Bigmammy en ligne

24 juin 2018

Au fil du siècle, à la galerie des Gobelins

IMG_2501

La galerie des Gobelins – haut lieu du Mobilier National - célèbre un siècle de tapisseries réalisées par les lissiers virtuoses des manufactures des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie.

 

IMG_2495

 

IMG_2496

 

IMG_2497

 

IMG_2498

 

C’est la dernière exposition que j’ai visitée à Paris avant de partir dans mes quartiers d’été, en ma qualité de fan de tout ce qui touche à la broderie et à l’art du fil …

Une rétrospective éclairante de ce que donne – de pire et de meilleur, paradoxalement – la commande publique, depuis Colbert …

Car la vogue des grands tableaux textiles qui ornèrent les murs des châteaux royaux a cédé le pas depuis bien longtemps face aux systèmes modernes de chauffage central … Cependant, le savoir-faire ancestral de ces artisans doit demeurer vivant ! C’est un peu la même problématique que celle de la manufacture de porcelaine de Sèvres, qui fait l’objet d’une polémique bien mal venue à présent.

L’exposition commence en 1918 avec un salon aux formes tout à fait conventionnelles : bergères, canapé … ce qui l’est moins en est le décor ; un canon, un avion, des roses enrubannées des trois couleurs … qui pouvait bien commander un tel mobilier après la victoire de 1918 si ce n’est une Administration ? Sans doute pas un particulier.

On continue dans la célébration des gloires de la France et de ses colonies. Des grands formats, des décors chaleureux et tout à fait exotiques. Ce qui frappe, c’est la richesse des nuances de laines et la précision de l‘exécution. On imagine la dextérité et la patience de ces hommes – avant la guerre – puis de ces femmes, penchés sur les métiers de haute ou de basse lisse.

IMG_2503

IMG_2502

IMG_2500

IMG_2505

On poursuit dans l’exaltation des événements politiques. Même pendant l’occupation de la France, on continue à faire travailler les Gobelins. Il est une pièce maîtresse qu’il ne faut pas manquer : cette image à la gloire du Maréchal Pétain, dressé sur son cheval blanc – réminiscence du défilé de 1918 – et sur fond de retour à la terre.

A côté, une immense pièce inachevée commandée par Goering pour son ermitage de Carinhall : un planisphère monumental des conquêtes du Reich nazi.

On reste en admiration devant les oeuvres des plus grands peintres ayant donné des cartons pour la réalisation de ces tapisseries. Anquetin, Denis, Serrière, Beaume, Cappiello – qui fournit l’affiche très enjouée de l’exposition – Bracquemond, Lurçat – très en vogue sous l’influence des communistes après la guerre de 39-45 – Gromaire, Matisse, Le Corbusier, Miro, Delaunay, Dufy, Derain, Hartung, Zao Wu-Ki, Vasarely, Bourgeois …

Maréchal

Un panorama de l’art en pleine mutation du XXème siècle, du plus kitsch au plus abstrait …

IMG_2506

IMG_2507

IMG_2508

IMG_2509

IMG_2513

Une technique ancestrale qui s’adapte à l’ére moderne, mais pour combien de temps encore ?

 

affiche fil du siècle

 

Au fil du siècle (1918 – 2018), Chefs-d’œuvre de la Tapisserie à la manufacture des Gobelins (Paris 13ème) tous les jours sauf le lundi, 8 €.

Posté par mpbernet à 07:54 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    BEAUTES ETERNELLES

    merci pour ce partage . Je vous souhaite "beaucoup de soleil" pour profiter de votre séjour. Pensez à "guetter les petits visiteurs du matin" et à reprendre quelques photos comme vous savez "si bien les réussir", pour m 'en expédier (j'adore vos reportages) BISES à PARTAGER

    Posté par poetalisa, 24 juin 2018 à 09:59
  • Magnifique exposition, je suis allée plusieurs fois dans cette galerie des Gobelins, j'ai même visiter la manufacture nationale de la Tapisserie à Beauvais, et le musée de Cluny à Paris où j'ai pu admirer les tapisserie de la Dame à la Licorne, c'est magnifique ! Je m'intéresse à la tapisserie au point (à l'aiguille) qui bien sûre est différente de la tapisserie de haute et basse lisse, l'école de la tapisserie au point se situe près des Gobelins.
    Bonne journée

    Posté par Jauneyris, 25 juin 2018 à 14:11

Poster un commentaire