Bigmammy en ligne

26 novembre 2018

L'espion des Tuileries, polar historique de Jean-Christophe Portes

 

espion tuileries

Ma lecture de cette nouvelle mission de Victor Dauterive sera toujours marquée par la télévision montrant en boucle les émeutiers environnés de gaz lacrymogènes et leur tentative de pousser jusqu’à l’Elysée.

Car cette aventure se situe entre le 20 avril et le 2 juillet 1792 et sa scène majeure en est l’envahissement du palais des Tuileries par le peuple de Paris le 20 juin, ce jour où les émeutiers parviennent jusqu’à la famille royale et médusés devant le flegme de Louis XVI et de Marie-Antoinette, pourtant clairement menacés de mort …

Victor, 20 ans, est toujours en mission pour le compte du Marquis de La Fayette, général en campagne contre les Autrichiens. Le convoi de fonds destiné à solder les troupes qu'il est chargé de protéger est dévalisé par une équipe d’assassins. Toute cette affaire n’est pas claire, car il ne s’agit pas seulement d’un acte crapuleux … et qu'il est lui-même accusé d'avoir dérobé le magot.

Victor rentre à Paris pour retrouver les voleurs dont les accointances avec les factions parisiennes apparaissent bientôt. Car à Paris, après le renvoi du ministère Girondin par le roi, la colère du peuple gronde et la peur d’une bourgeoisie éclairée qui voulait la Révolution mais redoute les désordres s’accroît.

Toujours secondé par le jeune Joseph, il y retrouve son amie Olympe de Gouges et va devoir porter un message important au roi lui-même, étroitement surveillé aux Tuileries et en butte aux influences délétères de conseillers avides d’argent qui ont juré la perte.

Le quatrième volet de cette saga très soigneusement documentée plonge le lecteur dans la France révolutionnaire en péril et son Etat déliquescent, au sein des factions irréconciliables en présence, la manipulation des foules, les trahisons et les revirements … Comme quoi, rien ne change à travers les siècles ... Nous ne sommes pourtant qu’en 1792 et tout va bientôt s’emballer bien plus violemment. Cet épisode est encore plus réussi que les trois précédents. Les décors, les caractères, les odeurs, les clameurs, les combats, le rythme … tout est haletant.

Une découverte : la fréquence du prénom Victor dans les personnages récurrents des auteurs de polars historiques : Victor Kolver chez Odile Bouhier, Victor Legris chez Claude Izner, Victor de la brigade mondaine de Maurice Leblanc …

 

L’espion des Tuileries, polar historique de Jean-Christophe Portes, édité chez City, 392 p., 19,50€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Victor = le victorieux, le vainqueur ! Il vainc les ennemis, les méchants, les voleurs...

    Posté par elleoj, 26 novembre 2018 à 17:54

Poster un commentaire