enfants, personnellement j'en ai gardé un excellent souvenir et de bonnes bases.
    bonne journée

    Posté par Jauneyris, 29 mai 2018 à 13:33
  • Depuis les années 70 l'économie et le sociologie et même la science politique sont enseignées dans les sections ES en lycee général ...Il est en effet intéressant d'initier ces futurs citoyens aux débats économiques, de leur faire du recul sur le fonctionnement de la société pour mieux la comprendre et réaliser que les solutions sont complexes.

    Posté par elleoj, 29 mai 2018 à 20:51
  • je dirais même ...

    madame

    Si je peux me permettre ...
    Je vous rejoins sur la consternation concernant l'ignorance regettable à tous points de vue des français en économie.
    Concernant la crise de 29 elle ne me semble pas liée directement que vous citez. D'autres phénomènes sont plus directs.
    Quant aux conséquences mondiales que vous citez : réparations dues par l’Allemagne de Weimar, inflation galopante, avènement du nazisme et déclenchement de la guerre elles se dédjuisent les unes des autres dans cet ordre mais leur cause première fut et c'est regrettable, à un esprit petit, revanchard, mesquin, puéril des conditions de l'armistice de 1918 exigées par des français battus et revanchards. La paix est trop précieuse pour qu'on la laisse dictée par de militaires si j'ose paraphraser Clémanceau (?). Il est admis que le paiement exorbitant par l'allemagne des réparations ne pouvait conduire qu'aux conséquences que vous indiquez.
    La crise de 29 venant se surajouter.

    Concernant la solution de l'embauche pléthorique de fonctionnaires plus ou moins efficaces, pour ne pas être désagréable, c'est évidemment une non solution d'autant que cela entraîne un accroissement de la dette non seulement immédiate mais aussi à long terme jusqu'au décès des dits fonctionnaires !

    Je déplore tout comme vous l'absence d'information sur les fondamentaux de l'économie : tenter d'habiller Pierre en déshabillant Jeanne ... ne conduit qu'à une impasse.
    Je déplore aussi l'ignorance crasse des meneurs de débats qui ne laisse pas les intervenants qualifiés s'exprimer, quant il y en a. Ces petites gens de l'audiovisuels sont plus préoccupés par la prochaine question, dont ils croient déténir bien sur la réponse, que d'écouter la réponse à la question posée précédente. dans ce style caroline Rous détient le pompon mais elle n'est pas la seule malheureusement. Axel de Tarlé est bien gentil mais il me semble manquer de formation et surtout d'analyse pratique des faits économiques et de leurs conséquences. Je lui préfère Philippe Dessertine, Nicolas Doze, Jean-marc Daniel, Marc Fiorentino s'il daigne descendre de la Bourse.

    Si on cherche des économies à faire je connais une mine : l'audio visuel français ! Sur les 7 ou 8 chaînes on ne devrait en garder que 2, au plus 3 ! Et surtout ne garder que les meilleurs animateurs et chroniqueurs ! Surtout ne pas essayer de caser les copains et les copines : dégagez les tous. En fait l'audio visuel français est à reconstruire en partant de zéro. Les anglais nous ont montré l'exemple il y a longtemps.
    Cet audiovisuel est d'une nullité et d'une médiocrité à faire peur. Stop aux rediffusions de feuilletons d'il y a 40 ans, stop au saucissonage de documentaires intéressants, ils sont étrangers pour la majorité, pour les rediffuser. On se moque de nous et des impôts et de la redevance que l'on nous imposent.
    Pas de moyens ? allons donc en ne conservant que 2 voir 3 chaînes dont une générale et une régionale il y a de l'argent public pour faire des émissions de qualité.

    Concernant une réflexion lue : "L'école ne peut tout faire" qui doit émaner d'un membre du corps enseignant, je regrette de dire que l'école est là pour former les élèves aux besoins du temps présent même si cela implique une évaluation et une reformation des professeurs.

    Encore merci pour vos recettes et coups de gueule.
    PY
    Ps je regrette que les autres groupes de médias se complaisent également dans la médiocrité et la rediffusion. Une exception Arte et parfois la 5 mais elle abuse du saucissonnage et rediffusion.

    Posté par PY, 07 septembre 2018 à 13:50

Poster un commentaire