Bigmammy en ligne

13 décembre 2018

Victor, de la brigade mondaine, polar de Maurice Leblanc

 

descrières

Victor

Dans ma prime jeunesse, j'avais adoré "L'Aiguille creuse" du prolifique créateur du personnage d'Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur. Mais je ne me souviens pas d'avoir poussé plus loin ses aventures ... Comme j'avais tort !

Plus tard, j'avais suivi avec délectation la série TV (26 épisodes de 55 minutes diffusés entre 1971 et 1977) où le héros de ces dames était magistralement incarné par Georges Descrières.

Rien de tout cela aujourd'hui.

C'est le prénom de Victor qui m'a attirée dans ce nouveau titre ... et me voilà replongée dans une nouvelle ambiance.

Cet épisode a été publié en 1933. C'est l'époque de la jeunesse de mes parents. Le décor est donc bien campé : le cinéma, les automobiles, les trains qui permettent aux habitants de la banlieue cossue de venir travailler à Paris, les palaces des Champs-Elysées.

Le rôle titre, Victor Hautin, est présenté comme un vieux policier habile, retors, hargneux, insupportable, néanmoins très attiré par les jolies femmes, mais qui exerce ses talents "quand ça lui chante", quitte à s'attirer la colère de ses supérieurs. Cependant, on le tolère car il est très efficace. Dans cette enquête, il doit élucider un vol de Bons de la Défense nationale - neuf cent mille Francs.

Ce vol a déjà causé deux meurtres ... ce qui est troublant car Arsène Lupin, celui qui semble responsable de cette action criminelle, n'a pas l'habitude de tuer ...

Victor, de la brigade mondaine, suit à la trace une princesse russe qui aime à se faire peur. Il la soupçonne d'être la maîtresse de Lupin et il va s'infiltrer dans l'équipe du cambrioleur ... travailler "sous couverture" comme on dit aux USA.

Sans recherche d'ADN, sans traçage de téléphonie, les déductions de la police ne font appel qu'à la perspicacité des inspecteurs et à leur ténacité, à leur courage physique aussi.

Mais je ne veux en aucun cas dévoiler un seul indice de cette aventure, car le coup de théâtre final est complètement inattendu. Bien entendu, Arsène Lupin s'en tire encore avec panache ... et nous avons passé un excellent moment de lecture. Et je comprends a posteriori l'enthousiasme de Michel Bussi et toutes ses références à Maurice Leblanc dans ses best-sellers d'aujourd'hui.

 

Victor, de la brigade mondaine, polar de Maurice Leblanc (1933), en format poche - je l'ai acheté d'occasion - 317 p.

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire