Bigmammy en ligne

23 novembre 2018

La Grande Guerre des Français par Jean-Baptiste Duroselle

Je continue à me plonger dans les vastes débats sur les causes et conséquences de la guerre de 14-18. Au risque de lasser le lecteur, j’y trouve des constantes, hélas, et des éléments qui contribuent à la compréhension des relations internationales de notre temps.

 

JB Duroselle

 

Duroselle tempus

L’historien Jean-Baptiste Duroselle (1917 – 1994) fut l’un des plus éminents spécialistes des relations internationales. Il avait publié en 1988 une biographie de Clemenceau et ce dernier ouvrage sur la grande guerre des Français en 1994, avec pour sous-titre « L’incompréhensible ». J’ai suivi avec bonheur son enseignement à Sciences Po au milieu des années 60.

Il avait de bonnes raisons de creuser le sujet : son père avait été grièvement blessé au combat et son maître Pierre Renouvin avait laissé un bras au Chemin des Dames. Après l’analyse actuelle de Michel Goya, cette somme traite d’aspects moins souvent mis en lumière de ces quatre années et trois mois de conflit. Les deux ouvrages se répondent. Pour être encore plus complet, j'ajouterais volontiers le livre de François Cailleteau "Gagner la Grande Guerre".

Il est ici hors de question de résumer un tel ouvrage de référence. Je n’en ai ni les compétences ni le courage. Je dois dire simplement qu’une fois ouvert, je n’ai pas pu le lâcher. Car il aborde bien des aspects moins connus de la vie des Français en temps de guerre : celui des combattants, non seulement les grandes lignes des stratégies et des tactiques mais leurs conditions de survie, les tractations politiques des partis, le rôle de la propagande, et bien entendu l’extraordinaire complexité des négociations internationales avant le déclenchement du conflit, pendant et après, lors de la négociation des traités de paix.

Les chapitres qui m’ont le plus intéressée concernent l’adhésion des partis et des syndicats et la formation de l’Union Sacrée, mais aussi la continuation des manœuvres pour faire chuter les gouvernements, le financement de l’effort de guerre, l’organisation internationale des transports maritimes – où l’on découvre la patte d’un jeune homme plein d’avenir : Jean Monnet - la reconversion industrielle vers la production d’armement, les crises politiques, sociales et militaires de 1917, le rôle des Américains et la philosophie idéaliste de Wilson avec ses 14 points.

Bien évidemment, le caractère et l’énergie de Clemenceau et sa reprise en mains spectaculaire, les infinies difficultés à faire admettre par les Alliés la nécessité d’un commandement suprême confié à Foch, la personnalité contrastée du général Petain : loyal, organisateur, proche des soldats et bon logisticien mais perpétuellement pessimiste voire pacifiste, ennemi de l’offensive, influençable, secret.

On comprend aussi comment la demande d’armistice a permis à l’armée allemande de se retirer en bon ordre, comment les exigences faramineuses des vainqueurs ont suscité la revanche, comment en réalité, et selon Foch, cet armistice ne fut qu’un répit dans une guerre de cinquante ans.

IMG_3239

Redoutable également est de constater combien les pouvoirs du Président des Etats-Unis sont étendus en matière internationale … Ayant imposé ses buts de guerre aux belligérants avec des arguments chiffrés imparables  – au 11 novembre, on compte déjà plus de deux millions de Sammies en Europe, entièrement équipés par la France (4881 avions, 2150 canons de 75, 1684 pièces d’artillerie, 260 tanks) - son pays ne ratifiera cependant ni le Traité de Versailles ni la charte de fondation de la Société des Nations … Cela me rappelle quelqu’un, pas vous ?

Ce premier conflit mondial coûta à la France 1 397 000 morts soit un homme sur sept en âge de combattre (et 49 000 Américains). C’est en effet incompréhensible …

 

La Grande Guerre des Français 1914 – 1918, l’incompréhensible (1994) par Jean-Baptiste Duroselle, de l’Institut publié chez Perrin, 515 p., collection Tempus en format Poche - 11€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • question

    bonjour
    Je ne comprend pas :
    "Cela me rappelle quelqu’un, pas vous ?"
    merci bonne journée

    Posté par olga, 23 novembre 2018 à 09:32
  • @Olga

    Je pensais à l'isolationnisme américain et plus spécialement à leur Président actuel qui dispose de la plus large initiative en politique étrangère mais risque de se faire désavouer par le Congrès.

    Posté par Marie-Pierre, 23 novembre 2018 à 11:01

Poster un commentaire