Bigmammy en ligne

28 août 2018

Duras, une restauration très réussie

 

Duras balustrade

 

Ce blog constitue pour moi une source de souvenirs irremplaçable : il suffit d’un clic pour retrouver la trace de notre dernière visite au château de Duras, en juillet 2008, et de mesurer l’énorme travail de restauration qui a été mené depuis par la ville propriétaire de l’édifice.

 

P1240024

 

P1240022

 

P1240018

 

P1240020

Car des terrasses de cette forteresse plantée sur l’éperon rocheux dominant la vallée du Dropt, on embrasse un paysage fantastique : les vignes, la riche campagne et aussi, jadis, la route où cheminaient les pélerins vers Compostelle.

Depuis sa fondation en 1137, le château des ducs de Duras a connu bien des vicissitudes pendant la guerre de Cent ans puis les guerres de religion, le pillage pendant la Révolution et plus particulièrement par le citoyen Joseph Lakanal qui fait démolir ses tours pour employer les pierres à la construction d'écluses sur le Dropt

Il faut imaginer cette demeure, transformée en château de villégiature au XVIIème siècle après avoir été fortifiée comme bastion imprenable – en partie grâce au financement du frère de Gaillard de Got, le pape Clément V – avec ses murs et surtout ses toitures effondrées …

 

P1230999

 

P1240008

 

P1240002

 

P1240004

 

P1240007

En 1961, le château complètement ruiné est vendu à une société qui souhaite le transformer en étape gastronomique et promet de le restaurer. Plusieurs faillites se succèdent. Quand enfin la municipalité se porte acquéreuse, elle est seule candidate et emporte l’enchère pour 40500 Francs en 1969. Depuis, les travaux de restauration n’ont pas cessé.

Nous avons failli ne pas reconnaître le château, qui à présent nous offre de somptueuses salles aux plafonds à la française, une salle à manger d’apparat avec ses boiseries Renaissance chaleureuses, sa cuisine monumentale dite « aux cent fagots » dotée d’un âtre à trois compartiments où l’on pouvait faire rôtir un bœuf entier (temps de cuisson estimé : 15 heures !), une coursive extérieure à balustres entièrement accessible – je n’en ai vu nulle autre pareille dans aucun château Renaissance – des sous-sols imposants avec un pavage en « cœurs de demoiselles », et la fameuse salle des secrets où l’on peut se chuchoter un message face à la muraille d’un angle et l’entendre distinctement dans l’angle opposé.

Et en plus, des animations intéressantes … comme cette porte secrète qui pivote et s'ouvre soudain à votre passage et qui a bien effrayé Dorian !

En revisionnant mes clichés, je remarque la prédominance de l'arc en "anse de pannier" si caractéristique du style Renaissance ... et je vous montre le petit pavement des couloirs des cuisines destiné à laisser s'écouler l'humidité ... les demoiselles d'antan avaient donc le coeur bien dur !

P1230986

 

 

P1240016

 

P1240019

 

P1240013

 

P1240026

Benjamin et Dorian ont beaucoup apprécié, malgré la longueur du trajet depuis la maison.

Et nous aussi puisque nous avions pratiquement l’édifice pour nous tous seuls …

 

P1230996

 

P1240025

 

Avec, en fin de visite, cette vieille photo aérienne du château sans ses toîtures, par l'as des cartes postales de la région : Ray Delvert ... souvenirs, souvenirs ...

Posté par mpbernet à 07:50 - Journal de bord - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Restauration château de Duras

    Merci Bigmammy.
    Votre blog nous apprend beaucoup de choses intéressantes.
    Bonne continuation.

    Posté par Yann, 28 août 2018 à 10:10

Poster un commentaire