Bigmammy en ligne

19 novembre 2018

C'est la faute à Chalandon !

 

La roche

Et si tout ce bololo était la faute d'Albin Chalandon ?

Souvenons-nous : ce grand ministre de l’équipement et du logement de 1969 à 1972, né en 1920, qui avait initié une évolution majeure dans la politique du logement … pour en finir avec les grands ensembles collectifs et développer la propriété individuelle du logement rendue accessible – via des grands lotissements groupés – aux ménages à revenus modestes.

A cette fin, il avait lancé en 1969 un grand concours pour inciter les spécialistes de la construction de maisons individuelles – comme les Maisons Phénix ou le Groupe Maison Familiale – à adopter des techniques normalisées afin de faire baisser de moitié le prix de revient des maisons dont le financement était parallèlement rendu plus facile (avec le 1% logement par exemple) … quitte aussi à construire parfois sur des terrains non constructibles, et/ou très éloignés des réseaux publics. Parfois en zones inondables ... mais les maires ont toujours le souci d'accueillir de nouvelles familles pour maintenir leur école ....

Ainsi pouvait-on combiner l’aspiration viscérale de nombreuses familles d’accéder à la propriété qui confère un nouveau statut social pour le prix d’un loyer et avec l’assurance de se constituer un patrimoine à léguer à ses enfants et l’espoir secret des politiques d’avoir créé une couche de Français peu enclins à protester ou à faire grève car il y avait toujours les traites à honorer …

Résultats : le succès initial des « Chalandonnettes » a bénéficié à environ 85000 propriétaires pour environ 100000 Francs. Mais au prix d’une qualité architecturale très modeste et sur des terrains de plus en plus éloignés des transports publics. Une des composantes de ces maisons étant bien entendu le garage car la voiture est indispensable pour se rendre au travail.

Ces maisons ont aujourd’hui bientôt 50 ans. Ce sont le plus souvent des passoires thermiques car personne au moment de la construction ne pouvait imaginer l’envolée du prix de l’énergie – le premier choc pétrolier intervient en 1974 – et on parle de supprimer les chaudières à fioul d’ici peu. Leur valeur vénale n’est pas à la hauteur de ce que leurs propriétaires espéraient, même après avoir fini de payer le crédit hypothécaire.

Leurs propriétaires sont aujourd’hui à la retraite mais les charges d’entretien de ces logements sont de plus en plus élevées. Comme les trajets trop longs devenaient de plus en plus coûteux et fatigants, madame a arrêté de travailler et puis il fallait bien convoyer les enfants à l’école. Elle ne reçoit donc qu’une maigre pension … La réduction de 30% de la taxe d’habitation – parfois compensée négativement par une hausse soudaine initiée subrepticement par certaines municipalités – ne compense pas la hausse d’1,7% de la CSG … Certains petits malins ont même susurré que les pensions de réversion allaient être supprimées …

Alors voilà pourquoi, entre dépenses contraintes et abonnements auxquels on ne saurait plus se passer, le coût de la vie qui s’envole, les normes environnementales qui s’accumulent sans que personne ne nous informe de leur utilité, l’impérative obligation de réduire les déficits publics en l’attente d’une hausse probable des taux d’intérêts au niveau mondial qui mettra la dette de la France en très mauvaise posture, la révolte gronde.

Que réclament les protestataires ? Suspendre la hausse des taxes sur le diesel inscrite dans la loi de programmation votée sous Hollande ? … Pas certaine que cela apaise les esprits !

Posté par mpbernet à 08:00 - Coup de gueule - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Analyse intéressante

    Merci beaucoup de cette analyse , pour aller plus loin j'ai trouvé cet excellent article sur la production de maisons bas de gamme dans les années 1970, dont voici le lien:
    https://www.cairn.info/revue-politix-2013-1-page-21.htm?contenu=article
    Cordialement
    Mamico

    Posté par Mamico, 19 novembre 2018 à 10:14
    • J’avais lu cet article avant de pondre mon papier, mais je me suis surtout souvenue de mon expérience de 20 ans dans le secteur du financement du logement social … Devenir propriétaire était un rêve enfin à la portée de beaucoup de gens et c’est encore un avantage lorsqu’on a une retraite modeste mais plus de loyer à payer …
      Provenance : Courrier pour Windows 10
      De : Mamico
      Envoyé le :lundi 19 novembre 2018 10:14
      À : mpbernet@wanadoo.fr
      Objet :Nouveau commentaire de Mamico [Bigmammy en ligne]

      Posté par mpbernet, 19 novembre 2018 à 10:22
  • Là, concernant ce système Chalendon, je suis d'accord avec vous ! Ces maisons sont de vraies misères !
    Nous cherchons (ou plutôt monsieur rêve…) d'acheter une maison pour la retraite. Je freine des 4 fers. J'ai de mauvais exemples de cousines retraitées en province sous les yeux. Je ne veux pas brader les 15m² que nous avions achetés pour loger nos enfants étudiants à tour de rôle sur Paris pour une maison à la campagne qui quand le bise sera venue et que pour des raisons de santé ou de mobilité, il faudra rentrer en ville ne se vendra pas ou aura perdu une grande partie de sa valeur.
    Ma cousine dans le Finistère avait vendu un modeste pavillon sur Poissy pour une grande maison en Bretagne. Son mari décline mais ils ne peuvent plus rentrer sur Paris où ils ont fille et petits enfants. Rien que ça me fait reculer !

    Posté par Armelle, 19 novembre 2018 à 10:37
  • On en a vu "pousser" un peu partout en France dans ces années là. Personnellement, je ne pourrais vivre dans un tel environnement de plus loin de la ville.
    Aujourd'hui, enfin ces vingt dernières années, beaucoup de lotissements se sont construits et sont encore en construction ou en projet dans les villages autour de Vienne (dont mon village d'enfance). Par contre, de belles maisons en dur et avec piscine. Rien à voir avec ces maisons chalandonnettes Ce qui fait, encore plus de voitures sur les routes pour aller travailler car aucun transport public... Augmentation des voitures donc de la pollution, de moins en moins de place pour se garer en ville...
    Ah, quand l'on devient âgé, il vaut mieux vivre dans un appartement en centre ville, plus besoin de voiture.
    En ce qui concerne la pollution, les usines, la vallée du Rhône est très gâtée de ce côté là. Les avions (aéroport de Satolas -aujourd'hui Saint-Exupéry), là, il y a du boulot aussi... Quand j'entends que l'on veut construire de nouveaux aéroports je me demande où l'on va... ?!

    Posté par Binchy, 19 novembre 2018 à 12:06
  • lotissements idem autour de Montelimar. De belles terres cultivés qui ne le sont plus
    Les acquéreurs devaient bien savoir qu'il leur faudrait deux voitures et l'essence pour toute le vie quotidienne.

    Posté par elleoj, 19 novembre 2018 à 13:32

Poster un commentaire