Bigmammy en ligne

17 janvier 2019

ALIX, L'art de Jacques Martin

Alix

A partir du matériel réuni par l’exposition présentée au début de l’année 2018 à Angoulème, cet ouvrage de grand format se donne pour objectif de percer les secrets de création de Jacques Martin (1921 – 2010), le père d’Alix depuis 1948

C’est pour moi une plongée dans un univers qui a profondément marqué mon adolescence et qui m’émeut encore aujourd’hui puisque je continue à en acheter les nouveaux épisodes, sous la plume et les pinceaux des continuateurs, y compris le « spin-off » « Alix Senator » et la réincarnation du jeune éphèbe gallo-romain en un journaliste des années 50, Guy Lefranc.

Malheureusement, je n’ai pu me rendre à Angoulème … et me suis donc rabattue sur ce livre illustré de planches originales, avec ou sans mise à la couleur, en français ou en flamand … et des explications de textes.

Jacques Martin est considéré comme le créateur de la bande dessinée historique. Le moindre mérite de ce livre est de montrer à la fois les sources d’inspirations de l’auteur comme ses « erreurs » historiques – disons ses uchronies.

C’est redoutable pour moi car une grande partie de ma culture antique, je l’ai davantage puisée dans les aventures d’Alix que dans mes longues années de lycée où j’ai reçu un enseignement de latin et de grec, de la sixième à la première …

J’ai découvert dans cet beau livre une foule de choses, mais un peu dans le désordre. J’avoue ne pas avoir bien saisi le plan du livre qui n’est pas chronologique ... En vrac, donc,  et en allers et retours, les différents thèmes : les débuts comme dessinateur-phare des studios Hergé et du Journal de Tintin, la forte culture technique d’un élève ingénieur, l’évolution de l’esthétique des visages et des corps, l’influence forte d’Edgar Pierre Jacobs (et l’agacement explicite de ce dernier), l’influence des événements politiques de l’époque (la guerre froide, le mythe de la nation française et du caractère bénéfique de la conquête romaine).

Mais surtout une image fantasmée du monde antique, la présence progressive de figures féminines, la nudité, les débauches antiques et les relations sexuelles débridées qui sont plutôt à attribuer au monde grec …

Bref, une nouvelle grille de lecture qui va me permettre de relire – une nouvelle fois – la collection complète des albums dans leur ordre chronologique  - quand je serai revenue dans ma campagne - avec en mémoire ces références savantes et à présent évidentes.

Un travail de spécialistes réservé aux aficionados … un manuel irremplaçable !

 

Alix, l’art de Jacques Martin, ouvrage collectif par Gaëtan Akyüz, Stéphane Beaujean, Romain Brethes, Pauline Ducret, Didier Pasamonik, Yann Potin et la participation de Valérie Mangin et Blutch. 162 p., 35€

Posté par mpbernet à 07:33 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire