Bigmammy en ligne

03 janvier 2019

L'eusses-tu cru ? Un peu d'histoire fiscale ...


lustucru

Je ne vais pas vous parler de cette célébrissime marque de pâtes bien franchouillardes qui tire son nom d’un personnage populaire de forgeron de la Renaissance, qui prétendait remettre d’aplomb la tête des femmes aux mœurs légères. Mais de la révolte fiscale des paysans du Boulonnais que l’on appelle la révolte des Lustucrus. Comme quoi, les mêmes causes peuvent, à travers les siècles, produire les mêmes effets.

Nous sommes en 1662, au tout début de la prise de pouvoir personnelle du jeune roi Louis XIV. A la fin de la guerre de Trente ans, le pays boulonnais se voit imposé à une nouvelle taxe – destinée à financer le logement des militaires en campagne, le quartier d’hiver – alors que la paix est revenue. D’autant plus qu’Henri III, puis Henri IV ont rétabli le taillon, la gabelle (sur le sel, pétrole de l’époque) et que le pays frontière a bien souffert des guerres destinées à arrondir le pré carré …

Les Boulonnais refusent le nouvel impôt. Le 25 juin, ils sont d’abord 200, puis 600 à protester et à envahir les demeures des collecteurs d’impôt. Il y a des échauffourées contre les cavaliers envoyés par Colbert …Ils seront 3000 le 5 juillet. Ils se sont organisés autour d’anciens militaires ou de nobles déclassés, mais dans le plus grand désordre. Ils se dispersent par petits groupes, qualifiés selon un contemporain « de rebelles qui oscillaient sans but précis, à la façon de troupeaux sans pasteur ».

La répression sera implacable : près de 600 révoltés capturés après un siège, dont une grande partie – la plus robuste – envoyée aux galères, deux meneurs condamnés à mort … et ce sobriquet appliqué à la révolte bien plus tard, les tournant en dérision : Lustucru. Triste histoire.

Toute ressemblance …. Vous connaissez la suite.

Posté par mpbernet à 08:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Bon, il n’y a plus de galères ni de bagne (quoique).... mais tout cela est tellement vrai. Ce qui m’interpelle le plus est que les memes causes produisant des effets similaires, commernt (1) a-t-on pu en arriver là en pensant que le bon peuple accepterait tout (chers technocrates coupés des réalités) et (2) comment ledit bon peuple peut il stupidement penser qu'on peut tout demander tout exiger sans contrepartie ? Défaut d’éducation ? Tout cela me laisse bien perplexe. On a un peu l’impression de se trouver parfois et toutes proportions gardées devant des gamins butés refusant tout dialogue. Mes gamins je pouvais leur dire quand tu en auras assez tu arrêteras et on discutera (ce qui finissait toujours par arriver !) mais là .... je comprends aussi qu’on soit parfois tellement désespéré qu’on ne réagisse pas intelligemment. Mais comment peuvent ils ne pas se rendre compte qu’ils font des lits bien effrayants ?

    Posté par Chantal, 03 janvier 2019 à 08:50
  • Arrêtons de taper sur les technocrates … Cela fait plus de 30 ans qu'ils signalent la nécessité de diminuer la dépense publique et que les politiques de tous bords ne les écoutent pas et refusent de faire les réformes indispensables pour alléger l'Etat et donc diminuer la pression fiscale, par peur de ne pas se faire réélire. Les technocrates ne sont pas ceux qui décident de proposer telle ou telle mesure législative au Parlement ni eux qui les votent. Maintenant, on ne peut plus reculer. Il va falloir réellement diminuer la toile et, comme toujours, hélas, ce sont toujours les plus fragiles qui en paieront le prix, d'une manière ou d'une autre. Il faut remettre à plat tout le système fiscal pour que revienne le sentiment de justice qui nous fait tant défaut. Vaste programme ….

    Posté par Marie-Pierre, 03 janvier 2019 à 09:57
  • Fiscalité

    Le professeur d' histoire que je suis ne connaissait pas cet episode. Merci de nous l'avoir raconté.Ce qui est bien , c'est que l'on en apprend tous les jours...Comme je m'intéresse particulièrement à la civilisation romaine je vais vous présenter mes voeux avec la formule que se lançaient les Romains la nuit de leur nouvelle année aux fameuses Ides de mars :" Annare perennereque commode " " Bonne annee et que cela dure" ou " Puissiez- vous passer une excellente année du début à la fin,"
    Anna Perenna était la déesse qui veillait à ce que les années se renouvellent.
    Vale.

    Posté par Lyllia, 03 janvier 2019 à 10:20
  • Intéressant,je ne connaissais pas ce pan d’histoire,bien qu’étant boulonnaise,je vais faire des recherches.

    Posté par Agnesboul, 05 janvier 2019 à 09:10

Poster un commentaire