Bigmammy en ligne

22 septembre 2018

Picasso Bleu et Rose au musée d'Orsay

 

la vie

C’est l’exposition qu’il ne faut pas rater en ce début d’automne, même s’il faut endurer la queue, même si la foule rend la déambulation difficile.

Réservez, venez un matin à l’ouverture, mais venez admirer cette extraordinaire réunion de 300 œuvres majeures de la jeunesse de Pablo Picasso (1881 – 1973), ses périodes Bleu et Rose.

 

acrobate à la boule

 

On a peine à s’imaginer que ces tableaux ont été peints dans un laps de temps si court – entre 1900 et 1906 - par un peintre si jeune. Entre conscience de son génie et solitude, Picasso a exposé pour la première fois dans le cabaret catalan Els Quatre Gats une série de petits portraits des artistes de son temps.

 

IMG_2773

 

IMG_2776

 

la célestine

 

yo-picasso

Il vient désormais régulièrement à Paris où il côtoie les grands courants de la peinture moderne : ses autoportraits témoignent de l’influence de Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Gauguin, les néo-impressionnistes ….

Il expose chez Ambroise Vollard puis adopte une teinte d’une tristesse infinie : le bleu.

Il fait référence explicitement au suicide de son jeune ami, le peintre Carlos Casagemas, qui a tenté de révolvériser la fiancée qui l’avait éconduit puis a retourné l’arme contre lui-même.

Il le représente sur son lit de mort et lui donne ses traits dans son grand tableau « la vie ». A Paris, Picasso va voir le cirque Médrano et peint des saltimbanques, visite les bordels et les prostituées enfermées à Saint-Lazare, il représente ces artiste de cirque seuls ou en famille, le regard perdu dans le vide.

 

avec le cheval

 

IMG_2769

 

IMG_2775

 

IMG_2774

 

nu

Ses figures sont allongées, soulignées de noir, dénuées de fond, jouant sur les harmonies de grands aplats bleus et de rose comme dans « l’acrobate à la boule ».*

Et puis soudain, à l’été 1904, la palette se réchauffe et tout devient rose orangé …

J’ai adoré le visage attentif du grand frère qui porte son cadet sur le dos, à la figure comme effacée … Picasso s’est désormais installé à Paris, au Bâteau-lavoir, fréqunte les poètes, il est repéré par Gertrude Stein dont il fait le portrait … il peint toujours des saltimbanques, des arlequins.

C’est la première fois qu’autant d’œuvres en bleu et rose sont ainsi réunies.

Lorsqu’on songe à l’extraordinaire production ultérieure de Picasso, on reste ébahis. Cette exposition va faire accourir des amateurs d’art du monde entier. Nous l’avons vue le lendemain de son inauguration, le matin, et on entendait des commentaires dans toutes les langues. Un événement majeur mais surtout une émotion à ne pas manquer.

 

Picasso en bleu et rose, au musée d’Orsay en collaboration avec le musée national Picasso-Paris, la Fondation Beyeler (Bâle), des prêts exceptionnels du Musée Picasso de Barcelone et du musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou,  jusqu’au 6 janvier.

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Je vais noter ça de suite dans mon agenda car c'est une période que j'aime particulièrement. Ceci depuis que je suis tombée en arrêt devant son Ascète hélas propriété d'autrui et que j'ai vu en 1993 à Orsay avec la Collection Barnes.
    Je n'ai jamais pu oublier ce tableau.
    Bon dimanche à vous

    Posté par Armelle, 23 septembre 2018 à 12:42

Poster un commentaire