Bigmammy en ligne

31 juillet 2018

La disparue de Saint-Maur, polar historique de Jean-Christophe Portes

 

Troisième épisode des enquêtes de Victor Dauterive, sous-lieutenant de Gendarmerie et protégé de La Fayette, qui se déroule cette fois dans les derniers jours de l’hiver 1791 …

 

Saint-Maur

Une jeune femme a disparu depuis une semaine alors que règne un froid de gueux et, curieusement, Victor Dauterive ne rencontre aucune coopération de la part de sa famille d’aristocrates désargentés pour tenter de la retrouver, ni du juge de paix local qui voit d’un très mauvais œil l’ingérence de ce jeune parisien dans sa juridiction …

Mais bientôt, le marquis de La Fayette va demander à Victor de partir pour Londres à la recherche d’informations sur Pétion, dit « Le Vertueux » comme Robespierre était qualifié d’ « Incorruptible », homme politique qui comme lui brigue l’élection à la municipalité de Paris.

Deux intrigues entremêlées, sans rapport l’une avec l’autre, pleines de dangers à la fois pour Victor mais aussi pour son amie féministe, Olympe de Gouges, qui se pique de recueillir des informations sur l’infortunée disparue.

Au-delà des dangers que rencontre le héros dans le cadre de sa mission, la description du Paris de cette période trouble de la Révolution où se combattent les tenants d’une république égalitariste et ceux qui souhaitent instaurer une royauté constitutionnelle à la manière anglaise est passionnante. En filigrane, les manœuvres de déstabilisation des princes européens – sans parler de l’Angleterre qui n’a pas digéré Yorktown – et les bruits de guerre aux frontières, les spéculations autour de la vente des biens nationaux, la morgue toujours présente du marquis de La Fayette. Et aussi, la description de la misère des petites gens, les difficultés de communication, le comportement pour le moins douteux de la police – ou plus exactement des polices, au milieu d’une administration en pleine déliquescence.

Et en prime, un chapitre rarement abordé en littérature : la rivalité, jalousie et parfois cruauté surgissant entre frères et sœurs, plus particulièrement entre aîné et benjamin plus doué. L’analyse des sentiments contradictoires animant le jeune Victor, ses remords concernant son manque d’égards envers son jeune valet soudain disparu lui aussi, parce qu’il se rend compte que son attitude brusque résulte de la façon dont lui-même a été maltraité par son père, qui nous le rendent encore plus attachant.

En attendant la suite, à paraître en novembre prochain …

La disparue de Saint Maur, polar historique de Jean-Christophe Portes, édité par City, 524p., 19€


Commentaires

    Un livre comme je les aime, je vais essayer de trouver le premier de cette série, merci pour ce renseignement bibliographique.

    Posté par Jauneyris, 30 juillet 2018 à 10:36

Poster un commentaire